Réforme de la PAC : un accord signé à mettre en œuvre

La réforme, proposée par la Commission européenne en 2018, vise à avoir une approche plus flexible, basée sur la performance et les résultats, qui prend en compte les conditions et les besoins locaux tout en augmentant le niveau des ambitions de l’UE en termes de durabilité. [Eric VIDAL]

Le Parlement européen a approuvé la réforme de la politique agricole commune de l’UE, mais a promis de garder un œil sur les prochaines étapes de cette réforme controversée.

Après des années de discussions, les législateurs ont donné leur feu vert à la réforme de la PAC lors d’une session plénière à Strasbourg mardi 23 novembre. La réforme a été adoptée à une large majorité, malgré les appels de plus en plus nombreux lancés par les militants en faveur de la suppression de la PAC.

La réforme, proposée par la Commission européenne en 2018, vise à avoir une approche plus flexible, basée sur la performance et les résultats, qui prend en compte les conditions et les besoins locaux tout en augmentant le niveau des ambitions de l’UE en termes de durabilité.

Après un certain nombre de retards, elle est désormais sur la bonne voie pour entrer en vigueur le 1er janvier 2023, jusqu’en 2027.

Tout ce que vous devez savoir avant le vote final sur la PAC

La politique agricole commune (PAC) de l’Union européenne (UE) est sur le point de connaître un tournant décisif. Mardi 23 novembre, le Parlement européen devraient donner leur feu vert à la réforme de la PAC. Alors, que faut-il savoir avant le vote ?

« Après trois ans de travail, nous avons approuvé la nouvelle PAC à une large majorité pour tous les règlements », a déclaré Norbert Lins, président de la commission AGRI, lors d’une conférence de presse après le vote, ajoutant que l’accord est « plus juste, ambitieux, cohérent avec le Green Deal » tout en offrant une sécurité de planification aux agriculteurs.

« Nous demandons maintenant aux États membres de le mettre en pratique et de le rendre adapté à tous les agriculteurs », a-t-il ajouté.

Le rapporteur Peter Jahr, responsable du dossier des plans stratégiques nationaux, qui constituent le prochain obstacle majeur avant l’entrée en vigueur de la réforme en 2023, s’est dit « pas satisfait à 100 % », mais a néanmoins salué la nouvelle, estimant qu’il s’agissait d’un « bon jour après trois ans de débats ».

Grâce à ces plans, dont les projets doivent être soumis à l’approbation de la Commission d’ici la fin de l’année, les pays de l’UE vont chacun individuellement définir et mettre en œuvre la nouvelle PAC au niveau national.

« Donnons une chance à cette réforme, laissons-la se développer », a déclaré M. Jahr, soulignant que ces plans peuvent évoluer et s’adapter aux besoins changeants au cours de la réforme.

De même, la rapporteuse Ulrike Müller, du groupe centriste Renew, a déclaré qu’elle considérait cette réforme comme « réussie dans une large mesure ».

« Nous faisons en sorte que les agriculteurs soient récompensés pour leurs performances, leurs résultats », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’il faut maintenant donner aux États membres la possibilité de mettre en œuvre la réforme et de « prendre leurs responsabilités dans les plans stratégiques nationaux ».

Pour sa part, le commissaire européen à l’agriculture, Janusz Wojciechowski, a salué le résultat du vote, affirmant qu’il envoie un « bon message fort à tous les agriculteurs de l’UE ».

« J’exhorte les États membres à saisir l’occasion offerte par le vote d’aujourd’hui. C’est l’occasion d’assurer un avenir à nos agriculteurs et à nos communautés rurales. C’est une opportunité que nous ne pouvons pas nous permettre de manquer », a-t-il ajouté.

Alors que tous les regards sont tournés vers l’avenir, les rapporteurs ont également profité de l’occasion pour souligner que si leur travail était terminé, ils n’étaient pas près de se reposer.

« Nous voulons être impliqués dans la discussion », a déclaré M. Jahr, ajoutant qu’il ne s’agissait pas de soumettre et d’approuver ces projets, mais que le Parlement serait également impliqué dans une discussion interne au sein de la Commission.

M. Lins a insisté sur le fait que les législateurs européens « veilleront à ce que la Commission tienne sa promesse », soulignant que davantage de contributions seront possibles lorsque le commissaire viendra à la réunion de la Commission début janvier.

Après le vote pour la PAC, une « course contre la montre » pour sa mise en oeuvre en France

Alors que la réforme de la Politique agricole commune (PAC) vient d’être adoptée au Parlement européen, suscitant des réactions fort partagées en France, tout dépend désormais du plan stratégique national que la France doit soumettre au 31 décembre.

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Le contenu du présent rapport ou de la présente publication reflète uniquement la position de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne n’assume aucune responsabilité quant à l’usage qui pourrait être fait des informations qu’il/qu’elle contient.

From Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe