Berlin demande des explications à Bruxelles sur les œufs contaminés

Des milliards d'œufs soupçonnés d'être contaminés. [vanessa lollipop/Flickr]

Le ministre allemand de l’Agriculture souhaite s’entretenir avec son homologue belge au sujet de la contamination d’œufs par des insecticides, suite à des accusations selon lesquelles les autorités belges, alertées il y a un mois, auraient tardé à prévenir leurs voisins.

Christian Schmidt, le ministre allemand de l’Agriculture, prévoit d’appeler son homologue belge Denis Ducarme pour discuter de la situation. « Le ministre de l’Agriculture Schmidt attendait une notification des responsables en Belgique de manière opportune et complète », a-t-il ajouté.

« J’attends des autorités compétentes qu’elles élucident [ce dossier] rapidement et minutieusement. En particulier la Belgique et les Pays-Bas en ont ici l’obligation », a déclaré le ministre allemand de au quotidien Bild.« Quelqu’un a clairement procédé avec une énergie criminelle pour frelater (des œufs) avec un produit interdit. »

Des millions d’œufs ont été retirés des étals de supermarchés en Allemagne et aux Pays-Bas après détection de traces de Fipronil, un insecticide utilisé contre les puces et les acariens, dans des œufs mis en vente en Belgique et aux Pays-Bas.

Des millions d'œufs contaminés retirés de la vente en Allemagne et aux Pays-Bas

Des millions d’œufs retirés des rayons dans les supermarchés néerlandais et allemands suite à une possible contamination aux insecticides. Le syndicat néerlandais des éleveurs de volailles compte déjà « plusieurs millions d’euros de pertes ».

Des dizaines d’élevages de poules pondeuses ont été fermés temporairement dans les deux pays, qui ont ouvert une enquête. Vendredi, la chaîne allemande de supermarchés Aldi a retiré tous les œufs de la vente de ses 4 000 magasins en Allemagne par mesure de précaution.

L’agence belge de sécurité alimentaire (Afsca) a annoncé cette semaine avoir été informée du problème début juin par une société de volailles ayant détecté des niveaux anormalement élevés de Fipronil dans ses produits.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère la substance comme de toxicité moyenne et précise qu’à haute dose, elle est susceptible d’être nuisible aux reins, au foie et aux glandes lymphatiques.

Selon la chaîne de télévision belge néerlandophone VRT, l’Afsca n’a pas rendu publique cette possible contamination en raison d’une enquête pour fraude présumée en cours. Contactée par Reuters, une porte-parole de l’agence s’est refusée à tout commentaire.

Une porte-parole de la Commission européenne a annoncé vendredi que l’affaire faisait l’objet d’une enquête des autorités belges et hollandaises. Le parquet belge a ouvert une investigation contre un fournisseur de services de l’industrie de la volaille, soupçonné d’avoir ajouté la substance à ses produits, a-t-elle précisé.

La Belgique a également déposé une requête auprès du réseau des fraudes alimentaires de l’Union européenne, sollicitant l’aide des Pays-Bas. Les Pays-Bas sont le deuxième exportateur d’œufs au monde derrière les États-Unis et en vendent environ cinq milliards par an à l’Allemagne.

Les autorités belges ont appris début juin qu’il y avait « un problème » dans des élevages dû à la contamination d’œufs par un insecticide, et expliqué samedi avoir gardé le secret en raison d’un enquête judiciaire pour « fraude » en cours.

« Nous sommes au courant depuis début juin qu’il y avait potentiellement un problème de fipronil dans le secteur avicole », a déclaré Katrien Stragier, une porte-parole de l’Afsca, à la télévision flamande VRT.

« Nous avons alors immédiatement démarré une enquête et nous avons également informé le parquet parce qu’il s’agissait d’une possible fraude. À partir de là le secret de l’instruction a commencé à prévaloir », a-t-elle assuré. « Nous comprenons que les gens se posent des questions sur la santé publique et essayons de leur répondre. »

Contacté par l’AFP ces derniers jours, le parquet d’Anvers (nord), en charge de cette enquête, s’est refusé à donner la moindre information à la demande expresse du juge enquêtant dans cette affaire.

Des œufs ont également été retirés des supermarchés belges, par précaution, dans l’attente de résultats, mais dans une bien moindre mesure qu’aux Pays-Bas et en Allemagne, où les rappels ont porté sur plusieurs millions d’œufs provenant d’élevages néerlandais.

 

Plus d'information

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.