Crédit d’impôt pour sortir du glyphosate : Bruxelles donne son aval à la France

Le président français Emmanuel Macron s’était engagé en novembre 2017 pour une interdiction du glyphosate « au plus tard dans trois ans ». Il avait reconnu en décembre 2020 ne pas avoir réussi à tenir sa promesse, plaidant un échec « collectif ». [EPA-EFE/CHRISTOPHE PETIT TESSON]

La Commission européenne a donné son feu vert à la France pour un crédit d’impôt à destination des agriculteurs qui décident de renoncer à l’usage d’herbicides à base de glyphosate, a annoncé mercredi (19 mai) le ministère de l’Agriculture.

« La Commission européenne vient d’accepter la proposition du gouvernement de mettre en place un crédit d’impôt “sortie du glyphosate” dès 2021 pour les agriculteurs français », a annoncé le ministère de l’Agriculture dans un communiqué.

Présentée fin 2020, cette mesure octroie un crédit d’impôt d’un montant forfaitaire de 2 500 euros pour les exploitations agricoles qui renoncent à utiliser du glyphosate en 2021.

Elle s’applique non seulement au secteur des grandes cultures, mais également à l’arboriculture et la viticulture, ainsi qu’aux exploitations d’élevage présentes de manière significative dans au moins une de ces productions végétales, a précisé le ministère.

Ce régime d’aide « est donc déjà pleinement opérationnel et permettra d’accompagner durablement les exploitations qui renoncent volontairement au glyphosate », a indiqué le ministère.

« Avec cette dernière approbation par la Commission européenne, le crédit d’impôt sortie du glyphosate est définitivement acté et opérationnel », a indiqué dans ce communiqué le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, qui « invite donc tous les agriculteurs qui le peuvent à s’en saisir ».

Le président français Emmanuel Macron s’était engagé en novembre 2017 pour une interdiction du glyphosate « au plus tard dans trois ans ». Il avait reconnu en décembre 2020 ne pas avoir réussi à tenir sa promesse, plaidant un échec « collectif ».

Des clauses miroirs pour éviter la concurrence déloyale en agriculture

L’Union européenne doit obliger les produits agricoles importés à respecter les mêmes normes environnementales que ceux produits en son sein pour éviter toute distorsion de concurrence, demandent jeudi la Fondation Nicolas Hulot et l’interprofession de la viande, interbev.

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Le contenu du présent rapport ou de la présente publication reflète uniquement la position de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne n’assume aucune responsabilité quant à l’usage qui pourrait être fait des informations qu’il/qu’elle contient.

From Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe