La FAO s’inquiète du retour de la famine

La sécheresse et la famine frappent de nombreuses régions en Afrique. [Stuart Price/United Nations]

Daniel Gustafson, le directeur général adjoint de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, a averti que 108 millions de personnes étaient confrontés à une « crise alimentaire » dans le monde.

Daniel Gustafson travaille pour la FAO depuis 1994. Il est en charge de l’Afrique et de l’Asie du Sud. Avant de devenir directeur général adjoint, il était responsable du bureau de liaison de l’organisation pour les États-Unis et le Canada. 

Le message du nouveau rapport mondial sur les crises alimentaires 2017, pourrait être résumé en une phrase: « la famine est de retour », surtout au Soudan du Sud, en Somalie et au nord-est du Nigéria. De manière réaliste, combien de temps avons-nous pour empêcher une famine catastrophique?

Je pense que cela dépendra en partie de la situation dans ces pays pendant la saison des pluies, d’avril à juin, et du soutien qui sera apporté aux ménages afin de les empêcher de vendre tous leurs biens et d’entrer dans un cercle vicieux qui mènerait à la catastrophe. C’est donc une combinaison de l’aide que nous pouvons apporter et d’événements naturels.

Certaines des classifications en dessous du niveau « famine » peuvent paraître quelque peu anodines au grand public: « insécurité alimentaire », « crise alimentaire ». Que cela signifie-t-il concrètement pour une famille dans l’un de ces pays?

Une situation est considérée comme « catastrophique » lorsque le nombre de décès dépasse les 40 pour 10 000 par jour. C’est énorme. C’est désastreux. Il s’agit de la pire des situations.

Le stade inférieur est une situation d’« urgence », où les gens s’en sortent à peine et vendent tout ce qu’il leur reste. Ils mangent beaucoup moins. Ils nourrissent leurs enfants et ne mangent pas comme des adultes devraient le faire. Ils vendent leur bétail pour acheter de la nourriture et ont du mal à remonter la pente après ça. Et une fois qu’ils en arrivent à ce point de non-retour, ils se regroupent dans des camps pour éviter la famine.

Bruxelles renforce son aide au Soudan du Sud pour lutter contre la famine

Le 21 février, l’UE a condamné la famine ravageant le Soudan du Sud et aggravée par les affrontements, tout en promettant 82 millions d’euros d’aide d’urgence au pays.

Ou ils meurent.

Ils essayent de s’en sortir en sacrifiant quelques objets, non luxueux, pour obtenir un peu de nourriture. Pour ne manger probablement qu’une fois par jour.

Vous avez travaillé en Somalie avec la FAO. N’est-il pas navrant de voir que le pays, qui a souffert de famine en 2011, est sur le point d’en subir une autre? Ne perdez-vous jamais espoir?

Si nous avions en 2011 les moyens dont nous disposons à présent, je pense que nous aurions pu éviter cette famine. De ce point de vue, je pense que la situation s’est améliorée.

Par ailleurs, en 2011, il n’y avait pas vraiment de gouvernement effectif. Et pendant les années où j’ai vécu là-bas, il n’y avait pas de gouvernement du tout. Les gens ne croyaient même pas en la possibilité d’établir un gouvernement.

Mais je pense que nous avons déjà parcouru un long chemin et que la situation est bien meilleure aujourd’hui qu’en 2011.

Le constat principal du rapport est que 108 millions de personnes risquent la famine à l’heure actuelle. Comme nous le savons tous, l’UE est le premier donateur mondial. Que pourrions-nous faire de plus?

Je ne suis pas sûr d’avoir une réponse à cette question. C’est aux dirigeants d’agir. L’important est d’investir à long terme. Je pense que nous devrions tous agir davantage, mais cela ne veut pas dire que nous allons dans la mauvaise direction. Les dirigeants y travaillent déjà. Cela ne fait aucun doute.

L'UE renforce son aide aux pays africains touchés par la sécheresse

L’UE a annoncé un nouveau plan de 165 millions d’euros supplémentaires pour les pays d’Afrique de l’Est, touchés par la sécheresse.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.