Les eurodéputés veulent plus de transparence dans l’évaluation des pesticides

shutterstock_305909561 [@Gavin Baker Photography/Shutterstock]

La commission spéciale sur les pesticides a voté, ce jeudi 6 décembre, les recommandations pour améliorer la procédure d’autorisation des pesticides dans l’Union européenne. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Les eurodéputés ont adopté ce jeudi 6 décembre le projet de rapport de la commission spéciale sur les pesticides (PEST), tel que le glyphosate, pour garantir la santé des citoyens européens. Le rapport a été voté par 25 voix contre 5 au sein de la commission spéciale. Ces recommandations portent notamment sur les mesures à prendre pour améliorer le travail des agences menant les évaluations.

L’objectif final de ce rapport est de faire des recommandations concernant la procédure d’autorisation de l’Union européenne en matière de pesticides afin d’assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine et animale ainsi que de l’environnement. Le rapport doit être validé en session plénière en janvier 2019.

La France reste loin d'interdire le glyphosate

Le ministre français de l’Agriculture, Didier Guillaume, défend la décision du gouvernement de remettre à 2020 l’interdiction du glyphosate. Il estime que si l’interdiction était appliquée immédiatement, de nombreux agriculteurs seraient en difficulté.

Des inquiétudes sur le vote

Cette commission spéciale a été créée après les inquiétudes soulevées lors du renouvellement de la licence d’utilisation d’un pesticide controversé : le glyphosate. En novembre dernier, sa licence avait été automatiquement renouvelée quelques semaines après un vote favorable des États membres, à la surprise générale.

Dans une résolution votée en octobre 2017, le Parlement européen avait déclaré que les révélations des ‘« Monsanto Papers »’, des documents internes de la société qui possède et produit le Roundup, dont le glyphosate est la substance active principale, avaient jeté un doute sur la crédibilité de certaines études utilisées dans l’évaluation de la sécurité du glyphosate par l’UE.

Des études vraiment indépendantes

Après neuf mois de travaux, la commission spéciale, qui comptait 30 membres, a examiné la procédure d’autorisation de l’UE pour les pesticides et les possibles conflits d’intérêts dans la procédure d’approbation. Les eurodéputés ont également fait des recommandations pour améliorer le rôle des agences de l’UE, notamment sur leurs besoins en ressources humaines et financières adéquates pour pouvoir s’acquitter de leurs obligations.

Les eurodéputés demandent que la procédure d’autorisation de l’UE, notamment l’évaluation scientifique des substances, se fonde uniquement sur des études indépendantes, ayant fait l’objet d’un examen par des pairs et commandées par les autorités publiques compétentes.

« Toute décision en matière d’autorisation doit se prendre au regard des données scientifiques et des analyses des agences compétentes. Il est donc urgent de renforcer ces dernières en leur donnant notamment les moyens nécessaires pour mener à bien leurs missions », a estimé Angélique Delahaye, députée européenne issue des Républicains.

Le débat sur le glyphosate reprend après la condamnation de Monsanto

Le tribunal de San Francisco a condamné Monsanto à indemniser un jardinier en phase terminale de cancer. Une condamnation sans précédent qui a ravivé le débat houleux sur le glyphosate en Europe. Un article d’Euroefe.

Lire sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.