Les Européens saisiront-ils l’occasion de mieux protéger les abeilles ?

Les abeilles seront-elles mieux protégées ? Les eurodéputés votent ce 23 octobre pour demander à la Commission et aux États de revoir leur copie sur les mesures d’autorisations de mise sur le marché des insecticides. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Un vote important pour la protection des abeilles aura lieu ce mercredi 23 octobre, au Parlement européen. Il s’agit de contraindre la Commission et les États à adopter des tests de toxicologie plus complets avant de mettre de nouveaux insecticides sur le marché. Un droit de veto déjà utilisé par les parlementaires sur le cas du glyphosate. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Interdits depuis la fin 2018 dans l’Union européenne, les trois principaux insecticides néonicotinoïdes pourraient potentiellement être remplacés par des produits tout aussi nocifs. Cet été, les dirigeants nationaux ont discrètement, mais massivement rejeté une proposition de la Commission européenne qui proposait d’adopter des standards d’évaluation moins restrictifs, avant de mettre sur le marché de nouveaux insecticides.

« Un acte fort » du Parlement européen

« Cette proposition n’inclut que la toxicité aiguë des pesticides, c’est-à-dire si les abeilles meurent lors d’une exposition directe, et pas leur toxicité chronique. C’est particulièrement important, car les ruches sont touchées par l’accumulation de résidus de pesticides, qui peuvent rester plus de vingt ans dans la nature », détaille l’eurodéputé Pascal Canfin, président de la commission Environnement au sein du Parlement européen.

Tous les États membres, à l’exception notable de la France, ont loupé là, l’occasion de protéger durablement les insectes pollinisateurs. Le Parlement européen leur donne une possibilité de se rattraper. À la façon dont l’assemblée s’était mobilisée pour l’interdiction du glyphosate, elle a fait valoir son droit de veto sur ce dossier, sur proposition de plusieurs députés de la commission Environnement (les sociaux-démocrates, les libéraux de Renew Europe et les Verts). Le vote en commission a eu lieu lundi : 62 pour, 7 contre et quatre abstentions, selon Pascal Canfin.

La Commission reproche aux États membres d'autoriser trop de néonicotinoïdes

La Commission européenne reproche à plusieurs Etats-membres d’abuser des « autorisations d’urgence » des néonicotinoïdes.

Des apiculteurs en colère à Strasbourg

Ce qui laisse l’élu français de Renew Europe « raisonnablement confiant » pour le vote de ce mercredi, en séance plénière. « Nous aurons besoin de la majorité absolue, soit 376 voix. Il ne nous manque que quelques voix de députés de la droite européenne (PPE). »

L’actualité pourrait favoriser un vote positif. Pour peser sur la réforme de la Politique agricole commune, des centaines de membres de 38 organisations « paysannes, environnementales, de bien-être animal, de solidarité internationale et de consommateurs citoyens », ont manifesté mardi 22 octobre à Strasbourg, du centre-ville jusqu’au Parlement européen.

> Lire la suite sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER