L’UE finance un programme d’intégration pour l’ensemble de l’Afrique

Photo: Jenny Matthews/Panos/Creative Commons

La Commission européenne a débloqué 415 millions d’euros pour un nouveau programme en Afrique. Objectif : favoriser le processus d’intégration de l’Afrique au niveau continental.

La Commission européenne a alloué un budget de 415 millions d’euros afin de financer différents projets en Afrique. Une deuxième tranche de 430 millions d’euros est prévue d’ici 2020. L’exécutif européen compte dès la sorte améliorer les échanges commerciaux entre les régions, ainsi que la gouvernance des migrations et de la mobilité en Afrique et entre les deux continents. Ce financement permettra également de soutenir des missions d’observation électorales organisées par l’Union africaine.

Selon le communiqué de la Commission, les premiers domaines concernés seront l’agriculture durable, l’environnement, l’enseignement supérieur, la migration, les infrastructures, les migrations, les technologies de l’information et de la communication ainsi que la recherche et l’innovation.

« Les défis auxquels nous sommes confrontés dépassent aujourd’hui les frontières nationales », indique José Manuel Barroso, l’actuel président de la Commission européenne .« C’est pourquoi j’ai proposé de créer un programme panafricain, afin de trouver des solutions à l’échelle régionale et continentale et de soutenir le processus de l’intégration africaine. Aujourd’hui, l’alliance entre l’Afrique et l’Europe s’avère plus indispensable que jamais. Ce programme la consolidera davantage », poursuit-il.

Lors du quatrième sommet UE-Afrique en avril dernier, José Manuel Barroso a annoncé la mise en place d’un programme panafricain. L’intégration du continent africain faisait d’ailleurs partie des priorités de l’UE. Le programme s’inscrit dans le cadre d’un projet d’investissement de 28 milliards d’euros visant à renforcer les liens économiques et commerciaux entre les deux continents.

Un programme pour l’ensemble de l’Afrique

Après des décennies de négociations, l’UE et les représentants des pays d’Afrique occidentale ont convenu en février d’un accord de libre-échange. Les exportations d’Afrique occidentale vers l’Union représentent 42 milliards d’euros par an. La signature d’un accord semblable avec la Communauté d’Afrique de l’Est et la Communauté de développement de l’Afrique australe s’annonce toutefois plus compliquée.

>> Lire : Le partenariat économique entre l’UE et l’Afrique de l’Ouest se précise

« Ce programme est surtout novateur en ce qu’il permet à l’UE d’établir un lien entre les actions de coopération qu’elle mène avec l’Afrique du nord, l’Afrique du Sud et l’Afrique subsaharienne », déclare pour sa part Andris Piebalgs, le commissaire européen en charge du développement. « Il nous aidera aussi à assurer une meilleure cohérence des politiques pour le développement en créant des synergies entre la coopération au développement et d’autres politiques de l’UE », poursuit-il.

Le président américain, Barack Obama, a annoncé précédemment que les États-Unis allaient investir 33 milliards de dollars (24,7 milliards d’euros) en Afrique. Quelque 14 milliards de dollars (10,5 milliards d’euros) proviennent des entreprises américaines et 19 milliards de dollars (14,2 milliards d’euros) ont été collectés grâce à l’initiative Énergie pour l’Afrique.

« Les pays riches doivent ouvrir leurs portes aux biens et services africains de manière judicieuse », a déclaré le président américain.

Malgré sa réputation de continent pauvre, l’Afrique compte 6 des 10 pays qui connaissent la croissance économique la plus rapide au niveau économique. La Chine est par ailleurs le partenaire commercial le plus important du continent africain.

L’année dernière, le commerce avec les pays africains a rapporté 85 milliards de dollars (63,5 milliards d’euros) aux États-Unis, contre 210 milliards de dollars (156,8 milliards d’euros) pour la Chine.

La signature d'un accord de partenariat économique (APE) régional était la suite logique de l'accord de Cotonou entre l'UE et les États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

L'APE a pour objectif d'uniformiser progressivement les relations commerciales entre la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et l'UE. Mais, les États d’Afrique occidentale pourraient chercher à protéger leurs industries naissantes et leurs productions stratégiques.

Une fois ratifié, l'APE entre l'UE et le CEDEAO sera mis en œuvre de façon asymétrique. L'UE ouvrira immédiatement son marché, tandis que le CEDEAO le fera au fil du temps.  En 2007, deux membres de la CEDEAO, la Côte d'Ivoire et le Ghana, avaient initié un APE bilatéral et provisoire avec l'UE.  

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.