Les eurodéputés craignent un « chantage » de Moscou sur les importations d’engrais

Les engrais courant contiennent trop de cadmium, selon la Commission. [Pixabay]

Une initiative de la Commission pour la réduction de la contamination au cadmium inquiète certains eurodéputés, qui craignent que cela ne rende les agriculteurs plus dépendants des importations russes.

Dans le cadre de l’économie circulaire, la Commission propose d’encourager l’utilisation d’engrais à base d’ingrédients organiques ou recyclés, en leur assurant un aussi bon accès au marché qu’aux engrais traditionnels.

Phosphate naturel

L’UE a donc présenté des règles facilitant l’octroi du label CE à ces engrais. Ce label signifie que le produit respecte toutes les conditions légales et peut être vendu dans l’UE et encouragerait donc leur production à grande échelle. Cette mesure permettrait, selon la Commission, de réduire la dépendance de l’union vis-à-vis des importations de phosphate naturel, matière première des engrais traditionnels.

La plupart du phosphate naturel importé contient du cadmium, un métal lourd extrêmement toxique. La proposition de l’exécutif entend donc également réduire la proportion de cadmium dans les produits fertilisants phosphatés étiquetés CE, afin de s’attaquer à « la contamination des sols et des aliments via l’utilisation d’engrais ». Le projet prévoit de réduire la limite de 60 mg/kg à 40 mg/kg en trois ans, puis à 20 mg/kg après 12 ans.

Dans un document de travail, Jarosław Wałęsa (EPP), eurodéputé polonais de Plateforme civique, suggère que la commission parlementaire dédiée au commerce international] (INTA), « s’inquiète principalement des limites proposées pour certains contaminants, surtout le cadmium ». « Des limites strictes rendront la plus grande partie du phosphate naturel, utilisé dans la production d’engrais standard inutilisable et feront concurrence à une partie de la production européenne », explique-t-il.

La France a de la marge dans la réduction des pesticides

En France, l’usage des pesticides pourrait être réduit de 30% sans affecter les rendements ou la rentabilité des exploitations, révèle une étude publiée lundi 27 février dans la revue Nature Plants. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

L’ombre de la Russie

Le phosphate naturel de qualité, contenant moins de cadmium, est principalement importé de la Russie et du Maroc. Le renforcement des règles européennes pourrait donc entrainer un « chantage du marché », s’inquiète Jarosław Wałęsa, puisque la Russie est par exemple en compétition avec les producteurs européens sur le marché des engrais.

La proposition d’opinion de l’INTA conseille donc que les conséquences de cette décision soient surveillées de près, afin de garantir un accès stable et abordable aux matières premières. « La Commission devrait s’assurer que les fournisseurs étrangers qui livrent des matières premières et des engrais à l’UE n’abusent pas de leur position de force sur le marché en réduisant l’accès de l’industrie européenne aux matières premières et en rendant ses produits finis non concurrentiels », continue le texte.

Phil Hogan : « L’Europe veut aider les agriculteurs »

Le commissaire européen chargé de l’Agriculture et des affaires rurales se rend aujourd’hui au Salon de l’agriculture de Paris. Il y rappellera le soutien européen à l’agriculture française.

Conformité OMC

« Cette proposition pourrait être contraire aux règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), à cause du manque de preuves scientifiques », estime en outre l’eurodéputé polonais. Il propose donc un mécanisme permettant de suspendre la réglementation européenne en cas de plainte d’un pays de l’OMC.

La Commission a cependant rejeté l’idée d’une possible infraction aux règles de l’OMC. De plus, les produits dépourvus de l’étiquette CE pourront toujours être vendus sur le marché européen. « La proposition de la Commission permet déjà aux États membres d’aménager des exceptions pour autoriser du phosphate plus contaminé sur leur marché national, sans pour autant que les engrais finis soient étiquetés CE », a fait remarquer un représentant de l’exécutif.

L'UE veut favoriser les engrais organiques

Le paquet économie circulaire va démarrer avec les déchets comme les farines animales et autres boues d’épuration, qui pourraient remplacer un tiers du phosphate importé par l’UE. Un article de notre partenaire le JDLE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.