Épuisé, le ministre autrichien de la Santé tire sa révérence

Le ministre autrichien de la Santé Rudolf Anschober a démissionné de ses fonctions en raison de problème de santé. Son successeur devrait être annoncé dans la journée (13 avril). EPA-EFE/CHRISTIAN BRUNA

Le ministre autrichien de la Santé Rudolf Anschober a démissionné en raison de problèmes de santé. Son successeur devrait être annoncé dans la journée (13 avril). Un article d’Euractiv Allemagne.

Épuisé, le ministre autrichien de la Santé et des Affaires sociales, Rudolf Anschober (Verts), a démissionné mardi matin (13 avril) lors d’une conférence de presse.

L’homme politique connaît les limites : il avait souffert d’un burnout en 2012 alors qu’il était membre du gouvernement de Haute-Autriche. Aujourd’hui, bien qu’il ait souligné ne pas avoir été frappé d’un burnout, il a déclaré manquer d’énergie pour continuer son travail.

En temps de pandémie, le pays « a besoin d’un ministre de la Santé au top de sa forme », a-t-il tweeté.

Son successeur devrait être désigné dans la foulée. Entretemps, Werner Kogler, chef des Verts et vice-chancelier, a repris les rênes du ministère esseulé.

Depuis son entrée en fonction en janvier 2020, M. Anschober bénéficiait d’une belle cote de popularité. Au fil de la pandémie, il avait même temporairement volé la vedette au chancelier Sebastian Kurz (ÖVP).

Cependant, dernièrement les relations n’étaient pas au beau fixe entre le bureau du chancelier et le ministère de la Santé, en raison de lacunes dans les commandes des vaccins.

À qui faire porter le chapeau ? Réponse : Clemens Martin Auer, représentant du ministère chargé de coordonner la lutte contre la pandémie et élu en juin vice-président du comité directeur de l’UE pour l’achat des vaccins.

En prenant cette décision, M. Anschober est le deuxième membre du gouvernement à tirer sa révérence. Il suit ainsi l’ancienne ministre de la Famille et du Travail Christine Aschbacher, accusée en janvier d’avoir plagié sa thèse de fin d’études.

À l’heure actuelle, l’Autriche enregistre un taux d’infection par la Covid-19 plus élevé que l’Allemagne.

« Dans l’ensemble, je pense que nous avons accompli un bon travail […] L’erreur est humaine […] Nous étions en territoire inconnu », a avancé le ministre démissionnaire.

« J’ai l’impression d’être entré en fonction il y a 15 ans, et non 15 mois », a-t-il expliqué.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer