La FNSEA veut ponctionner l’aide au développement rural

Le premier syndicat d’exploitants demande au président de la République de garantir le transfert d’une partie du fonds pour la période 2014-2020 vers les aides directes.

La réforme de la Politique agricole commune (PAC) est dans sa dernière ligne droite. Les ministres de l’Agriculture de l’UE doivent se retrouver à Bruxelles du 23 au 26 juin pour tenter de finaliser un accord avec le Parlement.

D’ici là, la Fédération national des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) est bien décidée à faire entendre sa voix. Le président de la première organisation du secteur a demandé à rencontrer le ministre de l’Agriculture pour évoquer le sujet, a-t-il déclaré mardi 11 juin à la presse.

Lutte d’influence face aux régions

Xavier Beulin veut sauvegarder le montant des aides directes allouées aux agriculteurs dans le cadre de la PAC. Pour se faire, il souhaite ponctionner à hauteur de 15% l’enveloppe prévue pour le développement rural (Fonds européen de développement rural, Feader) entre 2014 et 2020.

Le président de la FNSEA a demandé à François Hollande de donner des garanties sur ce point. Aujourd’hui, le projet de réforme de la PAC le permet.

Ces subventions sont directement perçues par les exploitants, alors que le FEADER sert à co-financer des projets et n’est pas réservé aux agriculteurs.  

Selon le projet de cadre financier pour 2014-2020, la France devrait recevoir 8,8 milliards d’euros au titre du développement rural. C’est donc plus d’1,3 milliard de transfert que demande le syndicat. 

Pour la FNSEA, cet ajustement doit permettre de compenser la baisse du budget de la PAC. L’objectif principal de Xavier Beulin est de garantir une stabilité des revenus. Les aides européennes en représentent la moitié.

En s’attaquant au Feader, les agriculteurs se retrouvent en opposition avec les régions. Ces dernières veulent récupérer sa gestion dans le cadre de la future loi de décentralisation.

Les régions rurales refusent d’être à la remorque des politiques européennes

Le risque pour le gouvernement est de se retrouver coincé entre la pression de la FNSEA et celle des collectivités, majoritairement à gauche.

Xavier Beulin a regretté pour sa part que les relations entre son organisation et ses ministères de tutelle soient de plus en plus difficiles.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.