Accès à la terre et rentabilité compliquent l’accès des jeunes Espagnols à l’agriculture

Le grand défi, selon lui, est de s'assurer que la chaîne alimentaire génère suffisamment de valeur et que celle-ci fasse ensuite l’objet d’une distribution équitable. Et pour y parvenir, il est crucial de mettre en place des dispositifs réglementaires au niveau national et communautaire. [EFE]

Cet article fait partie de l'édition spéciale Le renouvellement des générations dans l’agriculture.

Vous pouvez également lire cet article en croate, italien et portugais.

Plus de 90 % des agriculteurs approchent de l’âge de la retraite en Europe. Pour assurer la relève dans ce secteur, un accès facilité à la terre et une meilleure rentabilité s’avèrent essentiels. Un article de notre partenaire espagnol EFEAGRO.

Pour que l’agriculture redevienne attrayante aux yeux des jeunes, des facteurs tels que l’héritage de l’exploitation familiale, la création facilitée d’agro-entreprises, la garantie de prix équitables, l’aide publique (dont les subventions de la PAC) s’avèrent cruciaux, selon les organisations sectorielles et les jeunes agriculteurs interrogés par EFE Agro. La passion pour la nature est une autre condition sine qua non.

La PAC doit se pencher sur les jeunes et les femmes

Lourdeurs administratives excessives, manque d’accès aux terres et infrastructures rurales inadéquates découragent les jeunes espagnols à se lancer dans l’agriculture. Un article d’EFE Agro.

D’après les résultats d’une enquête réalisée en 2015 pour la Commission européenne (auprès de plus de 2 000 agriculteurs de moins de 40 ans), l’accès à la terre constitue une préoccupation « considérable ».

Il est « très difficile » pour « quelqu’un qui n’hérite pas (d’une ferme, par exemple) ou qui ne possède pas d’éléments de production, de démarrer une activité agricole », souligne Agustín Herrero, le directeur général de Cooperativas Agro-Alimentarias de España. La situation s’est considérablement détériorée en raison du faible taux de rentabilité actuel, déplore-t-il.

La rentabilité, un facteur essentiel

Après avoir obtenu son diplôme en sciences de l’environnement, l’agriculteur Juan Escribano, 35 ans, est retourné dans son Andalousie natale, à Villanueva de Córdoba, pour reprendre l’élevage familial et l’entreprise locale de commercialisation du jambon.

« Démarrer cette activité à partir de zéro aurait été très compliqué. Si l’on n’a aucune base sur laquelle s’appuyer, c’est impossible », a-t-il expliqué à EFE Agro.

La rentabilité s’avère essentielle pour aller de l’avant et le secteur agricole ne fait pas exception à cette règle économique universelle.

Agustín Herrero souligne que la première mesure, et « peut-être la plus difficile », pour garantir un renouvellement générationnel dans le secteur agricole, consiste à assurer les conditions de base qui permettraient aux agriculteurs de gagner leur vie grâce à leur activité.

« Personne n’envisage de construire sa vie dans un environnement qui lui fournira à peine de quoi vivre», a-t-il relevé.

L’UE veut débloquer l’accès au crédit pour les jeunes agriculteurs

Les jeunes agriculteurs sont une denrée rare dans plusieurs États membres. Le 29 avril, l’UE a annoncé le lancement d’un programme d’un milliard d’euros pour les aider à accéder aux crédits bancaires. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

L’aide de la PAC est-elle suffisante ?

Le grand défi, selon lui, est de s’assurer que la chaîne alimentaire génère suffisamment de valeur -et fasse ensuite l’objet d’une distribution équitable. Et pour y parvenir, il est crucial de mettre en place des dispositifs réglementaires au niveau national et communautaire.

« Sans aide[financière], [l’agriculture] n’est pas rentable », selon Pilar Mateos, agricultrice à Argamasilla de Alba (Ciudad Real, centre de l’Espagne). Elle ajoute que de nombreux produits agroalimentaires ont « peu de valeur ».

Pilar Mateos pense que l’aide financière de la politique agricole commune (PAC) est essentielle, mais elle déplore « la faiblesse des montants » versés. Ils ne sont « pas suffisants », dans de nombreux cas, pour assurer un bon niveau de vie.

Sans un rapport passionné à l’agriculture, il est difficile d’embrasser ce métier. Juan Escribano et Pilar Mateos partagent le même enthousiasme pour la production agro-alimentaire. Lui évoque son amour de l’élevage, elle de la vigne et des oliviers.

Grâce à leur dévouement, le fardeau de leur travail quotidien semble un peu moins pesant. « J’aime être à la campagne, et afin de concilier travail et vie de famille, j’emmène souvent mes deux enfants avec moi pour qu’ils puissent avoir un contact direct avec les animaux », explique Juan Escribano.

Les coopératives sont essentielles pour faciliter le travail quotidien, faire face aux difficultés et endiguer les crises du marché dans le secteur agricole.

L’importance des coopératives

Les coopératives et les associations d’agriculteurs sont un exemple de la profonde solidarité qui caractérise ce secteur. Et elles veulent contribuer à résoudre le problème du manque de jeunes pour assurer la relève, souligne Agustín Herrero, le directeur général de Cooperativas Agro-Alimentarias.

Pilar Mateos est consciente du soutien que la Fédération des femmes et des familles en milieu rural (AMFAR, en espagnol) apporte au secteur. Elle précise qu’AMFAR l’a guidée pour démarrer son activité, en assurer la gestion et l’informer sur l’aide financière dont elle pouvait disposer.

Juan Escribano, responsable du secteur de l’élevage à la Foire Agroganadera de la Vallée des Pedroches, reconnaît également l’importance des coopératives.

Sa structure est organisée par un groupement de structures publiques et privées. Chaque année, il s’emploie à mettre en avant l’importance du secteur primaire pour l’économie locale.

Le secteur agricole de l’UE a besoin des jeunes pour assurer son avenir, qui doit reposer sur une production alimentaire plus durable, plus saine et plus sûre. Mais pour le jeunes agriculteurs, le secteur reste un parcours semé d’embûches.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.