Politique agricole commune: quelle viabilité économique ?

Dans le principal pays bénéficiaire de la PAC, les craintes concernant la « nationalisation » de la PAC 2020-2027 sont nombreuses, tant du côté des élus que des syndicats agricoles.

L’Europe aura-t-elle dans le futur 27 politiques agricoles communes ? Après la présentation de la réforme de la PAC par la Commission européenne pour la période 2020-2027, les syndicats agricoles et les élus français s’inquiètent de l’ambition affichée de redonner les rênes de la répartition des aides agricoles aux États membres et aux régions.

Parmi les pistes présentées par la Commission, la question d’une « renationalisation » de la PAC a été vivement dénoncée lors de la table-ronde.

Dans son approche, Bruxelles envisage en effet de donner aux États membres une plus grande marge de manœuvre quant à l’attribution des aides aux agriculteurs.

Jusqu’ici, le budget de la PAC était divisé entre deux « piliers ».  Les aides du « premier pilier », qui représentent environ 80% de l’enveloppe totale étaient jusqu’ici pilotées par Bruxelles, tandis que celles du « second pilier » étaient réparties par les gouvernements.

Dans sa réforme, Bruxelles propose de transformer le premier pilier en une extension du deuxième, en laissant ainsi aux capitales le soin de concevoir leurs propres paiements directs et programmes environnementaux (premier pilier).

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.