Kristalina Georgieva s’engage à protéger l’aide humanitaire allouée par l’UE

Commissioner Georgieva in action. [European Commission]

ENTRETIEN / Kristalina Georgieva, la commissaire européenne en charge de l’aide humanitaire, a déclaré à EURACTIV qu’elle était assez confiante que le financement ne serait pas victime de la pression des États membres de l’UE en faveur d’une réduction du budget 2014-2020. Elle s’est également engagée à préserver l’aide humanitaire, « sans excuses » pour les détracteurs.

Kristalina Georgieva, la commissaire européenne en charge de la coopération internationale, de l'aide humanitaire et de la réaction aux crises, a indiqué qu'elle avait de bonnes raisons de considérer que la ligne budgétaire à long terme de l'UE dédiée à l'aide humanitaire resterait « telle qu’elle apparaît dans la proposition de la Commission ».

Ses espoirs pourraient sembler trop optimistes. La dernière proposition de projet de budget présentée par le président du Conseil, Herman Van Rompuy, réduit l'aide au développement et l'aide humanitaire d'environ 10 milliards d'euros (voir « Contexte ») pour atteindre 60,6 milliards d'euros.

Parmi les arguments avancés, Mme Georgieva a également mentionné le montant peu élevé du budget de l'aide humanitaire et le fait qu'il s'agissait de l'une des rares catégories dans lequel les fonds européens alloués étaient pleinement utilisés.

« Si la proposition de la Commission était réduite, la question serait : le domaine de l'aide humanitaire serait-il réduit davantage ? Je ne l'espère pas, car nous faisons confiance aux faits et selon les faits, le budget de l'aide humanitaire est minuscule. Il représente 0,62 % [du budget total de l'UE], mais avec cet argent, nous aidons 150 millions de personnes. Pour ces personnes, il s'agit de la chose la plus importante que font la Commission et l'Europe », a déclaré Kristalina Georgieva lors d'un entretien.

Réserve d'aide d'urgence

La commissaire a souligné que ses services utilisaient les fonds alloués « à 100 % » et que la réserve d'aide d'urgence (RAU), qui permet de répondre à des événements imprévus, avait été pleinement utilisée au cours des trois dernières années.

Malheureusement, les besoins devraient continuer à croître très rapidement, « à cause de mère Nature et des conflits », a-t-elle ajouté.

Elle n'a toutefois pas caché que la RAU constitue l'une des catégories de dépenses ciblées par le mouvement en faveur de réductions. La RAU représente actuellement 250 millions d'euros en moyenne par an. Ce chiffre est passé à 350 millions d'euros dans la proposition de la Commission. Il a toutefois été réduit à 280 millions d'euros dans la première proposition présentée par Herman Van Rompuy.

« Nous essayons maintenant de mobiliser des aides afin de relever [ce chiffre] au niveau proposé initialement », a déclaré Mme Georgieva.

Elle a également précisé que l'aide humanitaire de l'UE était « très responsable d’un point de vue budgétaire » et que le « taux d'erreur », ou l'erreur matérielle en comptabilité, de la RAU représentait 1,1 %, l'un des plus bas de la Commission. Le taux d'erreur total des dépenses de l'UE en 2012 était inférieur à 4 %, selon la Cour des comptes européenne.

Dans plusieurs domaines, des fonds ne sont pas dépensés à la fin de l'année, a déclaré la commissaire.

Le « hors-bord » de l'aide humanitaire contre le Queen Mary

Afin d'illustrer la nécessité de dépenses d'urgence, Kristalina Georgieva a pris l'exemple d'Haïti, le pays le plus pauvre de l'hémisphère occidental. Ce pays a connu un séisme dévastateur le 12 janvier 2010. Mme Georgieva a pris ses fonctions en tant que commissaire européenne au moment où cette catastrophe a frappé Haïti.

Quelque 30 pays sont « incroyablement vulnérables » aux catastrophes naturelles et leur vulnérabilité s'accroît parce que plusieurs d'entre eux sont situés dans des zones de conflit, a-t-elle ajouté.

Quant à l'interaction avec les services du commissaire en charge du développement, Andris Piebalgs, Mme Georgieva a comparé ses services à un « hors-bord » et l'aide au développement au paquebot Queen Mary.

« Ceux d'entre nous qui travaillent dans l'aide humanitaire disposent d'un privilège énorme, parce que nous prenons des décisions rapidement et que nous les exécutons avec des partenaires en qui nous avons confiance. Le reste de l'activité, le développement, est beaucoup plus lent », a-t-elle expliqué.

Cela ne signifie pas que les services d'aide au développement de l’UE travaillent avec des gens en qui ils n'ont pas confiance, a-t-elle ajouté pour développer la comparaison. Un changement majeur dans la politique de développement a cependant été introduit lorsqu'il a été demandé à la Commission de collaborer « avec les gouvernements qui veulent le bien de leur population », a déclaré Mme Gerogieva. Ce changement a eu lieu en 2011, au cours du printemps arabe.

« Ils doivent en réalité prouver qu'ils se soucient de leur population. C'est comme cela qu'est né le concept "plus pour plus". Étant donné que j'ai longuement travaillé dans le [domaine du] développement, je dirai qu'il est plus facile de faire "plus pour plus" [que] "moins pour moins" », a-t-elle indiqué.

La commissaire a expliqué que l'agence d’aide humanitaire de l’UE EuropeAid de M. Piebalgs avait identifié « deux domaines importants de collaboration ». L'un deux est la vulnérabilité de quelque 30 pays aux catastrophes. L'objectif est d'aider les communautés à gérer les chocs.

« Lorsque nous traduisons cela en un programme, nous planifions l'aide humanitaire et les fonds de coopération au développement dans cette optique, et cela fonctionne. Plus pour certains pays, moins pour d'autres, mais cela fonctionne », a-t-elle ajouté.

Le deuxième domaine d'action commune est ce qu'elle appelle la corrélation entre la réhabilitation et le développement dans des zones en crises de longue durée, comme au Darfour, ou dans les territoires palestiniens occupés. Dans un camp, par exemple, cela signifie que l'UE peut soutenir une école et toujours disposer de fonds pour aider à la construction d'une route, a expliqué la commissaire.

Le poids des sentiments

Kristalina Georgieva, une économiste et personnalité politique bulgare, a occupé les fonctions de vice-présidente de la Banque mondiale et dispose d'une expérience dans la levée de fonds. Elle n'a pas caché qu'elle envisageait d'utiliser « le poids des sentiments » pour véhiculer le message selon lequel les dépenses d'aide humanitaire et d'aide au développement ne devraient pas être réduites.

« Il s'agit d'une remarque que je fais à tout le monde : […] au Parlement, au président Van Rompuy, aux ministres. Je dis toujours : l'agriculture et la cohésion disposent d'un groupe de pression, mais les personnes les plus vulnérables qui n'ont pas voix au chapitre dans les couloirs du pouvoir, n'en ont pas. Ce qu'ils ont, c'est moi. Je vais donc lutter de toutes mes forces, aucune excuse », a-t-elle déclaré.

Mme Georgieva a également fait référence au levier spécial de l'UE dans les zones de conflit, prenant pour exemple le Mali, dévasté par une guerre civile. « Parce que l'UE fait ce que nous faisons comme nous le faisons, nous avons en réalité beaucoup plus de marge de manoeuvre pour parler à tout le monde. Vous le sentez. L'UE est acceptée comme une puissance douce qui permet de véhiculer des messages », a-t-elle indiqué.

Les réussites n’intéressent pas

Kristalina Georgieva a profité de cet entretien accordé à EURACTIV pour accuser les médias internationaux de négliger les « réussites » de l'action de l'UE dans l'aide humanitaire et l'aide au développement.

« Vous ne traitez que les mauvaises nouvelles. Comment puis-je faire en sorte que vous écriviez une histoire sur le chien qui n'aboie pas ? »

Selon elle, l’évènement le plus important de 2012 était la catastrophe alimentaire évitée au Sahel, la zone géographique de transition entre le désert du Sahara et les savanes soudanaises.

« Une catastrophe aurait pu se produire, mais nous l'avons évitée. Nous nous sommes mobilisés à l'avance, nous avons déployé 337 millions d'euros provenant seulement de la Commission pour éviter cette catastrophe, et nous y sommes parvenus. Mais comment vendre cette histoire ? Vous pourriez dire : "Kristalina, vous devez trouver comment faire aboyer le chien calme". J'essaie en réalité, mais ce n'est pas évident. Les mauvaises expériences sont faciles à véhiculer et les bonnes ont peu de chance […] », a déclaré la commissaire.

La convention des Nations unies relative à l'aide alimentaire, entrée en vigueur le 1er janvier 2013, est la deuxième plus grande réussite de cette année. Elle est toutefois passée inaperçue dans les médias, selon Mme Georgieva. Ce traité international était extrêmement important parce qu'après plusieurs années de disputes, les Européens sont parvenus à modifier l'approche mondiale relative à l'aide alimentaire, a-t-elle poursuivi.

L'ancienne approche était de « rassembler nos surplus agricoles et de les jeter à ceux qui avaient besoin de nourriture », a-t-elle expliqué. La nouvelle pratique sera, quant à elle, d'apporter un soutien financier, des bons d’achats et de la nourriture seulement si les marchés locaux et régionaux ne le peuvent pas.

« [Il s'agit d'une] différence énorme parce qu'en proposant de l'argent et des bons d'achat, ce qui est beaucoup plus digne, nous ne tuons pas les agriculteurs locaux et ne créerons pas de dépendance vis-à-vis de l'aide. Et cette convention qui va à l'encontre du risque de dépendance vis-à-vis de l'aide constituerait un très bon sujet selon moi. Une fois de plus, il s'agit de l'histoire du chien qui n'aboie pas », a-t-elle déclaré.

EURACTIV a lancé aujourd’hui (9 janvier) sa nouvelle rubrique de politique de développement. Pour vous inscrire à cette newsletter, cliquez ici.

La proposition de budget de l'UE pour l'aide au développement en 2014-2020 serait plus que rentable, selon un récent rapport d'ONE, une organisation de campagne et de plaidoyer fondée par Bono, le chanteur du groupe rock U2.

Le rapport indique que les 51 milliards d'euros affectés à l'aide des pays les plus pauvres du monde grâce à l'instrument de financement de la coopération au développement (ICD) et au Fonds européen de développement (FED) pour la période 2014-2020 (voir « Contexte ») seraient entièrement récupérés par les contribuables. Ils pourraient constituer également un gain net de 11,5 milliards d'euros pour le produit intérieur brut de l'UE. Le PIB de l'Afrique subsaharienne augmenterait de 2.5 %, selon l'étude de l'ONE.

L'issue du sommet européen des 22 et 23 novembre 2012 sans accord était « une occasion de renverser les réductions dévastatrices en dépenses d'aide », selon l'ONE.

Quant à l'issue du sommet, Éloise Todd, la directrice d'ONE Bruxelles, a déclaré :

« Ce sommet était mené dans la mauvaise direction avec les dernières propositions qui reportait le fardeau des réductions sur les plus vulnérables. C’est désormais l’occasion de revenir au point de départ, de rééquilibrer le débat et de protéger la partie minuscule du budget alloué à l'aide au développement. Les plus grands fournisseurs européens d'aide, comme l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, doivent bien réfléchir aux conséquences de ces réductions importantes de l'aide. Ils ne doivent pas observer en silence alors que l'Europe équilibre son budget sur le dos des plus pauvres du monde. »

S'adressant aux eurodéputés le 21 novembre, en amont du sommet européen extraordinaire sur le budget à long terme, le président de la Commission européenneJosé Manuel Barroso, a déclaré que quelques millièmes de pour cent en moins pour le fonds européen d'aide de développement et l'aide humanitaire « est une question de vie ou de mort pour les plus vulnérables de ce monde, parce que derrière ces chiffres, il y a la vie de gens concrets! ».

« Ce serait contraire à nos valeurs et ce serait aussi contraire à nos intérêts. Mais j'insiste – là je ne parle pas en général des valeurs et des intérêts, je parle de gens concrets », a-t-il poursuivi.

Le président de la Commission a déclaré qu'il avait récemment visité un camp de réfugiés syriens en Jordanie où le directeur général de l'UNICEF lui a dit que, sans l'aide de l'Union européenne, tous ces jeunes filles et jeunes garçons ne pourraient simplement pas avoir d'accès à l'éducation. 

« Ces filles que j'ai visitées là étudient sous des tentes. Leurs villes étaient détruites par le régime d'Assad. Ils viennent par centaines de milliers des pays voisins. Et l'Europe est présente pour aider. Est-ce qu'on va réduire notre effort maintenant, devant ces tragédies ? » a-t-il poursuivi.

Lors d'un autre discours prononcé le 27 novembre au Parlement, à la suite de l'échec du sommet sur le budget, M. Barroso a indiqué que le résultat final des négociations, en ce qui concerne les États membres, se traduirait par un CFP moins élevé que son prédécesseur

La Commission européenne a présenté une proposition de budget pour 2014-2020. Cette proposition représente un gel des dépenses malgré les nouvelles compétences que le traité de Lisbonne confère à l'Union européenne.

Dans la proposition de la Commission, 70 milliards d'euros sont alloués à la catégorie « l'Europe dans le monde », qui couvre toutes les activités de l'Union dans le monde, notamment l'aide humanitaire et l'aide au développement.

L'une de ces catégories de budget, l'instrument de financement de la coopération au développement (ICD), devrait recevoir 20,6 milliards d'euros afin de se concentrer sur l'éradication de la pauvreté et de respecter l'engagement de l'UE envers les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

Le président du Conseil, Herman Van Rompuy, a toutefois d’abord proposé de réduire le budget global de « l'Europe dans le monde » de 65,6 milliards d'euros, sans plus de précision. M. Van Rompuy a ensuite réduit ce chiffre à 60,6 milliards d'euros dans une proposition présentée lors du sommet des 22 et 23 novembre 2012. Ce sommet s'est clôturé sans accord, car certains dirigeants auraient tenté de réduire davantage la proposition de M. Van Rompuy pour le budget global (de 971,9 milliards d'euros) de 30 milliards d'euros.

Un sommet entre les dirigeants de l'UE devrait être organisé au cours des semaines ou des mois à venir afin de trouver un accord sur le budget de l'UE pour 2014-2020. Aucune date n'a été fixée.

L'UE apporte également son aide au développement grâce au Fonds européen de développement de 30 milliards d'euros pour la prochaine période budgétaire. Ce fonds a toutefois été exclu du budget de l'UE [plus d'infos].

Subscribe to our newsletters

Subscribe