PAC : la présidence portugaise de l’UE devrait trouver un compromis sur les « éco-régimes »

Le taux de paiements directs à allouer aux éco-régimes figure parmi les grands points de désaccord entre le Parlement et le Conseil dans le cadre de la réforme de la Politique agricole commune (PAC). [EU]

La présidence tournante portugaise souhaite trouver un compromis avec le Parlement européen dans les négociations sur la réforme de la PAC, et ce en consacrant 25 % des paiements directs de l’UE aux « éco-régimes » ou « eco-schemes ».

Lors du Conseil AGRIPECHE prévu le 26 avril, la présidence portugaise de l’UE devrait demander aux 27 ministres européens de l’Agriculture de se distancer de la décision initiale du Conseil selon laquelle chaque État devrait consacrer 20 % des paiements directs de l’UE aux éco-régimes (ou programmes écologiques), ce dispositif qui permettrait de rémunérer les agriculteurs pour les services qu’ils rendent à l’environnement.

Le taux de paiements directs à allouer aux éco-régimes figure parmi les grands points de désaccord entre le Parlement et le Conseil dans le cadre de la réforme de la Politique agricole commune (PAC).

Dans leur position respective votée en octobre 2020, le Conseil s’était arrêté sur une proposition à 20 %, tandis que le Parlement envisageait plutôt de consacrer 30 % des paiements directs de l’UE aux éco-dispositifs.

La transition verte de la PAC divise les politiques français

Les ministres de l’Agriculture de l’UE sont arrivés ce mercredi (21 octobre) à un accord sur la réforme de la politique agricole commune (PAC). En ce qui concerne la transition verte de la PAC, les réactions des parlementaires français sont contrastées.

Désormais, le Portugal, à la tête du Conseil de l’UE depuis janvier 2021, veut proposer aux ministres d’adopter une approche progressive, en commençant à 22 % pour augmenter vers 25 % en 2025.

La proposition vise à rapprocher le Conseil et le Parlement en vue du prochain cycle de négociations sur la réforme de la PAC qui aura lieu le 30 avril, a fait savoir une source proche du dossier.

Toutefois, malgré la volonté de Lisbonne de trouver une entente, il semblerait que certains États membres soient récalcitrants à l’idée de surpasser la barre des 20 %.

Au cours de la réunion préparatoire des 27 ambassadeurs auprès de l’UE le 12 avril, certains États membres avaient exhorté le Portugal à s’en tenir à la décision initiale.

Un appel que Lisbonne semble avoir décliné, préférant opter pour un juste milieu entre les volontés divergentes des deux institutions.

« Je suis confiant [que nous trouverons un accord final], mais le Parlement n’est pas prêt au compromis à tout prix », a indiqué le président de la commission parlementaire AGRI Norbert Lins lors du podcast Agrifood EURACTIV de la semaine dernière.

Maria do Céu Antunes, ministre portugaise de l’Agriculture et négociatrice principale pour le Conseil, restera à Bruxelles toute la semaine suivant le Conseil AGRIPECHE afin de convaincre ses homologues et préparer les pourparlers sur les plans stratégiques prévus le 30 avril.

Dès que les législateurs européens s’accorderont sur la réforme de la PAC, les États membres devraient déclarer quels programmes écologiques ils entendent poursuivre dans leurs plans stratégiques nationaux ; des éco-dispositifs qui nécessiteront l’approbation finale de la Commission européenne.

S’adressant au Parlement la semaine dernière, le commissaire à l’agriculture Janusz Wojciechowski a expliqué qu’il s’attendait à ce que les législateurs européens fassent du bien-être animal un éco-régime.

En janvier, l’exécutif européen avait de son côté présenté une liste d’éco-régimes axée notamment sur les pratiques agroécologiques, l’agriculture bio et la protection des sols.

Épisode de gel : Jean Castex promet 1 milliard d'euros pour soutenir les agriculteurs touchés

Le gouvernement compte débloquer 1 milliard d’euros pour aider les agriculteurs frappés par la vague de froid en ce début d’avril. Jean Castex a notamment annoncé une « année blanche » pour les cotisations sociales ce week-end.

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Le contenu du présent rapport ou de la présente publication reflète uniquement la position de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne n’assume aucune responsabilité quant à l’usage qui pourrait être fait des informations qu’il/qu’elle contient.

From Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe