La nouvelle procédure d’autorisation du glyphosate démarre

Monsanto est un grand producteur du glyphosate. [defotoberg/Shutterstock]

La Commission européenne s’apprête à proposer un renouvellement d’autorisation du principe actif controversé du Roundup.  Un article de notre partenaire, Ouest-France.

La Commission européenne devrait proposer au mois de juin un renouvellement de 10 ans de l’autorisation du glyphosate, principe actif du Roundup, et herbicide le plus commercialisé au monde.

Une discussion sur ce dossier explosif, déjà reportée, a finalement eu lieu ce 16 mai au sein du collège des commissaires.

Le commissaire européen à la santé Vytenis Andriukaitis est à l’initiative de ce projet de compromis alors que son collègue à l’agriculture Phil Hogan était favorable à un renouvellement pour 15 ans. Mais d’autres plaidaient pour une durée inférieure à 10 ans, notamment les commissaires Vella (environnement) et Vestager (concurrence).

L’autorisation en cours du glyphosate, qui a été prolongée de 18 mois faute de consensus entre les États membres, arrive à échéance à la fin de l’année.

Les Verts montent au front pour consulter les études sur le glyphosate

L’Organisation mondiale de la santé et l’Agence européenne de sécurité des aliments ont abouti à des conclusions différentes sur le glyphosate. Pour l’eurodéputé belge Bart Staes, l’agence européenne doit absolument publier ses recherches. Un article d’Euractiv Allemagne.

Cancérigène probable

Avant de présenter sa proposition, la Commission doit attendre que lui soit officiellement transmis le rapport de l’Agence européenne des produits chimiques. Lequel a conclu que le glyphosate ne doit pas être classé comme cancérogène. Ce n’est qu’ensuite, que le texte sera soumis au vote des États membres.

Cependant, le Centre international de recherche sur le cancer, dépendant de l’Organisation mondiale de la santé, a classé le glyphosate comme « cancérigène probable » en 2015. Analyse battue en brèche, ces derniers mois, par deux agences de l’UE : celle des produits chimiques (ECHA) et celle de la sécurité des aliments (Efsa). Qui ont, elles, conclu que tel n’est pas le cas.

C’est donc, sur cette base que le collège des commissaires devrait officiellement s’accorder pour proposer aux États membres de renouveler son autorisation. Celle-ci, après plusieurs prolongations provisoires, arrive à échéance en fin d’année.

Monsanto accusé de corruption scientifique pour sauver le glyphosate

Pour éviter l’interdiction du gyphosate en Europe, ses producteurs auraient financé la publication de fausses preuves scientifiques, dénonce un rapport.

« Appliquer le principe de précaution »

De leur côté, les eurodéputés socialistes français Eric Andrieu et belge Marc Tarabella demandent « une stricte application du principe de précaution». S’appuyant sur l’affaire dite des « Monsanto papers » ils ont déjà demandé l’ouverture d’une enquête parlementaire. Ce qui n’a pas encore été obtenu. Pour qu’une telle commission d’enquête soit mise en place, il faut qu’un quart des membres du Parlement européen le demande.

L'interdiction du glyphosate, une décision légitime, mais non scientifique ?

Le débat sur la toxicité des pesticides est légitime, mais dépasse le domaine de la science, selon Bernhard Url, le directeur de l’agence européenne EFSA.

Selon les deux eurodéputés, les « Monsanto papers » ont montré qu’aux États-Unis, dès 1999, le géant américain avait caché certaines preuves du danger sanitaire de l’herbicide. De nouvelles révélations prouveraient que Monsanto a même payé des scientifiques pour parapher des études tendancieuses réalisées par ses propres équipes.

Les deux eurodéputés exigent que « toute la lumière soit faite avant tout renouvellement de ce produit potentiellement cancérigène pour 500 millions d’européens » et qu’à défaut « la Commission, mais aussi les Etats membres, engageront leur responsabilité ».

>> Lire la suite sur Ouest-France