Le budget du Corps volontaire européen d’aide humanitaire est réduit

Le projet de Corps volontaire européen pour répondre aux catastrophes humanitaires et naturelles dans le monde a vu son budget fortement réduit. 

La Commission a proposé de créer un Corps volontaire européen d'aide humanitaire (EVHAC) en septembre 2012. Le Parlement doit encore l'approuver. Le budget, déjà réduit de 40 %, s'élèvera à 147 millions d'euros du budget septennal.

 

« Nous estimons que ce texte de loi est l'un des plus importants dans le domaine de l'aide humanitaire », a déclaré Rolandas Kriš?i?nas, le vice-ministre lituanien des affaires étrangères, à la commission parlementaire du développement le 9 juillet 2013.

 

L’EVHAC compléterait l'aide à l'étranger de l'UE en matière d’humanitaire et de développement en cette période d'austérité, a-t-il indiqué.

 

« Les besoins humanitaires s'accentuent et les budgets diminuent », a-t-il expliqué, en ajoutant que la Commission européenne et les 28 États membres devaient mieux coordonner les projets d'aide afin d'améliorer leur efficacité.

 

Le traité de Lisbonne (2009) appelle à la création de l’EVHAC dans le cadre de réformes destinées à renforcer la politique extérieure de l'UE. Plus d'un million d'euros a été consacré au financement de projets pilotes cette année. La proposition de la Commission prévoit la formation de 10 000 volontaires d'ici 2020 afin qu’ils participent à des opérations mondiales.

 

Le projet a failli passer à la trappe lorsque les dirigeants des États membres ont réduit le budget pour 2014-2020 de mille milliards à 960 milliards d'euros. La Commission a demandé 239,1 millions d'euros pour l’EVHAC, dont 137 millions d'euros pour le déploiement de milliers de volontaires à l'étranger.

 

« Corps européen de la paix »

 

Certains représentants de l'UE ont évité de dire que le programme d'aide s'inspirait du Corps de la paix des États-Unis, créé par le sénateur John F. Kennedy en 1961. L'objectif était d'inciter les diplômés universitaires à servir leur pays en aidant les personnes dans le besoin à l'étranger.

 

À terme, l'EVHAC vise à former et à soutenir les volontaires qui effectueraient leur service pendant plusieurs mois, voire un an, en fonction des besoins dans les pays émergents et en développement. Les volontaires travailleraient dans le domaine de la santé, de la nutrition, de l'hygiène et de l'enseignement. Les objectifs de développement principaux de l'UE.

 

Save the Children UK participe au projet pilote. L'œuvre de charité coopère avec d'autres organisations non gouvernementales, comme Caritas République tchèque, Bioforce France et l'International Medical Corps, afin de former et de déployer les volontaires.

 

Les nouveaux volontaires suivent une formation de plusieurs semaines sur les mesures à prendre lors de situations catastrophiques avant de travailler pour une organisation déjà sur le terrain. Save the Children et ses partenaires ont envoyé des volontaires en République démocratique du Congo, au Kenya, au Mozambique et dans d'autres pays qui bénéficient de fonds de l'UE.

 

« Les projets pilotes ont permis à Save the Children d'accroître le nombre de personnes qui nous pouvons recruter, des volontaires européens et du personnel à l'échelle nationale, afin de renforcer notre capacité et de participer à nos initiatives de formation », a déclaré Heather Drury, responsable du renforcement des capacités humanitaires pour Save the Children.

 

« Nous pensons que, si toute l'attention nécessaire est accordée, l'initiative des volontaires européens peut contribuer de manière significative à la réponse aux problèmes en matière de capacité et à la professionnalisation du secteur humanitaire », a-t-elle expliqué lors d'un entretien téléphonique depuis Londres.

 

Quelque 200 personnes ont participé aux projets pilotes, dont des citoyens de plusieurs pays africains et des ressortissants de l'UE, selon la Commission européenne.

 

Outre la formation, les volontaires européens reçoivent une couverture maladie, des vaccins, un logement et une allocation qui couvre leurs frais de subsistance.

 

La commission parlementaire du développement a approuvé la réglementation sur l’EVHAC en avril. Un vote en séance plénière est toujours attendu.

Kristalina Georgieva, la commissaire européenne en charge de l'aide humanitaire, a annoncé la proposition d’EVHAC le 19 septembre 2012. Elle a déclaré : « Nous disposons d'une occasion unique d'envoyer un signal positif en cette période de crise : grâce à leurs actions sur le terrain, les Volontaires de l'aide de l'UE mettront en évidence notre solidarité européenne en aidant les personnes le plus dans le besoin. Dans le même temps, ils apprendront des compétences d’une valeur inestimable. Sauver des vies est une expérience inoubliable qui change la vie. Tous les citoyens des États membres soutiennent le volontariat. »

Le « Corps européen de la paix » est sur la table depuis longtemps. Le traité de Lisbonne sert de législation de base à l'UE et requiert cette action. Il stipule qu'« afin d'établir un cadre pour des contributions communes des jeunes Européens aux actions d'aide humanitaire de l'Union, un Corps volontaire européen d'aide humanitaire est créé ».

 

La communication officielle de l'UE sur le Corps volontaire souligne l’importance de disposer de nombreux volontaires expérimentés en réserve pour les secours après une catastrophe.

 

L'UE et les États membres sont collectivement les plus grands donateurs d'aide humanitaire et au développement.

 

L'UE supervise déjà le service volontaire européen. Ce programme permet à des jeunes Européens de travailler dans le domaine de l'éducation, entre autres, avec une ONG dans un autre pays européen.

  • 2014 : date butoir pour la mise en œuvre du Corps volontaire européen d'aide humanitaire

Subscribe to our newsletters

Subscribe