La place des forêts polonaises dans la bioéconomie européenne interroge

Cet article fait partie de l'édition spéciale La bioéconomie au cœur des objectifs de la PAC.

Cet article est également disponible en portugaisitalien et espagnol.

La Pologne pourrait tenir un rôle central dans le développement de la bioéconomie européenne. Mais des incertidudes demeurent sur l’utilisation durable des ressources forestières dans la production d’énergie. Un article d’Euractiv Pologne.

La bioéconomie devrait avoir un rôle prépondérant à jouer pour atteindre la neutralité carbone à travers l’UE. Pas moins de la moitié de neuf objectifs que compte la nouvelle politique agricole commune (PAC) pour 2021-2017 y sont directement liés.

La neutralité carbone de l’UE dépendra, par ailleurs, essentiellement de la gestion des ressources minérales et renouvelables. De plus, les experts arguent que les pays d’Europe centrale et orientale, notamment la Pologne, sont des acteurs importants dans ce secteur.

En Pologne, les aides ne manquent pas pour remplacer l’énergie fossile par  l’énergie produite à partir de la biomasse. Toutefois, les scientifiques font également remarquer que l’utilisation de la bioénergie provenant de la biomasse forestière comme énergie renouvelable peut nuire à la biodiversité.

En mars 2020, l’UE présentera une version mise à jour de la stratégie sur la biodiversité, qui inclut actuellement des « objectifs quantitatifs pour accroître le nombre de zones terrestres et maritimes protégées en raison de la richesse de leur biodiversité ». Par ailleurs, au cours des dernières années, la sensibilisation à l’égard du rôle des écosystèmes a augmenté, ce qui explique les efforts déployés pour les sauver.

Lors d’un entretien avec Euractiv Pologne, Zbigniew Karaczun, professeur à la Warsaw School of Life Sciences, a indiqué que le transfert d’une partie du fonds de la PAC au Pacte vert européen était une bonne nouvelle pour les exploitants agricoles : l’agriculture étant sans cesse touchée par le changement climatique, notamment les sécheresses ou les pluies diluviennes, les produits agricoles sont donc plus chers qu’auparavant.

« L’économie agricole est extrêmement vulnérable au changement climatique. Si la situation venait à dégénérer, les répercussions sur le secteur agricole européen pourraient être tragiques et par conséquent, les prix des denrées alimentaires subiraient des changements », a déclaré M. Karaczun.

Bioénergie et sylviculture veulent des financements verts de l'UE

Les bioénergies, y compris le bois, les biocarburants et l’industrie forestière, devraient être incluses dans le projet de taxonomie financière durable de l’UE, conformément à la directive sur les énergies renouvelables récemment mise à jour, affirme une coalition industrielle.

Les avantages polonais

Dans ce contexte, le rôle de la nouvelle stratégie forestière de l’UE évoluera dans les prochaines années, et se consacrera, entre autres, au reboisement ainsi qu’à la protection et à la remise en état des forêts qui couvrent l’Europe.

Ainsi, Bruxelles a demandé à chaque État membre de l’UE d’esquisser des plans stratégiques liés à la PAC afin de mettre en place des mesures de gestions forestières adéquates.

Le rapport du Bio-based Industries Consortium (BIC) en 2018 dévoile que la Pologne possède les moyens de devenir l’un des leaders européens en bioéconomie.

Mais, d’après les auteurs de l’analyse, il est nécessaire de préparer une stratégie pertinente, de déployer des activités éducatives et de mettre en place des mesures innovantes.

Selon les scientifiques, l’industrie polonaise du chauffage et les fournisseurs d’énergie pourraient privilégier davantage l’utilisation de la biomasse et non du charbon pour s’adapter à la hausse des prix de l’électricité sur le marché privé, qui témoigne d’une augmentation moyenne des prix de 20 % depuis le début 2020 par rapport à l’année dernière.

Les avertissements des scientifiques

En 2018, Hanna Bartoszewicz-Burczy, de l’Institute of Power Engineering à Varsovie, a indiqué dans son analyse, « Pontential and use of biomass in Central European countries » (le potentiel et l’utilisation de la biomasse dans les pays d’Europe centrale), que la Pologne disposait de surfaces terrestres très boisées et cultivées, ce qui représente un potentiel de biomasse élevé.

Les défenseurs de cette théorie soutiennent que l’incinération de la biomasse est moins agressive pour l’environnement et qu’elle sort également du cadre des mesures liées aux émissions de gaz à effet de serre.

En Pologne, la production d’énergie grâce à la biomasse est sur la bonne voie, et ce, grâce à plusieurs dispositions du gouvernement, notamment sa volonté de fonder l’énergie nationale et le secteur de chauffage sur les ressources nationales.

Toutefois, l’incertitude à l’égard de l’attitude européenne au sujet de la biomasse pousse aujourd’hui Varsovie à freiner la plupart de ses plans d’action visant à remplacer le charbon par la biomasse dans les centrales électriques.

Les scientifiques spécialisés dans les questions climatiques et environnementales s’opposent à ce scénario. Dans une lettre adressée au gouvernement et au parlement, ils demandent à limiter l’utilisation de la biomasse dans la production d’énergie. Selon eux, la solution pour endiguer le changement climatique est de reboiser et protéger les forêts — et non les brûler.

« Nous savons déjà que brûler des forêts pour produire de l’énergie à grande échelle représente un danger pour la biodiversité et implique des répercussions sur le changement climatique », expliquent les signataires de la lettre.

Les représentants du think thank européen Sandbag abondent également en ce sens. En décembre de l’année dernière, ils ont publié un rapport intitulé « Playing with fire » (« jouer avec le feu »), démontrant que l’utilisation accrue de biomasse, perçue comme une source d’énergie renouvelable, pourrait contribuer à la lutte contre le changement climatique.

Le bois des forêts n'est pas une énergie renouvelable pour les Européens

Le bois des forêts est-il une énergie renouvelable ? Des citoyens de sept pays poursuivent l’UE en justice pour tenter de prouver que non.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.