« French AgriTech » : la France veut plus de synergie entre technologie et savoir-faire agricole

L'innovation en agriculture pourrait non seulement aider cette dernière à devenir plus durable, souveraine et résiliente, mais aussi à améliorer considérablement les conditions de travail des agriculteurs, selon le ministère de l'Agriculture. [Budimir Jevtic/Shutterstock]

Marier le « savoir-faire agricole français » et la « puissance de la French Tech » pour mieux soutenir l’innovation en agriculture : voilà l’objectif affiché par le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie et le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique Cédric O qui viennent de lancer la « French AgriTech ».

Les défis auxquels l’agriculture française est aujourd’hui confrontée sont nombreux : reconquérir la souveraineté agroalimentaire du pays tout en devenant plus durable et résiliente face au changement climatique, améliorer le bien-être animal, offrir une alimentation saine et de qualité aux consommateurs, le tout en redevenant un métier attractif et rentable pour les producteurs.

Des enjeux auxquels la réponse réside partiellement dans les capacités innovatrices de la France, selon le gouvernement. « La France est le premier pays agricole de l’Union européenne, mais aussi la première nation européenne de la technologie », selon MM. Denormandie et O. Bâtir une agriculture « plus forte et plus souveraine » passera, assurent-ils, « inévitablement par l’intégration renforcée des technologies et des innovations ».

L’innovation aurait la capacité de donner à l’agriculture non seulement « les moyens de jouer pleinement son rôle fondamental dans la lutte contre le réchauffement climatique », mais aussi de mieux se protéger des aléas climatiques, d’améliorer le bien-être animal, optimiser les processus de production agroalimentaire et faciliter la consommation de produits sains et durables à travers des plateformes de circuits courts.

« Vectrice d’améliorations considérables en termes de conditions de travail de nos agriculteurs », l’innovation agricole constituerait enfin un « véritable facteur d’attractivité pour les futures générations d’agriculteurs », soutiennent MM. Denormandie et O.

Raison pour laquelle le ministre de l’Agriculture et le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique ont donc officiellement lancé la « French AgriTech » ce lundi 30 août.

Le Label bas-carbone sera étendu aux grandes cultures, au transport et aux bâtiments

Créé fin 2018, le Label bas-carbone du ministère de la Transition écologique valorise des projets vertueux pour le climat. Un dispositif que Barbara Pompili souhaite désormais renforcer pour les secteurs forestier et agricole, mais aussi du transport et du bâtiment.

Les start-ups de l’AgriTech, « futur géants des écosystèmes agricoles de demain »

Secteurs « en pleine expansion », la FoodTech et l’AgriTech françaises regroupent aujourd’hui 215 start-ups et entreprises référencées, selon le ministère de l’Agriculture. La France peut ainsi se vanter du 3e rang mondial en termes de start-ups AgriTech créées par habitant. Au sein de l’Union européenne, elle est même le premier pays en termes de levées de fonds pour les deux secteurs, avec plus de 560 millions d’euros en 2020.

« Futur géants des écosystèmes agricoles de demain », ces start-ups sont créatrices d’emplois – et très prometteuses quant au potentiel de renforcer la compétitivité des exploitations françaises dans le monde.

Or, le marché reste pour le moment « dominé » par les États-Unis et la Chine qui, sur la seule année 2020, y ont investi plus de 11 et 4,2 milliards d’euros, respectivement, rappelle le ministère de l’Agriculture. Le lancement de la « French AgriTech » est donc un pas stratégique : accélérer l’innovation au service de l’agriculture et soutenir les pépites de la FoodTech et de l’AgriTech française serait « primordial » pour que ces secteurs restent compétitifs – et pour faire de la France le leader européen incontestable en la matière.

D’ici 2025, le gouvernement compte ainsi mobiliser 200 millions d’euros d’investissements pour entreprises et start-ups de la FoodTech et de l’AgriTech dans le cadre du 4e programme d’investissements d’avenir (PIA4). Les deux premiers appels à projets, « Innover pour réussir la transition agroécologique » et « Répondre aux besoins alimentaires de demain », devraient être lancés en septembre.

« L’agriculture est hautement technologique et innovante »

Si ce lancement de la « French AgriTech » marque le début d’une nouvelle dynamique et d’une priorisation de l’innovation pour le monde agricole, ce dernier est déjà « résolument ancré dans notre époque et dans la construction du futur, contrairement à ce que certains voudraient faire croire », rappellent MM. Denormandie et O. « Sortons des images ancestrales d’agriculteurs isolés dans les champs et déniant les avancées prometteuses offertes par la technologie », renchérissent-ils : « L’agriculture est hautement technologique et innovante. »

81 % des agriculteurs français utilisent ainsi quotidiennement internet dans le cadre de leur profession, et 85 % disent mobiliser des applications et les réseaux sociaux pour améliorer et partager leurs activités. La moitié des producteurs utilise en outre des systèmes GPS pour améliorer la précision des travaux, et trois quarts possèdent au moins un outil robotisé, selon les chiffres avancés par le ministère de l’Agriculture.

Incendies : nouveau coup dur pour les vignerons français

Après le gel du printemps, les incendies : dans le sud de la France, de nombreux vignobles viennent d’être ravagés par les flammes. Brice Eymard, directeur général du Conseil interprofessionnel des Vins de Provence, revient sur les dégâts et les attentes des vignerons.

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Le contenu du présent rapport ou de la présente publication reflète uniquement la position de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne n’assume aucune responsabilité quant à l’usage qui pourrait être fait des informations qu’il/qu’elle contient.

From Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe