Le spectre de nouveaux retards plane sur les aides PAC

La campagne de télédéclaration des aides PAC s'achève le 15 juin. [Shutterstock/Fotokostic]

Le confinement a retardé les déclarations des agriculteurs, ce qui pourrait affecter le calendrier de versement, craint l’administration. Les chambres d’agriculture se veulent rassurantes. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Les chambres d’agriculture se veulent rassurantes, mais le ministère de l’Agriculture n’est pas totalement serein. Cela fait tout juste quelques mois que les agriculteurs reçoivent en temps et en heure leurs aides européennes. Après trois années de déboire, l’administration avait réussi à retrouver un calendrier normal que les deux mois et demi de confinement menacent à nouveau.

Le confinement a retardé les déclarations des agriculteurs, ce qui pourrait affecter le calendrier de versement, craint l’administration. Les chambres d’agriculture se veulent rassurantes.

Interventions à distance

Pourquoi une telle crainte ? Pour déclarer leurs surfaces éligibles à la Politique agricole commune (PAC), les agriculteurs sont souvent épaulés par des conseillers, des chambres d’agriculture ou des préfectures. Or, le confinement les a éloignés des cours de ferme, les obligeant à intervenir à distance. Prévoyant des retards, le ministère de l’Agriculture a rapidement allongé d’un mois la période de déclaration, jusqu’au 15 juin.

Mais fin mai, les statistiques de l’Agence de service et de paiement (ASP) ont commencé à donner quelques sueurs froides à l’administration. Au 24 mai 2020, le nombre de dossiers déposés était inférieur de 21 % à la même date en 2019. Le cabinet du ministre de l’Agriculture communique alors ces chiffres à la presse agricole, rappelant que des retards pourraient affecter le versement des aides, en octobre.

Agriculture et pêche : des budgets revus à la hausse dans l’UE

Dans le cadre du plan de relance, la Commission européenne a proposé, le 2 juin, de rallonger le budget alloué à la politique agricole commune (PAC) post-2020 de 26,4 milliards d’euros. Un article de notre partenaire le Journal de l’environnement.

« Pas de dérive »

Une semaine plus tard, l’Assemblée des chambres d’agriculture (APCA) se veut rassurante. « Nous étions à 86 % de déclarations (déposées) au 1er juin », quinze jours avant l’échéance, a annoncé son président Sébastien Windsor, mercredi 3 juin. Il n’y a « pas de dérive », a-t-il ajouté, précisant que le ministre avait fixé l’objectif de 75 % des déclarations au 15 mai. « Nous étions à 73 % » à cette date.

Lire la suite sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER