Le bien-être animal risque de passer à la trappe dans la nouvelle PAC

Le bien-être animal est une question à laquelle les citoyens de l’Union restent très attachés. [Shutterstock]

Baisse de son budget, nouvelles priorités définies par certains États membres, la condition animale n’a pas la place qu’elle pouvait espérer dans les propositions de la Commission européenne pour la PAC post 2020.

Après l’âge d’or des années 1990 et 2000 où la volonté européenne de protéger les espèces animales a connu son apogée (interdiction des cages conventionnelles, amélioration des conditions de transport, règles plus strictes sur les conditions d’abattage…), la PAC actuelle a  plutôt mis l’accent sur la compétitivité des filières agricoles et dans une moindre mesure dans le développement de filières d’agriculture raisonnée et biologique.

Des conditions financières difficiles

Avec une baisse de 5% du budget de la politique agricole commune annoncée dans la proposition de la Commission (malgré l’opposition de 20 pays de l’Union dont la France) et certains états membres qui pointent du doigt que la PAC ne doit plus être une priorité du prochain cadre financier (les nouveaux défis relevant de la sécurité et de la défense, de la compétitivité économique, de la transition écologique et des migrations), de nouveau, le bien-être animal ne semble pas figurer dans les priorités de la commission.

Or le bien-être animal est une question à laquelle les citoyens de l’Union restent très attachés. Selon un sondage mené par 30 millions d’amis en 2018, 67 % des Français considèrent que les animaux sont mal défendus par les politiques. En octobre 2018, l’initiative citoyenne européenne « End the cage age » lancée par l’ONG CIWF (Compassion in World Farming) et qui veut interdire l’élevage en cages a déjà récolté plus de 332000 signatures, chiffre qui ne cesse de grimper.

Une initiative contre les cages en Europe veut défendre la condition animale

A Paris, le lancement d’une initiative citoyenne européenne cherche à faire abolir les cages en Europe, et mobiliser sur la condition animale en France, qui affiche du retard sur le sujet.

 

Le bien-être animal en « saupoudrage »

Dans la proposition de la Commission sur la nouvelle PAC, le bien-être animal n’apparait qu’en dernier dans les objectifs généraux de l’article 6 : « améliorer la façon dont l’agriculture de l’Union fait face aux nouvelles exigences de la société en matière d’alimentation et de santé, y compris une alimentation sûre, nutritive et durable, les déchets alimentaires et le bien-être des animaux ».

Les priorités de la Commission sont doubles : simplifier les procédures et garantir plus d’efficacité au niveau environnemental avec plus de subsidiarité. Les mesures proposées sont ambigües. Bien que citées presque systématiquement, la plupart des aides n’obligent en rien à prendre réellement en compte le bien-être des animaux.

Sur le terrain, le bien-être animal reste un voeu pieux en Europe

Si l’Union européenne a mis en place des objectifs ambitieux, l’amélioration du bien-être animal peine à se concrétiser dans les exploitations et les abattoirs. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Les États aux commandes

Plus de subsidiarité, donc plus de marge de manœuvre aux États membres : chaque État membre devra construire son plan stratégique relevant de la PAC et établir ses propres objectifs. Dès 2021, un bilan annuel devra être présenté à la Commission qui pourra demander des mesures correctives, voire décider une suspension des paiements en cas de sous-performance.

La bonne nouvelle est que les États membres doivent inclure dans leur plan stratégique un « système de conditionnalité » relatif au bien-être animal. Cependant il n’y a aucune nouvelle avancée significative dans la réglementation pour le renforcement de la protection animale, chaque État membre restant libre de définir des normes supplémentaires plus contraignantes.

Seul coup de pouce, dans le cadre des programmes volontaires pour l’environnement (article 28), les éleveurs appliquant des normes plus strictes que les exigences minimales légales pourront percevoir un complément de revenu ou une compensation d’un manque à gagner. Ce complément serait versé annuellement et calculé en fonction de la taille de l’exploitation.

La sécurité de notre chaine alimentaire dépend aussi étroitement du respect de la santé animale, de leur mode d’élevage, de leur alimentation et donc de leur bien-être. Des animaux élevés en cages et nourris aux farines animales sont plus sensibles aux bactéries de toutes sortes. Ils font l’objet de traitements antibiotiques systématiques, antibiotiques qui se retrouvent dans nos assiettes et contribuent à la hausse significative des résistances aux antibiotiques à laquelle doivent faire face les autorités de santé.

L’idée d’un label spécifique « bien-être animal » garantissant aux consommateurs des méthodes d’élevage plus respectueuses, et donc plus sûres, fait timidement son chemin et pourrait être liée au respect de ces règles plus strictes. Des groupes de grande distribution l’ont déjà mis en pratique. Mais un label européen ne semble pas encore à l’ordre du jour.

L’Union européenne reste empêtrée dans des objectifs contradictoires. Compétitivité des élevages, augmentation des performances et conquête de marchés à l’export s’articulent mal avec la sécurité alimentaire, l’environnement et bien-être animal.

La grande distribution tente de saper un amendement sur le bien-être animal

Les distributeurs de l’industrie agroalimentaire font pression sur les eurodéputés pour qu’ils retardent le vote très attendu de la directive sur les pratiques déloyales, qui devrait avoir lieu la semaine prochaine.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe