Un eurodéputé espagnol cède aux charmes d’une fausse lobbyiste

James Bond girl.jpg

Un eurodéputé espagnol a été démasqué après avoir fait passer des amendements pour une lobbyiste qu'il trouvait « très attirante ». L'Espagnol s'est fait piégé par l'équipe de journalistes du Sunday Times qui avait déjà révélé que trois de ses collègues s'étaient faits promettre de l'argent en échange d'amendements sur des lois européennes.

Pablo Zalba Bidegain, un eurodéputé de 37 ans qui fait partie du Parti populaire européen, serait la quatrième victime du piège tendu par le journal britannique Sunday Times visant à révéler les pratiques de lobbying au Parlement européen (voir « Background »).

D'autres révélations sont à venir

D'autres révélations du même type sont attendues, dans la mesure où 14 autres eurodéputés auraient mordu à l'hameçon. Dans une série d'entretiens accordés à la presse espagnole, Pablo Zalba a insisté sur le fait qu'il avait la conscience tranquille. Même si les amendements qu'il a contribué à faire adopter ont été suggérés par des personnes qui se sont révélées être de faux lobbyistes, il a affirmé que cette législation (qui traite de la compensation des investisseurs en cas de fraude) était utile.

« J'ai voté dans ce sens car je pensais rendre la loi meilleure. Certaines personnes veulent faire toute une histoire pour pas grand-chose […] Je n'ai pas accepté d'argent ou de faveurs », a affirmé M. Zalba.

Toutefois, l'eurodéputé espagnol, qui est un ancien homme d'affaires, a admis que la femme journaliste qui avait prétendu être une lobbyiste était très attirante.

M. Zalba a expliqué que les faux lobbyistes lui avaient offert la possibilité de devenir un membre du conseil d'administration de leur groupe de pression, ce qu'il a refusé. Il a déclaré qu'on lui avait également proposé de l'argent pour faire passer ces amendements, ce qu'il a également refusé, car il était déjà payé par le Parlement européen.

M. Zalba a également déploré le manque d'éthique des journalistes du Sunday Times.

Selon le quotidien espagnol El Mundo, M. Zalba est le seul eurodéputé espagnol à avoir été piégé par le Sunday Times. La raison de ce choix, selon les sources citées, n'était pas l'intégrité des eurodéputés espagnols, mais plutôt qu'il était difficile d'entrer en contact avec des eurodéputés dont les connaissances de l'anglais étaient suffisantes pour s'adonner à des pratiques de lobbying.

Au cours d'une enquête de huit mois, des journalistes du Sunday Times se sont fait passer pour des lobbyistes et ont contacté quelques 60 eurodéputés pour mettre leur éthique à l'épreuve.

Les journalistes voulaient vérifier les allégations selon lesquelles certaines personnalités politiques étaient prêtes à « vendre leurs services » pour faire passer des amendements spécifiques dans la législation de l'UE en échange d'une rémunération, a révélé le journal le dimanche 20 mars.

Suite à ces révélations, deux eurodéputés ont démissionné (l'Autrichien Ernst Strasser du Parti populaire européen et le Slovène Zoran Thaler des Socialistes & Démocrates). L'eurodéputé Adrian Severin (S&D), ancien vice-premier ministre roumain, a été renvoyé de son groupe politique mais a décidé de rester à son poste d'eurodéputé afin de blanchir son nom.

Subscribe to our newsletters

Subscribe