Peste porcine: les sangliers polonais terrorisent les éleveurs en France

Le virus de la peste porcine est inoffensif pour l'homme

La peste porcine sévit en Pologne. Des éleveurs français redoutent que le trafic de sangliers accélère sa progression. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

La peste porcine africaine (PPA), une maladie hémorragique très contagieuse, décime les porcs et sangliers d’Europe de l’Est. Elle sévit en Pologne, pas encore en Allemagne. Sans danger pour l’homme, c’est un fléau pour les élevages. En 1960, elle a déjà frappé l’Espagne et le Portugal, qui ont mis trente ans à l’éradiquer, ainsi que la Sardaigne, où elle est restée endémique.

Nombre de foyers et de cas de peste porcine en 2016 en Europe de l'Est

Les éleveurs de porcs de Bretagne, première zone de production de France, ont des sueurs froides. Dans le Finistère, ils dénoncent des lâchers clandestins de sangliers. « Deux lots de quarante et soixante sangliers, avant Noël », s’inquiète André Sergent, président de la chambre départementale d’agriculture. Ceci n’est cependant pas confirmé par la préfecture.

Pourquoi acheter des sangliers alors que leur surabondance, destructrice de cultures, est régulièrement déplorée par les agriculteurs ? Parce ce que les chasseurs achètent, ce sont de très grosses bêtes. En Europe centrale, elles peuvent dépasser les 300 kg.

1 500 € le gros mâle

Si des élevages existent en France, c’est sous strict contrôle des préfectures. Ces bêtes de trophée coûtent cher, « 350 € la bête de tir de 100 kg, de 750 € à 1 500 € pour un vieux mâle avec de très beaux grès (NDLR : canines proéminentes) », explique une éleveuse de la Vienne.

Le souci, ce sont les élevages clandestins. Moins chers et moins regardants sur les conditions sanitaires. L’Office national de la chasse en démantèle régulièrement, comme il y a peu, dans l’Aude, le Tarn et la Haute-Loire. Plus inquiétants : de gros sangliers étranges ont été récemment abattus près de Namur, selon le quotidien belge L’Avenir. Ils auraient été livrés de Pologne, à prix bradé, via Internet.

>> Lire la suite sur Ouest-France