Vers la suspension des exportations des pesticides interdits dans l’UE ?

L’UE devrait œuvrer pour garantir que les substances chimiques dangereuses interdites sur son territoire, comme les pesticides, ne soient pas produites à des fins d’exportations, notamment « en révisant la réglementation concernée, si besoin », a confirmé une source européenne. [SHUTTERSTOCK]

L’UE devrait œuvrer pour garantir que les substances chimiques dangereuses interdites sur son territoire ne soient pas produites à des fins d’exportations, notamment « en révisant la réglementation concernée, si besoin », a confirmé une source européenne.

À l’heure actuelle, la procédure de consentement préalable en connaissance de cause (PIC) permet à l’UE de produire et d’exporter des substances chimiques dangereuses vers des pays tiers, notamment des pesticides classés trop nocifs pour la santé humaine ou l’environnement pour le sol européen.

Toutefois, d’après une source proche du dossier, le mécanisme PIC pourrait être sujet à certains changements. En effet, interrogée sur la volonté de l’exécutif européen de mettre fin aux exportations de pesticides dangereux, celle-ci a répondu que « nous voulons faire preuve de cohérence ».

« Comment pouvons-nous justifier que la santé et l’environnement de pays tiers soient mis en péril avec des produits que nous ne voulons pas utiliser sur notre territoire, car ils soulèvent des inquiétudes relatives à la santé et l’environnement du bloc ? », a ajouté le représentant, soulignant que « notre législation doit adopter la même approche, tant sur ce que nous acceptons au sein de notre territoire, que sur ce que nous exportons ».

« Nous devons non seulement renforcer les contrôles sur ce que nous importons dans le bloc, mais également nous assurer que nos exportations sont sans danger », a-t-il rappelé, précisant qu' »il fallait s’aligner sur l’engagement au Pacte vert pour l’Europe en ce qui concerne les normes sanitaires et environnementales afin de montrer la voie à l’échelle mondiale ».

Un attaché de presse de la Commission européenne pour l’environnement, les affaires maritimes et la pêche a confirmé qu’avec sa stratégie sur les produits chimiques, l’exécutif « voulait que l’UE montre l’exemple, et, conformément à ses engagements internationaux, garantir que les substances chimiques dangereuses interdites sur le sol du bloc ne soient pas produites à des fins d’exportations ».

De ce fait, la législation concernée pourrait être modifiée.

La Commission envisage de nouveaux objectifs pour sa politique alimentaire

En plus de restreindre l’utilisation des engrais et des pesticides chimiques, l’exécutif européen veut lutter contre l’obésité.

Une bonne nouvelle pour les militants environnementaux, qui appelaient à mettre un terme aux exportations des pesticides dangereux, notant que si un produit était nocif sur le sol européen, il l’était aussi ailleurs.

« Il est inacceptable que l’UE autorise les sociétés européennes à générer des profits en exportant des pesticides interdits sur leur territoire vers des pays où la législation est moins stricte sur le plan sanitaire et environnemental », a déploré Angeliki Lysimachou, chargée des dossiers scientifiques à Pesticide Action Network (PAN) Europe.

Mme Lysimachou se réjouit donc de voir que la Commission prendra des mesures pour mettre un terme à ces pratiques, et ce grâce aux modifications juridiques correspondantes.

Néanmoins, dans un communiqué, CropLife International, une association internationale de commerce regroupant des sociétés agrochimiques, s’oppose à ce changement, avançant que certains pesticides interdits dans l’UE pourraient se révéler très utiles ailleurs.

« Une approche unique en la matière ne fonctionne pas – l’agriculture, les parasites et les maladies diffèrent en fonction des régions et pays », plaide l’organisme. D’après ce dernier, les pesticides ne sont pas forcément plus dangereux ou moins nécessaires parce qu’ils ne sont pas autorisés en Europe.

La Commission européenne croise le fer avec les perturbateurs endocriniens

Après son étude sur la législation actuelle concernant les perturbateurs endocriniens (PE), la Commission européenne propose désormais un nouveau train de mesures visant à en étoffer le cadre juridique.

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Le contenu du présent rapport ou de la présente publication reflète uniquement la position de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne n’assume aucune responsabilité quant à l’usage qui pourrait être fait des informations qu’il/qu’elle contient.

From Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer