Le monde atteindra seulement quatre cibles des OMD de l’ONU

545739.jpg

D’ici 2015, les gouvernements n’atteindront que quatre des 21 cibles des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), fixés par les Nations unies, a déclaré à EURACTIV l’auteur principal du Rapport de suivi mondial 2013 de la Banque mondiale.

L'année dernière, les gouvernements ont atteint quatre des 21 cibles reprises dans les huit objectifs du Millénaire pour le développement des Nations unies :

  • réduire de moitié le nombre de personnes qui gagnent moins de 1,25 dollar (0,95 euro) par jour ;
  • réduire de moitié la proportion des personnes n’ayant pas accès à une eau potable améliorée ;
  • améliorer de manière significative les conditions de vie d'au moins 100 millions d’habitants de bidonvilles d'ici 2020 ;
  • atteindre la parité entre filles et garçons dans l’éducation primaire ;

Le rapport de la Banque mondiale suit les progrès des OMD et sera présenté dans plusieurs capitales au cours des semaines à venir. La Banque mondiale s'attend à ce que les gouvernements atteignent une quatrième cible d'ici 2015 : la parité entre filles et garçons dans l'éducation primaire et secondaire.

Les progrès sont cependant assez lents dans d'autres domaines de développement essentiels tels que la réduction des taux de mortalité infantile et maternelle et l'accès à des installations sanitaires de base, selon le rapport.

« L'élément positif, c'est que l'une des cibles fondamentales a été atteinte : la réduction de moitié de l'extrême pauvreté », a déclaré Jos Verbeek, économiste et auteur principal du rapport. « Mais si vous regardez les autres cibles qui pourraient être atteintes, sans accélération rapide, je pense que nous ne parviendrons qu'à la parité entre filles et garçons dans les écoles primaires et secondaires.  Aucune autre [cible] ne sera atteinte.  », a-t-il indiqué.

Améliorations considérables

« Si vous regardez l'échelle nationale, c'est encore plus déprimant. Prenez [l'échelle des] régions pour les OMD, l'Asie de l'Est et du Pacifique s'en sortent très bien, car nous nous attendons à ce que tous les OMD soient remplis […] Si vous regardez l'Afrique subsaharienne, aucun ne sera atteint. »

M. Verbeek a ajouté que la réalisation de l'objectif d'amélioration des conditions de vie de 100 millions d'habitants de bidonvilles était un « méfait ». Des données officielles ont en effet sous-estimé le nombre d'habitants de bidonvilles à 160 millions au lieu d'un milliard lorsque les gouvernements ont approuvé les objectifs aux Nations unies.

Le rapport de 192 pages, présenté à Bruxelles lundi (29 avril), indique cependant que les pays ont apporté des améliorations significatives dans le domaine du développement, même s'ils sont loin d'atteindre les objectifs.

Par exemple, alors que l'Afrique subsaharienne semblait ne pas pouvoir atteindre les objectifs lorsqu'ils ont été fixés en 2000, elle a dû faire plus d'efforts que d'autres.

« Si vous regardez le point de départ de l'Afrique subsaharienne […], elle devait s'améliorer en termes absolus beaucoup plus que de nombreuses autres régions », a déclaré M. Verbeek. « Observez ensuite les améliorations considérables dans certains OMD difficiles, liés à la santé maternelle et à la mortalité infantile, l'Afrique subsaharienne, qui était le plus à la traîne, derrière l'Asie du Sud, a réalisé les progrès les plus importants. »

Urbanisation contre bidonvilles

Le rapport met en évidence l'urbanisation comme l'un des éléments clés du développement. La Banque mondiale estime que 96 % des 1,4 milliard de nouveau-nés des régions de développement d'ici 2030 vivront dans des zones urbaines.

« L'agglomération, ou le regroupement de personnes et d'activité économique, est un moteur important de développement. Des preuves laissent entendre qu'elle peut avoir de fortes retombées, particulièrement pour les pays dont le développement est moins avancé », a déclaré Lynge Nielsen, économiste principale au Fonds monétaire international et coauteure du rapport.

Selon ce document, les taux de pauvreté dans les villes étaient beaucoup plus bas dans les zones rurales et les citadins disposaient d'un meilleur accès à des services publics de base tels que de l'eau potable améliorée ou des installations sanitaires.

Les auteurs ont cependant prévenu que la mauvaise gestion des zones urbaines pourrait donner lieu à d'autres bidonvilles pauvres et dangereux, dépassant la croissance des villes.

La périphérie de plusieurs villes telles que Nairobi s'est transformée en énormes bidonvilles alors que la population du Kenya ne cesse d'augmenter en raison des taux de naissance et de migration élevés.

Benedetta Mwongeli, fondatrice de la jeune organisation Mukura Talent Development, a déclaré à EURACTIV que la population du bidonville dans lequel elle habitait autrefois, Viwandani, était passée de quelques centaines il y a 30 ans à des dizaines de milliers en 2013.

Elle a expliqué que cette situation a causé de nombreux problèmes : sa mère avait construit des toilettes au-dessus d'un système d'eaux usées qui circulait dans le bidonville afin d'apporter une forme d’installations sanitaires. Mme Mwongeli a ajouté que les logements inadaptés constituaient le problème principal des bidonvilles. Elle a appelé au développement d'infrastructures, dont des réseaux d'assainissement.

« Nous devons nous attaquer à la source du problème. Si vous recouvrez simplement le toit et que vous ne résolvez pas le problème, cela peut détruire tout le toit », a-t-elle expliqué.

Giorgia Giovannetti, directrice du département de développement à l'Institut universitaire européen, a formulé une observation similaire : « Lagos, où la population a doublé en dix ans, est confrontée à une situation critique. »

Chute de l'aide

Jos Verbeek est déçu des statistiques récentes de l'Organisation de coopération et de développement économiques, qui révèlent une chute des dépenses de l'UE dans l'aide à l'étranger au cours de la crise économique.

« De nombreux pays développés n'ont pas respecté leurs promesses d'aide dans le cadre des OMD […] Il en va de même pour l'efficacité de l'aide », a-t-il indiqué.

Malgré la réduction de l'aide, les économies méridionales ont bien survécu à la crise, a-t-il précisé. Plusieurs pays ont connu une baisse de croissance pendant la crise en raison du déclin du commerce avec l'Europe, mais grandissent toujours beaucoup plus vite que les économies occidentales.

« Dans le [modèle économique] nord-sud un peu dépassé, si le nord prend froid, ce sont les pays en développement qui s’enrhument », a déclaré M. Verbeek. « Cette fois-ci, cela ne s'est pas produit. La grippe s'est réellement propagée dans les pays développés et les pays en développement ont bien sûr toussé. Nous constatons que les taux de croissance ont diminué, car des marchés à l'exportation ont été perdus. La croissance est toutefois restée forte, car elle liait beaucoup plus [les pays en développement] entre eux, en particulier les pays des BRICS. »

Il a ajouté que les associations de développement devraient faire pression en faveur d'objectifs universels dans les prochains OMD.

« Je pense que si vous voulez vous occuper des biens publics mondiaux, vous aurez besoin d'objectifs et de cibles universels. Vous ne pouvez pas […] les appliquer à une seule partie du monde et pas à l'autre », a-t-il déclaré.

« Mais si ces services très basiques existent toujours, comme les OMD et la scolarisation d'enfants, ils s'appliquent très bien aux pays en développement. »

Jean-Pierre Halkin, directeur de l'unité développement rural, sécurité alimentaire et nutrition à la Commission européenne, a déclaré : « Les OMD précédents [actuels] ne reflètent pas suffisamment la nutrition et la faim. »

« Pour la Commission, le développement se fait avec ou sans urbanisation. Elle la soutient, mais ne peut pas l'influencer », a-t-il déclaré.

Nous utiliserons certainement beaucoup [le rapport] afin d’élaborer nos propres politiques. »

Arif Havas Oegroseno, l'ambassadeur indonésien auprès de l'Union européenne, a déclaré : « Nous avons besoin d'un programme ambitieux, mais réalisable. » Il a ajouté que le rapport présentait des implications importantes pour l'Indonésie, dont 48 % de la population vit dans des zones urbaines.

M. Oegroseno a indiqué que les services financiers constituaient un moteur important de développement. « L'accès des Indonésiens aux activités bancaires est très faible. Environ 80 % de leur argent est placé dans l'immobilier [...] Les services financiers contribueraient à l'atteinte des OMD. »

Giorgia Giovannetti, directrice du département de développement à l'Institut universitaire européen, a déclaré à propos du rapport : « En termes d'implications politiques, la différence est grande. […] La marge de manœuvre pour l'amélioration est énorme. […] En ce qui concerne l'urbanisation, la planification est la clé. Sans planification, nous n'allons nulle part. »

Elle a demandé que le rapport de la Banque mondiale inclue la pauvreté « perçue » ainsi que la pauvreté économique.

Paul Engel, directeur du Centre européen de gestion des politiques de développement, a déclaré que le rapport était « solide ». Il s'inquiète toutefois d’« un rapport sur les OMD limités lorsque nous discutons des objectifs pour l'après-2015 ».  Il a ajouté que le rapport indiquait comment « l'urbanisation pouvait être guidée et atteinte grâce à des politiques pertinentes ».

« Cela montre à quel point l'AOD [aide officielle au développement] est devenue peu importante pour le développement. »

Bernd Nilles, secrétaire général du réseau d'organisations de développement CIDSE (Coopération internationale pour le développement et la solidarité), a déclaré : « Nous atteignons le 1er OMD [réduire de moitié l'extrême pauvreté], mais 80 % des personnes qui sortent de la pauvreté se trouvent en Chine.

« Un accent plus fort sur l'agriculture urbaine et de courtes chaînes alimentaires est nécessaire », a-t-il indiqué, en ajoutant : « Il importe également d'envisager la dimension culturelle [de l'urbanisation], la relation avec votre famille, votre village. »

Les Nations unies ont établi huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui doivent être atteints d'ici 2015. Ces huit objectifs ont ensuite été sous-divisés en 21 cibles.

Ces huit objectifs sont :

  • éliminer l'extrême pauvreté et la faim
  • assurer l'éducation primaire pour tous
  • promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes
  • réduire la mortalité infantile
  • améliorer la santé maternelle
  • combattre le VIH/sida, le paludisme et d'autres maladies
  • préserver l'environnement
  • mettre en place un partenariat mondial pour le développement

En 2008, des gouvernements, des entreprises et d'autres organisations ont renforcé leurs engagements en vue de respecter les OMD. Ils ont levé près de 12,3 millions d'euros de nouveaux financements pour le développement.

Un sommet sur les OMD en 2010 s'est conclu par l'adoption d'une action mondiale, qui vise à renforcer à nouveau l'élan vers l'atteinte des OMD, dont des engagements s'élevant à quelque 30 millions d'euros pour la santé maternelle et infantile.

  • 2015 : date butoir des objectifs actuels du Millénaire pour le développement

Documents officiels de l'UE

Organisations internationales

ONG

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer