Le Portugal veut que les 750 milliards d’euros du fonds de relance de l’UE soient disponibles avant août

« Nous espérons que, d’ici à la fin du printemps, les choses seront résolues afin que la Commission européenne puisse aller sur les marchés pour faire les prêts de 750 milliards d’euros pour le fonds », a déclaré Santos Silva. [EPA-EFE/ANTONIO PEDRO SANTOS]

La présidence portugaise du Conseil de l’UE œuvre pour que le processus de déblocage des 750 milliards d’euros du Fonds de relance post-pandémie de l’UE puisse être raccourci d’au moins un mois.

Le ministre des Affaires étrangères Augusto Santos Silva a indiqué le calendrier révisé mardi (28 avril) à la Commission de l’économie, de l’innovation, des travaux publics et du logement du Parlement portugais.

Le ministre a défendu son point de vue selon lequel les délais d’analyse et d’approbation, soit par la Commission européenne, soit par le Conseil, devraient être raccourcis jusqu’en juillet.

Le haut diplomate portugais a rappelé qu’une réunion de l’ECOFIN est prévue le 18 juin pour analyser un premier paquet de plans nationaux.

Une fois que tous les plans nationaux auront été soumis, une étape à laquelle la date limite a été fixée au 30 avril, la Commission aura deux mois pour les approuver. Il appartiendra ensuite aux 27 ministres de l’Économie et des finances d’analyser toute la documentation dans un délai d’un mois, ce qui repousserait au moins jusqu’en août le déblocage des fonds destinés à soutenir la reprise économique en Europe.

Les États membres pressent la Commission d'accélérer l'évaluation des plans de relance

Certains ministres des finances de l’UE devraient demander à la Commission européenne, vendredi 16 avril, de raccourcir la période d’évaluation de deux mois des plans de relance afin d’accélérer la mise en œuvre de la relance européenne tant attendue.

M. Santos Silva a souligné que 18 États membres de l’UE ont déjà ratifié la décision sur les ressources propres, qui doit être approuvée par les 27 pour que la Commission puisse aller sur les marchés.

« Nous espérons que, d’ici à la fin du printemps, les choses seront résolues afin que la Commission européenne puisse aller sur les marchés pour faire les prêts de 750 milliards d’euros pour le fonds », a déclaré Santos Silva.

En ce qui concerne le Portugal, le ministre a noté que la dimension commerciale du PRR (plan de relance et de résilience) dans le pays est « très élevée », soulignant que les entreprises portugaises sont en passe de recevoir 4,9 milliards d’euros.

Santos Silva a mis en avant les 1,5 milliard d’euros prévus dans le plan pour la capitalisation et l’investissement des entreprises, qui seront gérés par la banque publique Banco de Fomento, et un autre 1,3 milliard d’euros pour les « processus de réindustrialisation qui combinent généralement les processus technologiques et l’innovation commerciale ».

« D’autres tranches très importantes iront à la décarbonisation industrielle, à la transition numérique des entreprises et aux nouvelles énergies propres, à savoir l’hydrogène vert, à des fins d’utilisation industrielle et commerciale », a-t-il souligné.

Santos Silva a également déclaré qu’il y avait eu des « signes de confiance » dans l’économie portugaise dès 2021, soulignant que si l’on analyse les variations en chaîne des exportations et des investissements, « on peut voir que le cycle redevient positif ».

« Les dernières données disponibles sur nos exportations, pour le mois de février, montrent une croissance de 3,4% des exportations portugaises par rapport à janvier », a-t-il déclaré.

« Plus important encore est le signe de la confiance internationale et des investisseurs internationaux dans les conditions d’investissement au Portugal, vu par l’annonce d’un investissement majeur dans un centre de données à Sines, qui représentera, d’ici à 2025, une valeur de 3,5 milliards d’euros, générant, en vitesse de croisière, 1 200 nouveaux emplois dans l’industrie des données, des activités de services liées aux données », a-t-il ajouté.

Pour Santos Silva, il s’agit d’un « investissement important du point de vue de l’économie et de la transformation numérique », qui profitera également du premier câble sous-marin de fibre optique entre l’Amérique du Sud et l’Europe.

La France et l'Allemagne présentent des plans de relance très verts

Le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, et le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, ont tenu aujourd’hui (27 avril) une conférence de presse commune pour dévoiler leur plan national de relance et de résilience.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer