La commissaire à l’aide humanitaire veut aider la République centrafricaine

Commissioner Georgieva in action. [European Commission]

La République centrafricaine est le « pays que le monde a oublié » et elle deviendra « comme la Somalie »  sans soutien supplémentaire, selon Kristalina Georgieva.

Kristalina Georgieva a déclaré le 23 juillet que la République centrafricaine (RCA) était plongée dans le « chaos complet ». Elle a ajouté que le nord du Mali, le Niger et la région du Darfour au Soudan étaient en proie à l'anarchie.

Environ 91 % des catastrophes humanitaires passent inaperçues. Des millions de personnes souffrent et des centaines de milliers d'autres meurent dans des zones de conflit que le reste du monde ignore.

« Je le prends fort à cœur », a déclaré la commissaire bulgare à la presse à Bruxelles. Elle s’est engagée à allouer 15 % du budget d'aide humanitaire à des « crises oubliées ».

Le commissaire européen en charge du développement, Andris Piebalgs, estime également que les fonds d'aide à l'étranger devraient être consacrés à ces crises.

Mme Georgieva s'est engagée à aider la RCA, une ancienne colonie française de 4,5 millions de personnes. Elle s'est rendue dans ce pays au début du mois de juillet.

« C'est le pays le plus oublié du monde. Le plus misérable, le plus dans le besoin et celui qui reçoit le moins », a-t-elle expliqué.

« J'étais à Kaga-Bandoro, une "ville" du centre du pays composée de 26 000 habitants. Nous avons atterri avec un petit avion sur ce qui n'était même pas une route », a-t-elle raconté.

Des bandits ont volé le générateur d'électricité de l'hôpital local. Il n'y avait pas d'équipement médical, pas de médicaments, pas de matelas. Les patients cherchaient de la nourriture.

Dans la capitale Bangui, la moitié de la population n'avait pas de latrines.

Tout le monde lui a demandé : « Pourquoi le monde nous a-t-il oubliés ? »

Une nouvelle Somalie ?

La commissaire Georgieva a rencontré le président et le premier ministre du pays. Elle estime que la RCA risque de devenir « la nouvelle Somalie ».

« Les seigneurs locaux de la guerre fixent le montant des impôts, car le gouvernement central est inexistant », a-t-elle déclaré en ajoutant que rien ne laissait transparaître le caractère indépendant de l’État.

Elle se rendra une nouvelle fois en RCA avant la fin de son mandat à l'automne 2014.

Le nord du Mali et le Darfour sont d'autres régions oubliées, selon la commissaire. Elle a ajouté que les médias s'intéressaient peu aux problèmes en Libye depuis l'expulsion de Mouammar Kadhafi il y a deux ans.

Le Tchad a en revanche surmonté ses anciens problèmes entre communautés. Le pays est devenu relativement stable, mais fragile en raison du risque de contagion des conflits aux pays voisins, dont la RCA et le Soudan.

L'UE et ses partenaires internationaux ont réussi à empêcher une catastrophe humanitaire au Sahel, mais la région devrait rester une priorité à long terme. Elle risque de connaitre des cycles de famine et des conflits.

L'Alliance globale pour l'initiative résilience (AGIR) a été créée le 6 décembre 2012 à Ouagadougou. Les parties prenantes ont publié un communiqué conjoint qui détaille les principes, les priorités et les prochaines étapes de cette alliance. Leur objectif est d'éradiquer la faim d'ici les vingt prochaines années.

Les prochaines étapes pour 2013 comprennent, entre autres, la création de groupes de travail et d'un mécanisme de suivi, l'identification de certaines actions immédiates et la promotion de l'AGIR, notamment dans les pays visés.

Les pays du Sahel principalement concernés sont le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad.

Blog de Kristalina Georgieva : A crisis we must not forget

Subscribe to our newsletters

Subscribe