Une alliance européenne de recherche pour sortir des pesticides

[Shutterstock]

Vingt-quatre organismes de recherche européens ont décidé de s’allier en vue d’une agriculture sans pesticide chimique. À l’origine du projet, présenté dimanche 23 février, l’Inrae et deux organismes allemands. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Annoncée alors qu’a débuté le Salon international de l’agriculture samedi 22 février à Paris, l’initiative a été lancée sous l’impulsion de l’Inrae, le Centre de recherche fédéral allemand sur les plantes cultivées (JKI) et le Centre de recherche sur le paysage agricole de Leibniz (ZALF).

Sa déclaration d’intention a été signée dimanche 23 février par 24 organismes issus de 16 pays européens, dont l’institut suisse Agroscope, le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), le Conseil national de la recherche d’Italie, l’université suédoise des sciences agricoles, l’Institut finlandais des ressources naturelles, ou encore l’université d’Aarhus (Danemark).

Une feuille de route est en préparation, qui sera soumise à la Commission européenne dans le cadre de son Pacte vert présenté en décembre 2019. L’alliance se veut transdisciplinaire, associant biologie et agronomie, mais aussi sciences humaines et sociales.

Plusieurs pistes de recherche

Parmi les pistes communes de recherche évoquées : « mieux utiliser les approches agro-écologiques afin de développer des systèmes de production plus résistants aux maladies, exploiter le fort potentiel de la sélection végétale, développer l’utilisation du numérique et des nouvelles technologies et agroéquipements, approfondir les leviers et verrous de la transition socio-économique », indique l’Inrae.

Contacté par le JDLE, Christian Huyghe, directeur scientifique agriculture à l’Inrae, estime qu’il n’y a « jamais eu d’alliance européenne de recherche d’une ambition aussi forte, et il n’y en a jamais eu sur ce sujet-là », à savoir la sortie des pesticides. Avant son lancement, ce projet a fait l’objet de « beaucoup de rencontres avec la Commission européenne, nous y avons reçu une écoute très attentive ».

L'UE va interdire l'insecticide thiaclopride

La Commission européenne a décidé le 13 janvier de ne pas renouveler l’approbation du thiaclopride, un pesticide à base de néonicotinoïdes jugé dangereux pour la santé et l’environnement par l’Autorité européenne de sécurité des aliments.

Faire poids à Bruxelles

L’objectif de cette alliance, qui ne comportera ni président, ni directeur ou secrétaire général, est non seulement de favoriser des collaborations entre les chercheurs, mais surtout d’« être ensemble sur des grands projets européens ». Par exemple lors de la candidature aux appels à projets, mais aussi dans leur élaboration par la Commission. Ou encore dans le partage d’infrastructures de recherche, ainsi que dans l’émergence de grands réseaux de recherche, que ce soit sur l’épidémiosurveillance ou la robotique.

« Cette transition prendra du temps, mais je sais qu’on va y arriver. Nous devons réussir à faire une agriculture alliant performance économique et performance environnementale. La recherche est là pour alimenter la société en connaissances qui n’existent pas encore », ajoute Christian Huyghe.

La Cour des comptes tire la sonnette d'alarme sur les produits phytosanitaires

L’Etat français a dépensé 400 millions d’euros pour réduire l’utilisation de pesticides, qui a finalement progressé. Une situation dénoncée par l’auditeur public, qui demande d’intégrer les objectifs de transition agro-écologique dans la PAC.

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Le contenu du présent rapport ou de la présente publication reflète uniquement la position de l'auteur et relève de sa seule responsabilité. La Commission européenne n’assume aucune responsabilité quant à l’usage qui pourrait être fait des informations qu’il/qu’elle contient.

From Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER