L’UE nomme un coordinateur spécial pour Ebola

Christos Stylianides

Christos Stylianides (European Parliament/Flickr)

Jeudi 23 octobre, les dirigeants européens ont nommé le futur commissaire chargé de l’Aide humanitaire et de la réaction aux crises, Christos Stylianides, coordinateur spécial de la lutte contre Ebola. 

La nomination du Chypriote Christos Stylianides en tant que coordinateur spécial pour Ebola a été confirmée par les chefs d’État et de gouvernement lors du sommet du 23 octobre. Le Chypriote sera chargé de la coordination de l’aide humanitaire européenne en Afrique occidentale dans le cadre de la lutte contre le virus. 

Ebola a déjà fait plus de 4 000 victimes cette année, et plus de 20 000 personnes ont été contaminées. En Europe, des cas ont été signalés en Espagne, en Allemagne et en Norvège au cours des derniers mois.

Christos Stylianides avait déjà annoncé son intention de se rendre dans les pays touchés par l’épidémie et de mener une action immédiate. « En tant que& médecin, je me dois d’aller sur le terrain pour me former ma propre opinion », explique le commissaire entrant.

>> Lire : Guérie d’Ebola, l’Espagne ne s’en ressort pas politiquement indemne

Les décideurs européens ont eu une discussion intense au sujet d’Ebola, selon une déclaration d’Herman Van Rompuy. Le président du Conseil a annoncé que cette discussion a formalisé une réelle volonté d’apporter davantage d’aide aux pays en difficulté. A l’issue du sommet, l’aide financière de l’UE pour combattre Ebola en Afrique de l’Ouest a été portée à un milliard d’euros, a annoncé Herman Van Rompuy.

Jeudi 23 octobre, la Commission avait déjà indiqué qu’un montant de 24,4 millions d’euros du budget de l’UE avait été alloué à la recherche sur Ebola. Ces fonds vont être divisés entre cinq projets, qui vont de l’essai clinique de grande ampleur pour un vaccin potentiel à une série de tests impliquant des substances innovantes ou déjà connues qui pourraient permettre de soigner les malades atteints du virus.  

Cet argent provient du programme de l’UE pour la recherche et l’innovation, Horizon 2020. La Commission collabore par ailleurs avec l’industrie en ce qui concerne le développement de vaccins, de médicaments et de procédés de diagnostics via son Initiative en matière de médicaments innovants (IMI). 

José Manuel Barroso, le président de la Commission estime que l’Europe est engagée dans une « course contre la montre » en ce qui concerne Ebola, et qu’elle doit mettre en place une action d’urgence, ainsi qu’une réponse au plus long terme.

À ce jour, l’organe exécutif de l’UE a promis 180 millions d’euros d’aide humanitaire et d’aide au développement aux États africains touchés par l’épidémie. Cette aide prendra la forme d’une assistance médicale immédiate et d’actions de prévention de la propagation de l’épidémie grâce à une pause de diagnostic plus rapide et des campagnes d’information.

En plus de l’aide financière, l’UE va déployer des spécialistes sur le terrain et coordonner les livraisons de ravitaillement et d’équipement, ainsi que les évacuations éventuelles.

>> Lire : Bruxelles cherche des volontaires pour lutter contre Ebola en Afrique 

L'épidémie d'Ebola actuelle, la pire depuis la découverte du virus en 1976, a déjà tué plus de 4 000 personnes en Guinée, au Sierra Leone, au Liberia et au Nigéria. Elle s'est aussi propagée au Sénégal.

Ebola est un type de fièvre hémorragique qui se transmet par le sang, la transpiration ou le vomi des malades. Les personnes travaillant en contact avec les malades sont donc extrêmement vulnérables.

L'OMS estime qu'il faudra entre six et neuf mois pour contenir l'épidémie et que celle-ci affectera jusqu'à 20 000 personnes.

Quatorze des quinze départements du Liberia ont fait état de cas confirmés. Dès qu'un nouveau centre de traitement d'Ebola est ouvert, il est immédiatement envahi de patients.

Le gouvernement du pays a annoncé le prolongement du couvre-feu nocturne national imposé le mois dernier pour ralentir la propagation du virus.

Il n'existe à ce jour aucune analyse macroéconomique de l'impact de l'épidémie sur l'Afrique occidentale, les chiffres du FMI n'indiquent pour l'instant qu'une modeste baisse de la croissance pour le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée. Les ONG présentes décrivent cependant une situation « catastrophique ».

Le premier cas d'Ebola en Europe a été signalé en Espagne.

>> Lire : Sans intervention internationale, le nombre de cas d’Ebola pourrait être multiplié par dix 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.