La Commission autorise la vente de concombres courbes [FR]

cucumber.jpg

Malgré l’opposition des organisations agricoles, l’exécutif européen a décidé d’abolir les normes européennes de commercialisation des fruits et légumes. Dès le 1er juillet 2009, les consommateurs pourront donc acheter des concombres courbes et d’autres fruits et légumes « anormaux ».

Nous n’avons simplement pas besoin de réglementer ce genre de questions au niveau européen, a reconnu la commissaire à l’Agriculture Mariann Fischer Boel, ajoutant que dans le contexte de la montée en flèche des prix alimentaires et des difficultés économiques générales, il est absurde de jeter des produits tout à fait bons en raison de leur forme.  

Des normes de gestion spécifiques à l’UE ont été abrogées pour 26 sortes de fruits et de légumes, y compris les choux de Bruxelles, les carottes, les concombres, l’ail et les cerises, dans le cadre des efforts de l’exécutif européen visant à réduire la paperasserie inutile. 

Les normes s’appliquent toujours pour dix variétés de fruits et de légumes, notamment les pommes, les oranges, les laitues, les fraises et les tomates, qui représentent 75 % de la valeur commerciale des fruits et légumes européens. Mais les fruits et légumes bizarres ou anormaux pourront désormais également être vendus à condition qu’ils portent une étiquette qui les distingue des catégories de classement extra, I ou II. 

Avec l’abolition de la règle européenne, les autorités nationales pourront désormais autoriser la vente de fruits et de légumes indépendamment de leur taille et de leur forme. 

Alors que les consommateurs pourraient s’étonner à l’idée d’acheter un concombre courbe ou une carotte bosselée, Copa-Cogeca, l’association représentant les agriculteurs et les coopératives agricoles de l’UE, craint que l’abolition des normes de gestion européennes conduira à la création de normes nationales et à la prolifération des normes privées, entravant la simplification et le fonctionnement sans heurt du marché unique. 

Pekka Pesonen, secrétaire générale de l’association, a indiqué que l’utilisation de paramètres objectifs tels que la taille et l’uniformité aide à fixer des prix clairs et sans équivoque pour chaque catégorie de fruits et légumes, au niveau du producteur tout comme à celui du consommateur. Selon elle, les normes de gestion de l’UE ont par conséquent aidé à équilibrer le commerce de manière honnête et transparente.  

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER