La production de miel espagnol chute et les abeilles continuent de disparaître

Alors que le ministre espagnol de l’Agriculture annonce une chute de la production de miel, le déclin des abeilles, qui pollinisent entre 5% et 8% de la production alimentaire mondiale, constitue une menace sérieuse pour la chaîne alimentaire. Un article de notre partenaire, EFEagro.

Le rapport sur les indicateurs économique publié par le ministère de l’Agriculture, de la Pêche, de l’Alimentation et de l’Environnement montre que la production de miel a chuté de plus de 4% l’an dernier. Alors que la tendance semblait pourtant être à la hausse, ces deux dernières années ont vu des baisses significatives. Avec un total de 32 076 tonnes produites, la production de 2016 est donc 7,35% moins élevée que celle de 2012.

Pourtant, le nombre d’apiculteurs continue de croitre et a passé la barre des 30 000. En 2016, ils étaient ainsi 30 920, soit 12% de plus que l’année précédente. Cette croissance est essentiellement liée aux apiculteurs amateurs, alors que l’on compte un nombre stable de professionnels, autour de 5 000, depuis une dizaine d’années.

Avec 2,45 millions de ruches, l’Espagne est le pays comptant le plus de ruches dans l’UE, représentant à lui seul 15,66% des ruches européennes. La France et la Grèce suivent, loin derrière, avec respectivement 1,63 et 1,58 million de ruches. En 2016, es Espagnols ont consommé en moyenne 0,7 kg de miel chacun.

Pourtant, le pays reste un importateur net de miel, avec des importations dépassant d’environ deux tonnes les exportations.

La PAC laisse de côté les abeilles et les pollinisateurs

À l’occasion de la semaine de l’abeille, la question de l’inclusion des pollinisateurs dans la Politique Agricole Commune a été mise sur la table par les apiculteurs et les agriculteurs, qui estiment que des mesures spécifiques pourraient être mises en œuvre. 

Un essaim en déclin

Les abeilles sont les principaux pollinisateurs de la plupart des écosystèmes et jouent un rôle crucial, bien que souvent sous-estimé, dans la chaîne alimentaire. La destruction des habitats, le changement climatique, les espèces invasives et les pesticides ont cependant fait chuter dangereusement le nombre d’essaims.

Selon la Commission, 9,2% des espèces d’abeilles présentes dans le monde sont menacées. « La plupart des espèces menacées se trouvent dans le centre et le sud de l’Europe », précise un rapport publié en avril 2017. « La principale menace pesant sur les abeilles européennes est la destruction d’habitats liée à l’intensification de l’agriculture (changements des pratiques agricoles, utilisation de pesticides et engrais), au développement urbain, à la multiplication des incendies et au changement climatique. »

Une menace pour la chaîne alimentaire mondiale

En 2016, l’ONU a demandé à la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) de rédiger un rapport sur la question.

L’étude souligne le fait que la pollinisation est responsable de 5 à 8% de la production agricole à l’échelle planétaire. Cela inclut « un grand nombre de fruits, légumes, graines, noix et cultures d’oléagineux, qui fournissent une grande partie des micronutriments, vitamines et minéraux essentiels à l’alimentation humaine ».

Les maux des abeilles menacent l'agriculture

Jamais les pollinisateurs n’ont été aussi menacés, et jamais l’humanité n’a autant eu besoin d’eux. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.