Bayer appelé à abandonner son appel contre l’interdiction des néonicotinoïdes

Les néonicotinoïdes produits par Bayer déciment les populations de pollinisateurs. [Shutterstock]

Plus de 150 000 personnes ont signé une pétition demandant à Bayer d’abandonner son appel contre une décision de justice interdisant les néonicotinoïdes.

SumOfUs, une ONG internationale qui surveille les grandes entreprises, a lancé une pétition demandant à Bayer de supprimer son appel contre une décision de la justice européenne d’interdire les pesticides à base de néonicotinoïdes, qui sont toxiques pour les abeilles et autres pollinisateurs.

Le 17 mai, le tribunal de l’UE a confirmé l’interdiction de trois insecticides responsables de la disparition de colonies d’abeilles, après un premier appel des géants phytosanitaires Bayer et Syngenta.

« Le Tribunal de l’UE confirme la validité des restrictions introduites au niveau de l’UE en 2013 à l’encontre des insecticides clothianidine, thiaméthoxame et imidaclopride en raison des risques pour les abeilles », mais a décidé d’annuler les restrictions pesant sur le fipronil, qui ont été imposées « sans analyse préalable de leur impact ».

Selon les juges, les nouvelles études disponibles sur l’impact des néonicotinoïdes justifiaient amplement la décision de la Commission de réévaluer ces substances.

Le 27 juillet, un communiqué de presse de Bayer annonçait l’intention de la multinationale de faire appel de ce jugement, qui « pourrait avoir des conséquences importantes sur la certitude et la prédictibilité entourant l’autorisation des substances dans l’UE ».

« En faisant appel de ce verdict, Bayer veut faire réexaminer certaines interprétations générales de la loi sur la protection des cultures établies par le tribunal. Ces interprétations peuvent en effet avoir une importance au-delà de ce cas particulier, et Bayer estime qu’elles ne sont pas juridiquement fondées », a déclaré la multinationale.

Les néonicotinoïdes risquent de revenir par la petite porte en Europe

Malgré leur interdiction depuis avril 2018, des autorisations en cas d’urgence pour les néonicotinoïdes peuvent être demandées par les Etats membres à l’EFSA. Une faille que dénoncent les ONG.

Profondément troublant

Wiebke Schroeder, directrice de campagne chez SumOfUs, a déclaré que l’action en justice de Bayer est « une démonstration profondément troublante de l’inconscience des entreprises ».

« C’est pourquoi plus de 150 000 membres de SumOfUs ont envoyé un message clair aux dirigeants de Bayer avides de profits : vos attaques permanentes contre les abeilles et autres pollinisateurs doivent cesser. »

Elle rappelle que les abeilles sont vitales pour notre production alimentaire, puisqu’elles fournissent un tiers de notre nourriture via la pollinisation.

« Or, les abeilles et autres pollinisateurs déclinent à un rythme catastrophique, et les néonicotinoïdes sont un aspect clé de leur disparition. C’est pourquoi il est si important de maintenir l’interdiction de l’UE. Bayer pense qu’elle peut faire sauter la décision de l’UE en lançant une action en justice coûteuse, mais les consommateurs ne le laisseront pas faire », conlut-elle.

Le gouvernement déclenche un plan d'aide contre la mortalité des abeilles

L’État va financer l’achat d’essaims, après les mortalités catastrophiques du printemps. Un réponse insuffisante, estime le principal syndicat apicole, qui réclame la réforme du modèle agricole basé sur les pesticides. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

Plus d'information

Subscribe to our newsletters

Subscribe