L’agriculture verte est un sujet brûlant à l’approche du sommet UE-UA

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’adressant à la salle de conférence de l’Union africaine en février 2020. [EU/ANSOTTE]

Cet article fait partie de l'édition spéciale L’impact des décisions de l’UE sur les agriculteurs africains.

La question de l’accaparement des vaccins et de la production africaine de vaccins devrait dominer le sommet UE-Union africaine (UA), longtemps retardé, mais les deux parties souhaitent également renforcer leur coopération en matière de politique agricole.

La sixième réunion très attendue des chefs d’État et de gouvernement de l’UE et de l’UA se tiendra à Bruxelles les 17 et 18 février, deux ans après la publication par la Commission européenne de son projet de «  partenariat stratégique  » avec l’Afrique.

L’UE souhaite utiliser ce partenariat  pour encourager les États africains à adopter les politiques environnementales de son Pacte vert. Cependant, la pandémie a entraîné un recalibrage des priorités parmi les pays africains.

La perturbation majeure de la production et des chaînes d’approvisionnement aura notamment poussé de nombreux États à se concentrer davantage sur l’augmentation de la production nationale et la réduction de leur dépendance à l’égard des importations alimentaires.

L’UA considère le processus de  partenariat  comme une occasion de donner à ses gouvernements et aux blocs régionaux une plus grande marge de manœuvre pour développer des capacités industrielles et des marchés.

Selon la Banque mondiale, 23 % du PIB de l’Afrique subsaharienne provient de l’agriculture.

Contactée par EURACTIV, la Commission européenne a déclaré qu’il était trop tôt à ce stade pour connaître la liste des sujets agricoles qui seront abordés lors du sommet.

Dans le cadre du partenariat remanié avec l’Afrique, l’UE devrait soutenir des actions concrètes pour le développement de la propriété intellectuelle lorsqu’il s’agit de denrées alimentaires africaines, par exemple.

En mai dernier, la Commission européenne avait approuvé l’enregistrement du Rooibos/Red Bush d’Afrique du Sud dans le système de qualité de l’Union, devenant ainsi le premier aliment africain à recevoir le statut d’indication géographique (IG) dans l’Union européenne.

L’UA a demandé le soutien de l’agence alimentaire des Nations unies, la FAO, afin d’établir une stratégie continentale pour les IG, un appel qui a été repris par d’autres institutions mondiales, notamment la Commission européenne, l’Agence française de développement (AFD) et l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI).

La stratégie pour les IG en Afrique avait été approuvée en octobre 2017, recevant le soutien immédiat de l’UE, qui considère les IG comme faisant partie du protocole sur les droits de propriété intellectuelle de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA), un projet phare de l’UA que l’UE s’est engagée à soutenir pleinement.

L’Afrique pourrait tirer parti des indications géographiques protégées si chères à l’UE

La tradition et la grande diversité qui caractérisent les produits agricoles africains pourraient bénéficier des instruments de propriété intellectuelle pour la protection des aliments dont les Européens aiment tant faire usage.

Une politique alimentaire africaine autonome

L’impact de la politique alimentaire phare de l’UE, la stratégie «  de la ferme à la fourchette » (Farm to Fork, F2F), pourrait se répercuter en Afrique et, plus précisément, sur les petits exploitants agricoles africains.

En termes d’objectifs concrets, la Commission a proposé une réduction ambitieuse de 50 % de l’utilisation et des risques liés aux pesticides, ainsi qu’une réduction de 50 % des pesticides hautement dangereux, une réduction de 20 % de l’utilisation des engrais et une réduction de 50 % de l’utilisation des antibiotiques dans l’agriculture et l’aquaculture, le tout d’ici 2030 et par rapport au niveau actuel de l’UE.

Les agriculteurs africains craignent que l’obligation de respecter ces objectifs, s’ils veulent vendre leurs produits en Europe, ne devienne rapidement un obstacle majeur au commerce, car les ramifications des décisions prises au niveau de l’UE ne s’arrêtent pas à ses frontières.

La plus grande préoccupation des agriculteurs africains est que le cadre réglementaire de l’UE pourrait devenir injuste en raison des exigences imposées, sans aucun calendrier spécifique pour rattraper les agriculteurs européens.

La semaine dernière, l’Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique (AFSA), un réseau de 36 acteurs de la société civile représentant les petits exploitants agricoles et les pasteurs, a exhorté l’Union africaine à approuver l’initiative visant à élaborer une politique alimentaire africaine destinée à réduire la dépendance à l’égard des importations hors de prix.

S’exprimant lors du lancement de l’initiative à Nairobi, le président de l’AFSA, Chris Macaloo, a déclaré que «  les niveaux de production en Afrique sont en baisse, ce qui rend nécessaire l’importation de denrées alimentaires  ».

«  La production alimentaire industrialisée ne résiste pas aux effets du changement climatique et contribue aux émissions de gaz à effet de serre, ce qui entraîne un réchauffement de la planète et réduit donc la productivité  », a-t-il déclaré.

Million Belay, coordinateur de l’AFSA, a ajouté que «  la plupart de l’espace politique de l’Afrique est déjà occupé par des acteurs et des intérêts extérieurs, mais maintenant, avec les consultants travaillant au niveau de l’Union africaine et d’autres institutions gouvernementales et non gouvernementales clés, désireux de travailler avec les 23 pays, ils peuvent réellement écrire la politique de l’Afrique sur la base des souhaits des populations  ».

L'Afrique a besoin d'une stratégie qui suit la vision de la "ferme à la fourchette"

L’Afrique a besoin d’une stratégie qui suit « la ferme à la fourchette » pour changer ses systèmes alimentaires durablement, d’après un haut représentant du Fonds international de développement agricole (FIDA).

 

Des conséquences inattendues

L’UE souhaite également que son Global Gateway, récemment lancé sur le modèle du programme d’investissement chinois Belt and Road, soit au cœur de ce qu’elle décrit comme des «  solutions de financement innovantes pour le partenariat UE-UA, la reprise économique et les deux transitions numérique et verte  ».

Lors du sommet d’affaires UE-Afrique qui s’est tenu le mois dernier à Marrakech, des experts ont fait valoir qu’il fallait accroître les investissements du secteur privé et la mise en œuvre des politiques pour stimuler la croissance de l’agriculture africaine.

Samira Rafaela, une eurodéputée libérale néerlandaise, a déclaré que la stratégie «  de la ferme à la fourchette » de l’UE, avec ses aspirations écologiques, était importante, mais elle a souligné qu’il était tout aussi important que l’application de ses normes n’ait pas pour conséquence involontaire d’exclure des produits agricoles africains.

Elle a exhorté l’UE à contribuer au développement de l’agriculture en Afrique, tout en respectant les méthodes locales qui auraient été affinées par des générations et qui auraient fait leurs preuves.

«  Nous devons nous demander comment nous pouvons intégrer certaines de ces méthodes qui fonctionnent dans le mélange de la production agricole et du commerce international  », a-t-elle déclaré.

Subscribe to our newsletters

Subscribe