Les appels à la création de stocks alimentaires européens se multiplient

shutterstock_DGAgriSR3Nov26_FRcontribution

Pour éviter la dégringolade des prix ou la destruction de certains produits alimentaires, producteurs et élus demandent à la Commission de mettre en place des stocks alimentaires.

Les marchés agricoles sont sous tensions entre la crainte de pénurie de certains produits alimentaires et les excédents qui risquent de mettre en péril les exploitations agricoles européennes.

« Certains produits agricoles seront bientôt excédentaires faute de pouvoir être acheminés ou vendus. […] Il est urgent et indispensable que l’Europe accélère la mise en place de stocks alimentaires prévus par les règlements européens » affirme l’eurodéputé socialiste français Eric Andrieu, dans une question écrite adressée à la Commission européenne.

Régulateur des marchés agricoles

Ce mécanisme de régulation pourrait permettre d’éviter l’effondrement des prix de certains aliments en mal de débouchés, faute d’acheminement ou de demande de la part du marché de la restauration.

En France, la fermeture des marchés alimentaires décrétée le 23 mars par les autorités françaises a mis un coup d’arrêt  supplémentaire à la distribution de nombreux produits frais.

Les marchés alimentaires restent interdits, mais les dérogations se multiplient

Dans une ordonnance rendue le 1er avril, le Conseil d’État rejette la requête de la Fédération nationale des marchés de France d’annuler l’interdiction des marchés couverts et en plein air. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

La fermeture dans la majorité des pays européens des restaurants ainsi que de la restauration collective a également mis à mal un débouché important pour la production française.

Si les initiatives locales se multiplient pour permettre aux producteurs agricoles de vendre leur production, « nous ne pourrons pas trouver de débouchés pour tout », a cependant souligné la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, lors d’une conférence de presse sur Twitter.

Le principal syndicat agricole français a sollicité le ministre de l’Agriculture français pour relayer la demande de création de stocks alimentaires à l’échelle de l’UE.

Pour l’heure, le ministère de l’Agriculture a relayé en partie la demande du syndicat pour certains produits seulement – le lait et la viande, en réclamant des autorisations de stockage privé – c’est-à-dire à la charge des producteurs.

« L’Europe peut et doit des aides aux producteurs et aux industriels qui mettraient en stocks des produits qui ne trouvent pas preneur. Cela permettrait d’éviter une ultra saturation du marché et les conséquences catastrophiques d’une telle situation, avec des prix totalement instables, une grande précarité pour les producteurs et aussi un immense risque de gaspillage alimentaire » a rappelé Eric Andrieu.

Pour l’heure, la Commission européenne n’a pas annoncé de dispositifs spécifiques, alors que les mécanismes légaux existent déjà, souligne la FNSEA. « Les outils existent, le règlement OCM offre plusieurs mécanismes que la Commission européenne peut activer en cas de déséquilibres graves de marché. Or c’est bien le cas de la situation actuelle qui remplit malheureusement tous les critères : elle n’était ni prévisible, ni intrinsèque au secteur agricole » a rappelé l’organisation dans un communiqué.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER