L’Alliance du vaccin demande un coup de pouce aux pays donateurs

Grâce aux campagnes de vaccination, 6 millions de décès ont pu être évités (Credit: [Yuttasak Jannarong]/Shutterstock)

L’Alliance du vaccin appelle les pays donateurs à poursuivre leur soutien à la vaccination malgré les difficultés économiques. De son côté, l’UE a décidé de tripler son aide. 

L’Alliance GAVI est une organisation chargée de permettre l’accès à la vaccination et le renforcement des systèmes de santé dans les pays les plus pauvres. Elle intervient auprès de ces pays en les aidant dans l’achat  de vaccins.

Les pays éligibles au soutien de l’alliance doivent ainsi avoir un revenu brut annuel par habitant inférieur à 1570 dollars (environ 1218 euros). Actuellement, 73 pays sont intégrés au programme.

L’aide apportée par l’alliance GAVI est adaptée aux besoins de chaque pays. L’organisme centralise les demandes de chaque pays et garantit ainsi un financement prévisible à long terme. Son action fait baisser les prix, ce qui permet de vacciner et de sauver le plus grand nombre possible d’enfants.  

Depuis 2000, six millions de vies ont été sauvées et 440 millions d’enfants ont bénéficié de la vaccination, selon les chiffres de l’Alliance GAVI.

Dans son programme d’action 2016-2020, l’organisation a pour objectif de récolter 7,5 milliards de dollars (5,6 milliards d’euros) afin de vacciner plus de 300 millions d’enfants d’ici 2020 et sauver cinq à six millions de vies.

La France, quatrième plus gros contributeur

La France apporte son soutien à GAVI depuis 2004. Elle est le quatrième plus important donateur après le Royaume-Uni, la fondation Bill et Melinda Gates, sponsor d’EURACTIV, et la Norvège. Sur la période 2011-2015, la France a octroyé une aide d’environ 371 millions d’euros. Le financement français se fait par des soutiens directs, indirects et institutionnels grâce à l’IFFIm (Facilité financière internationale pour l’immunisation). Ce dernier est un mécanisme de pré-financement qui permet aux gouvernements de donner des garanties de paiement. 

Pour le nouveau cadre 2016-2020, la France n’a pas encore dévoilé le montant qu’elle compte accorder à l’Alliance Gavi. « Nous sommes au courant des difficultés de la France, mais nous demandons à la France de continuer son soutien et son effort de solidarité. Nous espérons que la France pourra donner autant que les années précédentes », a déclaré Seth Berkley, directeur exécutif de l’Alliance GAVI.

>> A lire aussi : L’austérité menace les campagnes de vaccination

« Beaucoup de pays ont des difficultés à l’heure actuelle », a fait remarquer le responsable. « Mais comparé avec les pays pour lesquels nous travaillons, c’est une question de vie ou de mort », a-t-il ajouté.

Les entreprises pharmaceutiques mises à contribution

Le soutien de la France ne s’arrête pas à l’aspect financier. Elle apporte également son aide et son expertise à travers ses entreprises pharmaceutiques. En effet, de nombreux vaccins fournis par l’Alliance GAVI aux pays en développement sont fabriqués en France, comme le vaccin contre la fièvre jaune, la polio ou encore le cancer de l’utérus.

A ce titre, Sanofi Pasteur est un des fournisseurs les plus importants. L’entreprise fait ainsi partie d’un groupe de quatre fournisseurs de vaccins contre la fièvre jaune. A elle seule, elle délivre  51 % des vaccins fournis par l’Alliance GAVI au pays en développement. De son côté, l’institut Pasteur est l’un des fournisseurs à Dakar.

Les partenariats avec les entreprises ont également pour objectif de garantir les prix les plus bas possible afin que les traitements restent accessibles au plus grand nombre d’individus.

L’UE triple son aide

Sur la période 2011-2015, l’Union européenne a participé au financement de GAVI à hauteur de neuf millions d’euros par an. Pour la nouvelle programmation, l’UE a annoncé en mai dernier avoir décidé de tripler son aide. Pas moins de 25 millions d’euros par an financeront ainsi des vaccins et des programmes de vaccination dans le monde.

Lors de cette annonce, le président de la Commission José Manuel Barroso  a estimé que cette décision « montre que nous sommes déterminés, à long terme, à tout mettre en œuvre pour faire en sorte qu’un plus grand nombre d’hommes, de femmes et d’enfants aient accès aux vaccins qui sont susceptibles de leur sauver la vie, quel que soit le lieu où ils habitent. »

Depuis 2003, la Commission européenne a engagé plus de 83 millions d’euros en faveur de l’Alliance GAVI. Cette aide intervient en partie au titre de l’instrument de financement de la coopération au développement (ICD) et en partie au titre du Fonds européen de développement (FED).

>> A lire aussi : l’Union européenne salue l’éradication de la polio en Inde

Les Nations Unies ont fixé en 2000 huit objectifs du Millénaire pour le développement à remplir d'ici :

- Réduire l'extrême pauvreté et la faim

- Assurer l'éducation primaire pour tous

- Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes

- Réduire la mortalité infantile

- Améliorer la santé maternelle

- Combattre le VIH / sida, le paludisme et d'autres maladies

- Assurer un environnement durable

- Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Depuis  2012, l’Union européenne et les États membres ont adopté un « programme pour le changement » afin d’augmenter l’impact de la coopération au développement et d'améliorer les résultats obtenus dans le domaine des objectifs du millénaire pour le développement.

Janvier 2015 : conférence des donateurs en Allemagne

Subscribe to our newsletters

Subscribe