800 tonnes de pesticides non conformes saisis en Belgique

Les produits ont été saisis au port d'Anvers. [Shutterstock/Rudmer Zwerver]

778 tonnes d’herbicides et de fongicides non conformes ou suspects ont été saisis à Anvers par l’Agence fédérale belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca). Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Provenant d’Inde et de Chine, ces pesticides étaient destinés aux producteurs européens de fruits et légumes, selon le communiqué publié le 28 avril par l’Afsca. Réalisée en mars et avril, cette saisie importante -778 tonnes — résulte de trois perquisitions menées dans le cadre d’une enquête conduite par l’équipe environnementale de la police judiciaire et le parquet d’Anvers.

Bentazone et captan

Les lots de produits non conformes et suspects (certificats d’analyse, traçabilité ou origine de la substance non fiables) comportaient notamment un herbicide à base de bentazone[1], utilisé dans la culture d’oignons, haricots et échalotes, ainsi qu’un fongicide à base de captan[2], employé dans la culture des pommiers et des poiriers, selon la porte-parole de l’Afsca, Stéphanie Maquoi.

Tous les produits de la société belge à l’origine des importations sont aujourd’hui bloqués. Ils ne pourront être remis sur le marché que sous certaines conditions, dont la production d’analyses et de certificats de conformité.

Selon le parquet d’Anvers, ces produits « pourraient potentiellement poser un risque pour la santé humaine ». « Un danger qui concerne les professionnels et non le consommateur », a ajouté l’Afsca.

La Cour des comptes tire la sonnette d'alarme sur les produits phytosanitaires

L’Etat français a dépensé 400 millions d’euros pour réduire l’utilisation de pesticides, qui a finalement progressé. Une situation dénoncée par l’auditeur public, qui demande d’intégrer les objectifs de transition agro-écologique dans la PAC.

 

 

[1] Cette substance a été réautorisée dans l’UE jusqu’au 31 mai 2025

[2] Substance réautorisée dans l’UE jusqu’au 31 juillet 2020

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.