Les eurodéputés veulent verdir l’utilisation des engrais

La vente d'engrais organiques pourrait être facilitée. [U.S. Department of Agriculture/Flickr]

Lors de la révision de la directive sur les engrais, les eurodéputés ont recommandé de favoriser davantage les engrais organiques et le compost.

Dans le cadre de la transition européenne vers une agriculture circulaire, la Commission européenne a proposé de réviser le règlement relatif aux engrais, qui date de 2003.

Le texte vise à  réduire le gaspillage, la consommation d’énergie et les dommages environnementaux causés par les engrais en encourageant l’utilisation de produits fertilisants moins traditionnels.

À ce jour, la réglementation se concentre sur les engrais minéraux, principalement les phosphates, importés de pays tiers. Un grand nombre de nouveaux engrais organiques et utilisant des déchets ne sont donc pas pris en compte et ne peuvent être vendus sur le marché intérieur.

Réduire les importations de phosphates

Le nouveau règlement pourrait réduire d’un tiers les importations de phosphates vers l’UE, qui passeraient de six millions de tonnes par an à quatre millions, selon les estimations de la Commission.

L'UE veut favoriser les engrais organiques

Le paquet économie circulaire va démarrer avec les déchets comme les farines animales et autres boues d’épuration, qui pourraient remplacer un tiers du phosphate importé par l’UE. Un article de notre partenaire le JDLE.

Plus d’innovation

Les membres de la commission parlementaire dédiée au marché intérieur (IMCO) ont entre autres proposé de faciliter l’accès au marché des engrais organiques et innovants, d’encourager l’utilisation de substances recyclées dans la production d’engrais et d’établir une série de critères de qualité, de sûreté et d’impact écologique pour les engrais « étiquetés CE » au niveau européen (c’est-à-dire ceux qui peuvent être utilisés au sein du marché intérieur).

Recyclage

Les eurodéputés ont également reconnu que des « progrès techniques prometteurs » avaient été réalisés dans le domaine de la réutilisation des déchets. Ils ont donc décidé d’inclure des recommandations pour le recyclage des phosphates, comme la struvite, issus des boues d’épuration, la production d’engrais à partir des sous-produits animaux, comme le charbon à usage agricole, et la récupération du phosphore après l’incinération, notamment pour les produits à base de cendres.

« Il devrait être possible de vendre des produits contenant ou composé de ces matériaux dans le marché intérieur sans retards inutiles, puisque les processus de fabrication ont été analysés scientifiquement et que les exigences de procédé ont été établies au niveau européen », insistent-ils.

Bertrand Vallet, d’EurEau, la fédération européenne des associations nationales des services des eaux, s’est félicité du vote des eurodéputés. Il estime que les gestionnaires de déchets ont à présent l’occasion « d’entrer pleinement dans l’économie circulaire en intégrant certains produits issus des boues d’épuration dans la réglementation ».

L'UE veut favoriser les engrais organiques

Le paquet économie circulaire va démarrer avec les déchets comme les farines animales et autres boues d’épuration, qui pourraient remplacer un tiers du phosphate importé par l’UE. Un article de notre partenaire le JDLE.

Directive nitrates

L’un des points les plus controversés des discussions a été la possible révision de la directive sur les nitrates, afin de limiter les restrictions en vigueur.

L’objectif principal de la directive est de protéger la qualité de l’eau en empêchant les nitrates issus de l’agriculture de polluer les eaux souterraines et de surfaces en limitant l’utilisation de certains engrais dans les zones polluées. Cela inclut une limite de 170 kg par nitrogène par hectare par an de fumier dans les zones où l’eau est polluée.

Cette limite est essentielle pour la protection de la santé humaine et des écosystèmes aquatiques, ainsi que pour assurer des prix raisonnables à l’eau potable.

« Nous sommes également satisfait de voir que le Parlement a décidé de ne pas modifier la directive sur les nitrates dans le cadre de la réglementation sur les engrais. L’un de nos principaux objectifs est de protéger les ressources hydriques pour la production d’eau potable, et la directive sur les nitrates est un élément important de cette action », explique Bertrand Vallet. « La directive sur les nitrates et la réglementation sur les engrais devraient rester distinctes. »

Les eurodéputés craignent un « chantage » de Moscou sur les importations d’engrais

Une initiative de la Commission pour la réduction de la contamination au cadmium inquiète certains eurodéputés, qui craignent que cela ne rende les agriculteurs plus dépendants des importations russes.

Biostimulants

Le résultat du vote est aussi bien accueilli par l’industrie des biostimulants, qui se félicite de la définition de ces produits, dissociée de celle des produits de protection des plantes.

Les biostimulants pour plantes peuvent être obtenus à partir de sources renouvelables et de déchets industriels, comme les extraits de plantes et d’algues, les aminoacides et les acides humiques. Ils peuvent également contenir des microorganismes des sols.

La biostimulation est un processus complémentaire à la nutrition et à la protection des cultures. Elle agit seulement sur la vigueur de la plante et n’a aucun impact direct sur les maladies ou les nuisibles.

En gros, les biostimulants encouragent les processus naturels à l’œuvre à l’intérieur des plantes, comme le développement des racines. Ils aident donc les plantes à utiliser plus efficacement l’eau et les nutriments et à leur permettre de devenir plus résistantes.

Cependant, contrairement à d’autres produits fertilisants, l’accès au marché et l’approbation des produits issus de l’industrie des biostimulants ne sont pas encore réglementés au niveau européen.

Des engrais et du plastique polluent l'eau dans le monde entier

Des quantités massives de phosphore, un engrais largement utilisé dans l'agriculture, ainsi que des milliards de morceaux de plastique empoisonnent l'environnement marin mondial, selon l'ONU, qui appelle à une meilleure gestion mondiale des déchets.

Contexte

Published in December 2015, the European Commission's Circular Economy Package, was intended to increase recycling levels and tighten rules on incineration and landfill.

It consists of six bills on waste, packaging, landfill, end of life vehicles, batteries and accumulators, and waste electronic equipment.

European Commission First Vice-President Frans Timmermans was given a mandate from President Jean-Claude Juncker to cut red tape and deliver “better regulation”. Better regulation is an EU reform that the UK government has demanded.

He told MEPs in December that he would withdrawing and resubmitting the package, to make it "more ambitious".

Plus d'information

Parlement européen