Les Etats refusent de rouvrir les négociations sur la PAC

e1525985928a234c61a8aa9840a19816.jpg

Lors du conseil Agriculture du 15 juillet, les ministres ont refusé de prendre en considération les demandes du Parlement.

C’est une fin de recevoir que les Etats ont adressée aux députés européens, lors de la dernière réunion des ministres de l’Agriculture avant la pause estivale lundi 15 juillet.

Pas question pour eux de renégocier la moindre ligne de la réforme de la Politique agricole commune (PAC) après l’accord politique conclu mercredi 26 juin.

Mardi 9 juillet, les élus de la commission Agriculture du Parlement ont réclamé le droit de discuter de plusieurs sujets cruciaux jusqu’à présent exclus des négociations de la future PAC.

Ces éléments concernent avant tout l’aspect financier et conditionnent la répartition des aides entre les pays.

Le Parlement européen menace l’équilibre de la réforme de la PAC

Les principaux Etats agricoles que sont la France, l’Allemagne, l’Italie ou la Pologne ont tous réaffirmé leur attachement à l’équilibre de l’accord du mois dernier.

Le commissaire européen à l’Agriculture Dacian Ciolos est du même avis, mais reste prêt à débattre d’aménagements techniques sur les points évoqués par le Parlement.

Les Etats refusent de discuter d’une obligation de plafonner les aides aux agriculteurs à partir de 300 000 euros, comme le demandent les députés. La mise en place d’une dégressivité des subventions à partir d’un certain montant perçu pourrait constituer un compromis.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.