La consommation de glyphosate en chute en Allemagne

Les Allemands se détournent doucement du glyphosate. [Leonid Eremeychuk/Shutterstock]

En Allemagne, les ventes de glyphosate, le désherbant le plus utilisé dans le monde, déclinent et ont atteint en 2016 le niveau le plus bas en 13 ans, selon Spiegel Online, qui cite des sources gouvernementales.

De 5 000 tonnes en 2012, la consommation allemande de glyphosate est passée à 3 800 tonnes en 2016, un plus bas depuis 2005. En 2016, c’est la Deutsche Bahn, le service du rail, qui était le plus gros utilisateur de glyphosate, avec 67,6 tonnes, selon le journal en ligne. Ces chiffres ont été révélés suite à une question parlementaire adressée au gouvernement fédéral par le SPD (sociaux-démocrates).

Dans l’accord de coalition signé entre les conservateurs de la CDU-CSU et le SPD, les parties ont convenu de mettre fin à l’utilisation du glyphosate « dès que possible » afin de protéger la biodiversité, a rappelé Spiegel Online, ajoutant que le document ne citait aucune alternative pour remplacer l’herbicide.

Un remplacement complet par d’autres désherbants n’est pas possible, en particulier en ce qui concerne la viticulture, indique le document, soulignant qu’en cas d’interdiction du glyphosate, il faudra s’attendre à une hausse de l’utilisation d’autres pesticides potentiellement plus dangereux.

Le glyphosate réautorisé pour cinq ans

L’herbicide a été réautorisé pour 5 ans, lors d’une vote à la majorité qualifiée des États membres a finalement réautorisé la vente du glyphosate. 18 pays, dont l’Allemagne qui a changé d’avis, ont voté pour, face à neuf contre dont la France.

En novembre 2017, dans une décision très attendue, l’UE a renouvelé la réautorisation du glyphosate après que l’Allemagne a changé sa position de manière inattendue. Une majorité qualifiée d’États membres avait en effet voté en faveur de la proposition de la Commission pour une nouvelle autorisation pour cinq ans (18 pour, neuf contre et une abstention). L’Allemagne a voté en faveur, alors qu’elle s’était abstenue précédemment.

La ministre allemande de l’Environnement, Barbara Hendricks, s’est plainte à l’époque que le changement de position n’ait pas été discuté avec elle et avait été décidé par ses partenaires conservateurs de la coalition bavaroise.

Dix-huit États membres ont voté pour, dont la Pologne, la Bulgarie et la Roumanie qui s’étaient auparavant abstenues, tandis que neuf pays ont voté contre et que seul le Portugal s’est abstenu.

La réponse de Berlin à la demande du SPD s’inscrit dans un contexte défavorable pour le géant agrochimique allemand Bayer, aujourd’hui propriétaire de l’herbicide controversé après sa fusion avec Monsanto. Le nombre d’actions en justice contre Monsanto, le producteur de RoundUp, à base de glyphosate, est même en augmentation aux États-Unis, et les avocats américains sont de plus en plus confiants.

Le débat sur le glyphosate reprend après la condamnation de Monsanto

Le tribunal de San Francisco a condamné Monsanto à indemniser un jardinier en phase terminale de cancer. Une condamnation sans précédent qui a ravivé le débat houleux sur le glyphosate en Europe. Un article d’Euroefe.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe