La filière agroalimentaire devrait-elle être priorisée dans les plans de vaccination ?

Tandis que l’UE se rapproche d’un verdict sur les vaccins contre le nouveau coronavirus, plusieurs acteurs appellent les États membres à prioriser la main-d’œuvre dans le secteur agroalimentaire dans leurs plans de vaccination. [SHUTTERSTOCK]

Tandis que l’UE se rapproche d’un verdict sur les vaccins contre le nouveau coronavirus, plusieurs acteurs appellent les États membres à prioriser la main-d’œuvre dans le secteur agroalimentaire dans leurs plans de vaccination.

Dans une déclaration commune publiée mardi (15 décembre), la Fédération européenne des syndicats de l’alimentation, de l’agriculture et du tourisme (EFFAT) et l’organisation représentant les industries agroalimentaires d’Europe FoodDrinkEurope ont réuni leur force pour exhorter les États membres à inclure l’ensemble des travailleurs du secteur agroalimentaire dans les priorités de leurs stratégies nationales de vaccination.

Alors que l’UE étudie la manière la plus efficace de distribuer les prochains vaccins contre la Covid-19, la Commission européenne a fourni une feuille de route à ses membres pour les aider à élaborer leurs plans.

L’exécutif note ainsi six groupes prioritaires, parmi lesquels les professionnels de la santé, les personnes vulnérables, les personnes âgées et les « secteurs essentiels extérieurs au domaine de la santé », notamment la main-d’œuvre de la filière agroalimentaire.

La Commission européenne a invité les nations à examiner ces groupes de plus près, dont l’importance à pris une place centrale lors de la pandémie.

En raison des inquiétudes concernant la sécurité alimentaire, les travailleurs dans le secteur agroalimentaire ont été qualifiés d’« essentiels » dans beaucoup de pays du bloc au fil de la première vague de SARS-Cov-2, car ils ont assuré le bon fonctionnement des chaînes alimentaires.

La sécurité alimentaire ne peut être garantie que si le personnel de l’industrie concernée est protégé et la production est maintenue sans perturbation, avertit le document.

l'UE et l'Afrique renforcent leur coopération agroalimentaire malgré la pandémie de Covid-19

Lorsque l’UE et l’UA ont créé un groupe de travail commun en mai 2018, leurs priorités étaient de mettre en avant la sécurité alimentaire africaine, le transfert de compétences, l’adaptation au changement climatique et les investissements dans le secteur agroalimentaire.

« C’est une bonne chose que le corps médical ainsi que les groupes vulnérables et les personnes âgées occupent une place prioritaire dans les plans de vaccination. Néanmoins, nous souhaitons également que les États membres reconnaissent la nécessité de protéger le secteur agroalimentaire pour éviter toute discontinuité dans l’approvisionnement », a soutenu William Surman, porte-parole de FoodDrinkEurope.

Wiebke Warneck, chargée de dossiers liés à l’agroalimentaire et au tabac à l’EFFAT, a appuyé qu’« au cours de la pandémie, les travailleurs du secteur agroalimentaire ont été jugés essentiels, car ils fournissent des denrées alimentaires aux citoyens européens quotidiennement ».

« Il est désormais temps de les récompenser pour les risques encourus et reconnaître leur rôle primordial en les portant au rang de groupe prioritaire », a-t-elle poursuivi, martelant que « seuls des travailleurs en bonne santé peuvent nourrir l’Europe ».

Le secteur agroalimentaire compte environ 4,7 millions de travailleurs tout autour de l’orbite européenne.

Par ailleurs, l’agriculture du bloc dépend, dans une certaine mesure, des travailleurs immigrés – dont beaucoup sont sans-papiers. Ils représentent un taux important de la main-d’œuvre assignée à la cueillette de fruits et légumes, à l’emballage et à la transformation des aliments.

Et si l’agriculture de demain se trouvait au-dessus de nos têtes ?  

Les grandes villes offrent des millions de mètres carrés de surface de toit inutilisée. Pourquoi ne sont-ils pas convertis pour la culture de denrées alimentaires ? Le potentiel semble énorme, mais l’agriculture urbaine n’en est qu’à ses balbutiements.

S'abonner à la newsletter de L'actu en capitales

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Le contenu du présent rapport ou de la présente publication reflète uniquement la position de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne n’assume aucune responsabilité quant à l’usage qui pourrait être fait des informations qu’il/qu’elle contient.

From Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer