L’EFSA devrait s’exprimer dans le débat sur l’étiquetage nutritionnel

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) fournit des conseils scientifiques pour étayer l’élaboration du prochain système européen d’étiquetage nutritionnel [SHUTTERSTOCK]

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) fournit des conseils scientifiques pour étayer l’élaboration du prochain système européen d’étiquetage nutritionnel sur la face avant des emballages alimentaires et limiter les allégations nutritionnelles et sanitaires sur les aliments.

« La Commission européenne a l’intention de soumettre, d’ici la fin 2022, une proposition portant sur un étiquetage nutritionnel harmonisé obligatoire sur la face avant des emballages alimentaires ainsi que sur l’établissement de profils nutritionnels afin de limiter la promotion de denrées alimentaires riches en sel, en sucres et/ou en graisses, par exemple », a fait savoir l’EFSA sur son site internet.

De ce fait, l’exécutif a demandé à l’autorité de fournir des avis scientifiques sur les nutriments importants pour la santé publique des populations européennes, y compris les composants qui ne constituent pas des nutriments dans les aliments, ainsi que sur les groupes d’aliments qui jouent un rôle important dans les régimes alimentaires des populations européennes et leurs sous-groupes.

L’EFSA présentera à ce titre une série de critères pour guider le choix des nutriments et autres composants non nutritifs des aliments pour le profilage nutritionnel.

Dans ce contexte, les experts évalueront les informations scientifiques récentes, notamment des études publiées sur les recommandations diététiques pour une alimentation saine basées sur des preuves issues d’études sur l’homme et les travaux de l’EFSA sur les valeurs nutritionnelles de référence et les profils nutritionnels.

La requête formulée par Bruxelles s’ajoute au débat grandissant sur l’étiquetage frontal et sur la stratégie à développer permettant aux consommateurs de prendre des décisions saines, durables et éclairées.

Bien-être animal : bientôt un étiquetage harmonisé au niveau européen ?

Les ministres européens de l’Agriculture ont approuvé mardi à l’unanimité le principe d’un étiquetage harmonisé sur le bien-être animal à l’échelle de l’UE. Celle-ci mentionnera les conditions d’élevage, de transport et d’abattage.

Ainsi les avis des experts de l’EFSA devraient aider le Berlaymont dans la formulation de sa proposition portant sur un étiquetage nutritionnel harmonisé obligatoire sur la face avant des emballages alimentaires d’ici à 2022, et ce conformément au plan d’action exposé dans la Stratégie européenne de la ferme à la fourchette (F2F).

Comment se présentera cet étiquetage ? À l’heure actuelle, la question reste ouverte. Plusieurs États membres se sont expressément opposés à l’option en tête, le Nutri-score, qui convertit la valeur nutritionnelle des denrées en un code variant de A à E, chaque lettre étant attribuée à une couleur.

La stratégie mise en avant indique également que pour stimuler le traitement et la reformulation des aliments de manière durable ainsi que pour opérer une transition vers des régimes plus sains, la Commission européenne créera des profils nutritionnels afin de limiter la promotion de denrées alimentaires riches en sel, en sucres et/ou en graisses.

Parallèlement, les avis fournis devraient également faire la lumière sur les allégations sanitaires, qui ont pris de l’importance compte tenu du vif intérêt porté à la santé et à la nutrition par les consommateurs dans le contexte de pandémie de Covid-19.

Récemment, un rapport du groupe de consommateurs Safe Food Advocacy Europe (SAFE) a conclu que beaucoup des produits ayant recours à des allégations « naturelles », par le biais de phrases telles que « 100 % naturel », présentaient diverses substances synthétiques.

Arguant que ces phrases induisent les consommateurs en erreur, le groupe appelle désormais les autorités compétentes à apporter des clarifications sur la signification de « produit naturel ». De la sorte, les consommateurs seront en mesure de se tourner vers des alternatives plus durables, sans aucun risque.

L’EFSA doit présenter son avis scientifique d’ici à mars 2022 et elle amorcera une consultation publique à cet effet à la fin de cette année.

Sept pays de l'UE s'opposent au système d’étiquetage des aliments Nutri-Score

Le système d’étiquetage des denrées alimentaires continue à diviser les États européens. La fronde est menée par l’Italie, qui s’oppose à un dispositif qui attribuerait la vignette rouge à de nombreux produits du régime méditerranéen. Un article d’Euractiv Italie.

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Le contenu du présent rapport ou de la présente publication reflète uniquement la position de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne n’assume aucune responsabilité quant à l’usage qui pourrait être fait des informations qu’il/qu’elle contient.

From Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe