Les agriculteurs européens réclament une chaîne alimentaire plus équitable

Les coopératives agricoles appellent la Commission à accroître la transparence dans la chaine d’approvisionnement alimentaire. Et à promulguer une loi européenne pour protéger les producteurs alimentaires des pratiques commerciales déloyales.

Dans le cadre de sa stratégie pour mieux légiférer, l’exécutif européen a lancé en juillet une analyse d’impact initiale pour améliorer la chaine d’approvisionnement alimentaire. Destinée à informer les parties prenantes et à susciter un débat sur le sujet, l’analyse a été complétée en août par une consultation publique.

Les agriculteurs voient depuis longtemps la répartition de valeur dans la chaine alimentaire comme injuste : les coûts de production élevés et les bas prix ne leur laissent qu’une faible part du prix payé par les consommateurs au supermarché.

Selon Copa-Cogeca, une association d’agriculteurs européens et de coopératives agricoles, le revenu des agriculteurs ne représente que 40 % du revenu moyen européen.

Dans l’introduction de l’analyse d’impact, la Commission affirme que cette mauvaise répartition du revenu est « due, par exemple, aux différences de pouvoirs de négociation entre les petits exploitants, et donc vulnérables, comme les agriculteurs, et les partenaires commerciaux économiquement plus forts et plus concentrés ».

Lancement d'une consultation européenne sur l'équité dans la chaîne alimentaire

L’exécutif s’interroge sur l’équité de la chaîne alimentaire, qui défavorise souvent les petits agriculteurs au profit des puissants intermédiaires comme Lactalis en France.

En réponse à l’analyse d’impact, le secrétaire général de la Copa Cogeca, Pekka Pesonen, souhaite que la loi européenne « améliore le positionnement des agriculteurs et mette un terme aux pratiques commerciales déloyales ». Selon lui, les initiatives volontaires développées par les détaillants et les fabricants n’ont pas eu les effets escomptés et sont insuffisantes.

« Il est inacceptable que les agriculteurs n’obtiennent par exemple que 20 % du prix d’un steak alors qu’ils font la majorité du travail pour le produire », a affirmé Pekka Pesonen.

Copa Cogeca appelle aussi à une meilleure transparence dans la chaine alimentaire. Cela pourrait aider les agriculteurs à prendre des décisions plus éclairées et à améliorer leur pouvoir de négociation avec les partenaires commerciaux.

Le commissaire à l’agriculture, Phil Hogan, a quant à lui reconnu que la chaine alimentaire en Europe ne fonctionnait pas toujours dans l’intérêt des producteurs. Alors qu’elle dépend entièrement du travail des agriculteurs, « ils restent souvent le maillon faible de la chaine », a-t-il commenté.

Les agriculteurs britanniques risquent gros avec le Brexit

L’accord de Brexit que parviendra à négocier Londres pourrait faire la part belle à l’agriculture britannique… ou la couler, selon une étude publiée par l’institut de l’agroalimentaire et des biosciences.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.