La Pologne bâtit un mur de 1 200 km

La Pologne veut empêcher les sangliers de circuler. [Shutterstock]

Face à la peste porcine, la Pologne a décidé de construire, d’ici à 2020, un mur à sa frontière orientale. Le but est d’empêcher les sangliers porteurs de la maladie de s’introduire sur le territoire. Une décision qui est loin de convaincre les experts, selon notre partenaire, Ouest-France.

Le gouvernement polonais va construire l’une des clôtures les plus longues du monde, le long de sa frontière orientale, selon une information du quotidien britannique The Telegraph. Ce mur a vocation de protéger le pays des sangliers porteurs de maladies. « La clôture doit être construite de manière à assurer notre sécurité », a déclaré la semaine dernière, devant les médias polonais, Robert Telus, député et membre du comité parlementaire chargé du développement rural et de l’agriculture. Nous devons nous assurer que les sangliers n’entrent pas dans le pays et que nous gardons nos éleveurs de porcs en sécurité. »

Un mur de plus de 1 200 km

Le mur devrait voir le jour en 2020. S’étalant sur plus de 1 200 km et suivant la frontière entre la Pologne et l’Ukraine, la Russie et la Biélorussie, la clôture en acier devrait mesurer deux mètres de haut. Elle sera également enfouie dans le sol pour empêcher la création de tunnels par les animaux. Le coût des travaux est estimé à plus de 56 millions d’euros. Pour le moment, seuls les chasseurs semblent être en mesure d’arrêter la traversée des sangliers. Mais certains échappent à leur surveillance.

Certains experts, s’interrogent sur l’utilité de construire une clôture anti-sanglier. « Je doute de son efficacité, a déclaré, au Telegraph, le Dr Tomasz Podgorski, expert à l’Institut de recherche sur les mammifères de l’Académie des sciences en Pologne. Les Biélorusses ont essayé quelque chose de similaire et des études montrent que les sangliers n’ont aucun mal à passer à travers. »

La ligne rouge représente la prochaine clôture. [Infographie : Elevation Data/USGS]

La peste porcine déjà présente

D’autres remettent en question la nécessité d’une clôture, étant donné qu’il y a déjà eu des cas de peste porcine en Pologne. Depuis 2014, 108 cas de la maladie ont été recensés chez les porcs domestiques et 1 415 cas chez le verrat. « Tout ce que la clôture pourrait faire, c’est de garder la maladie à l’intérieur de nos propres frontières », confirme le Dr Tomasz Podgorski à la station de radio polonaise Tok FM.

Les sangliers sont des animaux puissants et intelligents. Ils peuvent faire preuve d’une ténacité et d’un talent remarquables pour franchir ou contourner des obstacles, surtout si cela les empêche de se nourrir. La frontière orientale de la Pologne traverse également des rivières et des lacs. Il est donc possible que ces derniers fournissent aux sangliers des passages naturels dans la clôture.

 [Infographie : Ouest-France]

Depuis des années, la peste porcine africaine (PPA), une maladie hémorragique très contagieuse, sévit en Pologne. Elle décime les porcs et sangliers d’Europe de l’Est. Sans danger pour l’homme, c’est un fléau pour les élevages. Elle peut dévaster des populations entières de porcs. La maladie est également endémique dans la Fédération de Russie. Et malheureusement, il n’existe pas encore de vaccin. En 1960, elle a frappé l’Espagne et le Portugal. Ces pays ont mis trente ans à l’éradiquer.

En France, une population croissante de sangliers a conduit à la destruction des pâturages utilisés pour les vaches laitières. Dans le Haut-Rhin, la situation a tellement empiré que les agriculteurs ont réclamé en janvier, des abattages. La production du fromage Munster était en péril.

Peste porcine: les sangliers polonais terrorisent les éleveurs en France

La peste porcine sévit en Pologne. Des éleveurs français redoutent que le trafic de sangliers accélère sa progression. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

>> Lire sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe