L’UE conditionne le financement des élections en RDC au respect des libertés

Electeurs congolais, mars 2016. [MONU]

Tant que le pouvoir harcèlera l’opposition, Bruxelles ne compte pas apporter son soutien financier aux élections de décembre 2018 en République démocratique du Congo.

L’Union européenne a prévenu lundi la République démocratique du Congo qu’elle ne l’aiderait à organiser et financer les élections prévues dans un an qu’à condition que cesse le « harcèlement » contre l’opposition et la société civile.

L’UE envoie de l’aide au Congo face au retour du virus Ebola

L’UE a annoncé le déblocage d’une première tranche d’aide pour la gestion de l’épidémie d’Ebola, en République démocratique du Congo.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE estiment « qu’il est déterminant, notamment pour la légitimité des institutions chargées de la transition, de garantir que la date des élections désormais fixée au 23 décembre 2018 soit respectée », dans des conclusions adoptées lundi lors d’une réunion à Bruxelles.

Ils condamnent « vivement les violations des droits de l’Homme ainsi que les actes de harcèlement à l’encontre d’acteurs politiques de l’opposition, de représentants des médias et de la société civile, ainsi qu’à l’encontre de défenseurs des droits de l’Homme » en RDC.

L’UE exhorte à la mise en œuvre des « mesures de décrispation politique prévues » dans un accord négocié l’an dernier en vue de sortir le pays de la crise née du maintien au pouvoir du président Joseph Kabila.

Ces mesures, est-il précisé, sont « nécessaires pour réunir les conditions d’élections crédibles et inclusives, rétablir la confiance entre les acteurs concernés et apaiser les tensions politiques ».

Les 28 États membres réclament dans cette perspective « la libération de tous les prisonniers politiques, la fin des poursuites judiciaires injustifiées, la fin de la duplication des partis politiques, la liberté de la presse et la réouverture des médias fermés ».

« L’UE appelle aussi au respect de la liberté de réunion et de manifestation pacifique », stipule le texte, qui prévient : « dans la mise en œuvre de son appui technique et financier, l’UE évaluera la mise en œuvre » de ces mesures.

Le casse-tête de l’avenir des jeunes s’invite au sommet UE-Afrique

L’absence de perspective d’emploi jette de nombreux jeunes africains sur les routes de la migration vers l’Europe. Un constat qui met sous pression les dirigeants africains et européens réunis à Abidjan.

Agitant elle aussi la carotte du financement, la Belgique — ancienne puissance coloniale en RDC — « a décidé de réserver dans un premier stade 5 millions d’euros en appui aux élections, qui pourront être libérés dès que ces conditions seront réunies », a expliqué son ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

L’UE a également prolongé lundi pour un an les sanctions qu’elle avait décrétées en décembre 2016 puis en mai dernier contre 16 hauts responsables du régime Kabila, dont le ministre de l’Intérieur Ramazani Shadari, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende ou encore directeur de l’Agence nationale de renseignement (ANR), Kalev Mutondo, mais aussi des membres de la garde républicaine, de l’armée ou de la police congolaise.

Ces personnalités sont privées de visas pour l’UE, et leurs avoirs dans l’Union sont gelés.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.