Un juge français saisit l’Europe sur la dangerosité des pesticides

Chargé de l’affaire des Faucheurs volontaires accusés d’avoir vandalisé des bidons de glyphosate, un juge français a accepté leur requête de saisir la justice européenne sur la dangerosité de ce produit.

« C’est une première en Europe qu’un tribunal pose une question préjudicielle sur l’évaluation [de la dangerosité par l’Europe, Ndlr] des pesticides », a indiqué à l’AFP Me Guillaume Tumerelle, l’avocat des Faucheurs.

Le président du tribunal correctionnel de Foix, Hervé Barrié, a accepté de saisir la Cour de justice de l’Union européenne à Luxembourg afin qu’elle dise si le règlement européen qui autorise le glyphosate et d’autres pesticides est « conforme au principe de précaution ».

Selon Me Tumerelle, « les méthodes d’évaluation des pesticides, dont le glyphosate, ne tiennent aucun compte des effets de cumul, ce que l’on appelle l’effet cocktail ».

Les agences européennes accusées de dissimuler des preuves contre le glyphosate

Les avocats qui poursuivent Monsanto en justice aux États-Unis accusent les agences européennes de sécurité alimentaire d’avoir « délibérément écarté certaines études » dans leur évaluation de la dangerosité du glyphosate.

À l’origine de ce dossier, deux actions de Faucheurs volontaires, militants environnementalistes opposés aux OGM et aux pesticides, la première en septembre 2016 à Pamiers et la seconde en mars 2017 à Foix, lors desquelles ils avaient recouvert de peinture des bidons d’herbicide dans deux magasins de bricolage.

Au total, 21 Faucheurs avaient été convoqués devant la justice pour « destruction volontaire en réunion » à une première audience en juin, renvoyée à une deuxième en août.

Mais le 17 août, le président du tribunal correctionnel de Foix, suivant les réquisitions du parquet, avait accepté d’examiner les questions préjudicielles soulevées par la défense des Faucheurs, remettant sa décision au 12 octobre.

Jeudi, le juge a demandé à la Cour européenne de se prononcer. La juridiction européenne de Luxembourg doit rendre une réponse dans un délai de 18 mois avant que l’affaire ne puisse être jugée en Ariège.

« Ce procès qui était local peut remettre en question le droit européen », a ainsi estimé Me Tumerelle.

Le glyphosate fait monter la tension entre États membres et Commission

Les États membres doivent cesser de se cacher, voire de se décharger sur la Commission sur la question du glyphosate, assure Vytenis Andriukaitis, commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.