Le Soudan du Sud traverse une crise humanitaire sans précédent

La dégradation de la situation de sécurité alimentaire dans le monde est très largement liée à la multiplication des conflits dans le monde. Ici, des réfugiés fuyant le conflit sud-soudanais.

Plus d’un million de personnes ont été contraints à l’exil, la famine menace au Soudan du Sud. La guerre civile est alimentée par des conflits ethniques et politiques.

Le Soudan du Sud est toujours dans une profonde crise humanitaire. Environ 1,4 million de personnes ont été déplacées soit à l’intérieur du pays, soit vers les pays voisins depuis que le conflit a éclaté en décembre 2013.

Selon les estimations, le conflit a causé des dizaines de milliers de morts.

« La situation [du Soudan du Sud] est déchirante. . . Il n’existe pas une région dans le pays où vous pourriez dire qu’il n’est pas touché par le conflit », déclare Sue Lautze, représentante de l’organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations unies (FAO) au Soudan du Sud.

Sue Lautze est présente dans l’État africain depuis le début du conflit aux côtés d’autres acteurs humanitaires, dont l’UE. Elle indique :« Les marchés ont été détruits et les populations disséminées ».

L’UE et ses États membres ont injecté quelque 186 millions d’euros dans le pays en 2014.

Plus de 300 000 Soudanais du Sud ont fui les violences pour trouver refuge dans les pays limitrophes. Dans le même temps, 1,1 million de citoyens se sont déplacés à l’intérieur même du pays. Certains ont été contraints de migrer à plusieurs reprises en raison de menaces répétées de violence et d’inondations.

« Maintenant, la période des inondations arrive. Après avoir géré l’insécurité liée aux conflits, ils ont maintenant à faire face aux inondations. . . Donc, une grande partie [de notre] travail est consacrée à assurer leur survie », explique la représentante.

Les violences ont éclaté le 15 décembre dernier après que des tensions ont surgi entre l’Armée populaire de libération du Soudan (APLS) et les forces armées du Soudan du Sud. Le conflit oppose aussi deux des plus grandes ethnies du pays, les Dinkas et les Nuers.

La plupart des violences sont liées à des conflits ethniques. Cependant, elles revêtent aussi une dimension politique. Des hommes armés font ainsi des raids meurtriers contre les civils suspectés de soutenir le régime. Quelque 60 ethnies différentes vivent au Soudan du Sud.

Les parties belligérantes ont signé un accord en vue de cesser les hostilités en janvier dernier. Mais les violences se poursuivent.

Crise alimentaire en vue

Des fonctionnaires de la FAO craignaient que les exploitants agricoles ne soient pas en mesure de planter les semences en raison des déplacements massifs de population. La saison de plantation s’étale entre mars et fin juin. Les poches de violence pourraient bien se traduire à terme en une crise alimentaire de plus grande ampleur.

Alors que certains exploitants agricoles commencent les semailles, le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) montre que le niveau de sécurité alimentaire est en baisse dans les zones les plus frappées par les violences, mais aussi dans celles qui le sont moins. Un « réel risque » de famine est en train d’émerger cette année, selon la FAO.

La FAO et d’autres acteurs humanitaires ont distribué des kits d’urgence, ainsi que des outils de pêche, des graines et des vaccins destinés aux élevages. L’UE a offert aux populations frappées par les conflits une couverture sanitaire de première nécessité. Elle a aussi lancé des actions en vue d’augmenter l’accès à des sources d’eau salubre, à des sanitaires et à des aides alimentaires.

De nombreux Soudanais du Sud survivent grâce à la cueillette et la chasse. Le bétail aurait été massacré en masse et ces exactions ne seraient pas justifiées par la faim.

L’UE affirme qu’environ du 5 millions de Soudanais du Sud sur une population estimée à 12 millions d’individus auraient besoin d’une intervention humanitaire. Près de 7 millions vivraient dans l’insécurité alimentaire.

La population a des difficultés à accéder aux aides humanitaires en raison des inondations, des pillages et d’une importante épidémie de choléra. 

La République du Soudan du Sud est le plus jeune État du monde. La nouvelle nation du Nord-est de l’Afrique a proclamé son indépendance vis-à-vis du Soudan en 2011.

Le pays compte officiellement 8,26 millions d'individus. Cependant, les estimations feraient état de 12 millions de personnes. Le taux de mortalité infantile est de 1 pour 10 naissances. Seulement 30 % des habitants ont accès à de l'eau salubre et le niveau de malnutrition parmi les enfants en dessous de cinq ans atteint le niveau « critique » de 18,1%.

Les populations sud-soudanaises survivent traditionnellement grâce à l'élevage bovin, la pêche, l'élevage, et parfois la chasse. 

Commission européenne

Organisations internationales

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.