Les plus démunis demeurent en marge des Objectifs du millénaire

Poverty Portugal.jpg

Un rapport de l’ONG ATD Quart monde pointe les échecs des Objectifs du millénaire pour le développement en matière de lutte contre la pauvreté, accusant certains indicateurs de mesure d’avoir favorisé l’exclusion des plus démunis.  

Dans un rapport intitulé « Vers un développement durable qui n’oublie personne : le défi de l’après 2015 », le mouvement ATD Quart Monde présente des pistes pour améliorer les objectifs de développement après 2015. Et dresse un constat en demi teinte sur le grand défi de la lutte contre la pauvreté. 

Arrivant à échéance en 2015, les Objectifs du millénaires pour le développement (OMD), ont, selon le rapport, en partie échoué à faire reculer la pauvreté et l’extrême pauvreté dans le monde.

« Les OMD n’ont pas atteint les plus pauvres. Il faut maintenant s’assurer que l’agenda post 2015 ne  laisse personne de côté » a déclaré Isabelle Pypaert Perrin, déléguée générale d’ATD Quart Monde, lors de la présentation du  rapport au cours du Forum annuel mondial Convergences le 8 septembre à Paris.

La recherche a associé plus de 2 000 personnes de 12 pays, dont une majorité en situation de pauvreté ou d’extrême pauvreté et tire la conclusion que les OMD « n’ont pas atteint les populations les plus pauvres ».

Pourtant, si les OMD restent loin des niveaux espérés dans certains domaines comme l’éducation ou la santé maternelle, la réduction de moitié, entre 1990 et 2015, de la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour a été atteinte plus tôt que prévu, selon le rapport OMD 2013 des Nations Unies. 

« Le monde a atteint la cible OMD cinq ans avant la date limite de 2015. Dans les régions en développement, la proportion de la population disposant de moins de 1,25 dollar par jour a baissé, passant de 47 % en 1990 à 22 % en 2010 » souligne le rapport, s’appuyant sur les données de la Banque mondiale.

Selon le rapport d’ATD Quart monde, l’indicateur d’extrême pauvreté de 1 dollar par jour, réévalué en 2007 à 1,25 dollar par jour, n’est pas pertinent et ne prend pas en compte les populations les plus démunies.

Les plus démunis dans les pays développés hors statistiques

Par ailleurs, « l’indicateur de 1,25 dollar a rendu l’extrême pauvreté complètement invisible dans les pays développés, car il a été conçu et calculé uniquement pour les pays en voie de développement ».

Dans la base de données statistique des Nations Unies sur les OMD, il n’existe en effet aucune mesure de l’extrême pauvreté pour les États-Unis, ni pour les pays de l’Union européenne les plus touchés par la crise économique et les politiques d’austérité, comme la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Portugal et l’Espagne.  

Manque de fiabilité des indices

En 2010, le programme des Nations Unies pour le Développement a élaboré  un indice de pauvreté multidimensionnelle (IPM) qui identifie l’accumulation des privations des ménages dans le domaine de la santé, de la scolarité et des conditions de vie.

En utilisant cet indice, ATD Quart monde relève qu’un écart significatif entre les estimations de l’ONU. En effet, le rapport OMD de 2012 estime que « 1,4 milliard de personnes vivant dans la pauvreté absolue ». Mais en utilisant l’indice de pauvreté multidimensionnel, leur nombre grimpe à 1,65 milliard.

Autre critique, certaines personnes « semblent trop pauvres pour rentrer dans les statistiques de la pauvreté, faute de système efficace ».

Un cadre à revoir

Alors que le cadre des OMD arrive à échéance en 2015, le rapport préconise  de revoir la gouvernance et les indicateurs des prochains objectifs  afin de mieux rendre en compte les plus démunis.

Parmi les recommandations, ATD Quart monde souligne notamment la nécessité d’inclure davantage les personne en situation de pauvreté et d’extrême pauvreté dans l’élaboration des politiques de développement. Mais aussi d’orienter les indicateurs afin de davantage prendre en compte les plus démunis et les population en situation d’exclusion. 

« Toute action devrait prendre comme référence les 20 % les plus pauvres de la population concernée souligne le rapport. « Pour toute campagne politique ou action menée à quelque niveau que ce soit – national, régional ou local –, l’impact sur les 20 % les plus pauvres doit être considéré comme un critère pour évaluer son efficacité.

Les Nations unies ont établi huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui doivent être atteints d'ici 2015. Ces objectifs sont :

  • Éliminer l'extrême pauvreté et la faim
  • Assurer l'éducation primaire pour tous
  • Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes
  • Réduire la mortalité infantile
  • Améliorer la santé maternelle
  • Combattre le VIH/sida, le paludisme et d'autres maladies
  • Préserver l'environnement
  • Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

En 2015, l’ONU compte lancer un ambitieux programme de «développement durable» qui prolongera en les améliorant les huit Objectifs du Millénaire pour le Développement

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER