Les accords commerciaux avec l’Afrique ne sont pas une « success story »

Guenther Nooke, lors de l'événement organisé par la fondation Konrad Adenaeur le 11 avril à Bruxelles.

Pour le représentant allemand en Afrique, le commerce entre l’Europe et l’Afrique est « presque insignifiant ». La faute aux mauvais accords de partenariat mis en place par l’UE, mais aussi aux gouvernements africains qui « ne sont pas à la hauteur ».

Guenther Nooke, commissaire pour l’Afrique auprès du ministère allemand de la Coopération économique et du Développement, a dépeint un tableau  plus pessimiste de la situation en Afrique lors d’un événement organisé à Bruxelles par la fondation Konrad Adenauer.

Ses critiques apparaissent d’autant plus sévères que l’Allemagne accueillera cet été le sommet du G20, explicitement consacré à l’Afrique, à Hambourg.

Le commissaire a mis en garde une audience de près de 100 spécialistes de l’aide humanitaire, expliquant que « les gouvernements africains seront tenus pour responsables de chaque enfant mal nourri [en Afrique] ». Il a ajouté que ceux qui voulaient lutter contre ce fléau « seraient soutenus ».

S’il a reconnu, comme la chancelière allemande, que « le bien-être de l’Afrique était dans l’intérêt de l’Europe », il a tout de même précisé que cela ne voulait pas dire « que nous devrons prendre toutes les responsabilités ». « Nous trouvons que de nombreux gouvernements africains ne sont pas à la hauteur. »

Il a averti qu’avec une population africaine en passe de doubler d’ici à 2050, « nous avons besoin d’un changement radical pour maîtriser la situation. La structure des gouvernements africains devra être considérablement améliorée pour devenir durable. »

La population devrait doubler en Afrique d'ici 2050

La population africaine devrait doubler d’ici 2050, selon un nouveau rapport du PRB à Washington, remettant sérieusement en question la durabilité du continent le plus pauvre du monde.

Il a par ailleurs fustigé les actuels Accords de partenariat économique (APE) entre l’UE et les États africains, indiquant qu’il n’y avait « pas de success story, ni pour l’Afrique, ni pour l’Europe ». Guenther Nooke s’est dit d’accord avec l’opinion générale concernant les APE: « Ce ne sont ni des accords, ni des partenariats. »

Pour lui, le commerce entre l’Afrique et l’Europe est « presque insignifiant », en dehors des ressources naturelles telles que le cacao et les fèves de café, « et du commerce de diamants au Botswana ». L’économie africaine dans son ensemble « est extrêmement faible », a-t-il averti, et « il n’y a pas d’infrastructures pour mettre les énergies renouvelables en œuvre ».

Union africaine

Sur le plan politique, le commissaire a exprimé son accord avec le récent rapport du président rwandais, Paul Kagame, sur l’état de l’Union africaine, qu’il a qualifiée de « dysfonctionnelle » et qu’il accuse de « ne pas avoir saisi les opportunité des dix dernières années ». L’Union africaine « a besoin d’une réforme institutionnelle » face à des défis aussi conséquents, a averti Guenther Nooke.

Si l’Union africaine, installée dans la capitale éthiopienne, Addis Abeba, a une nouvelle équipe de commissaires, les négociations pour un accord commercial post-Cotonou entre les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et l’UE peinent à avancer. L’accord de Cotonou prendra fin en 2020.

Mais Guenther Nooke s’est montré sévère avec Bruxelles: « Si l’UE a une excellente expérience des accords de libre-échange régionaux et des unions douanières, elle peut la partager [avec l’Union africaine], mais la DG commerce ici à Bruxelles doit changer. ».

Les relations entre l'UE et les pays ACP se tendent au sommet de Dakar

Les représentants des pays du groupe Afrique-Caraïbes-Pacifique ont exprimé leur mécontentement quant à leur collaboration avec l’UE lors d’une rencontre au Sénégal.

D’après le commissaire, pour l’Allemagne, un sommet Afrique-UE réussi passe par « la participation de l’Afrique du Nord », une référence à la guerre civile en cours en Libye et à la dictature militaire en Égypte.

L’Afrique est actuellement confrontée à la sécheresse et au risque de famine au Soudan du Sud, en Somalie et au nord du Nigéria, et à des transitions démocratiques fragiles en Gambie, au Gabon, dans la République démocratique du Congo et en République centrafricaine.

L’ambassadeur de l’Union africaine auprès de l’UE, Ajay Bramdeo, a souligné que si le Plan Marshall allemand pour l’Afrique était « intéressant », il aurait dû être conçu comme un plan « avec l’Afrique » plutôt que « pour l’Afrique ».

Sous les applaudissements, l’ambassadeur zimbabwéen auprès de l’UE a demandé si l’Afrique avait été « impliquée » dans le Plan Marshall allemand.

Ajay Bramdeo, s’exprimant en toute honnêteté, s’est excusé de « mettre des vérités qui fâchent sur le devant de la scène », mais a souligné que ni l’Europe ni les États-Unis ne s’étaient développés en tant que démocraties avant de développer leur économie, indiquant aux délégués qu’ils pourraient vérifier ceci dans « n’importe quel livre d’Histoire ».

« Nous ne sommes pas antidémocratiques », a-t-il continué, « mais qui peut décider s’il y a assez de progrès démocratique pour nous imposer des mesures d’aide? »

La directrice générale adjointe pour l’Afrique au Service européen pour l’action extérieure, Birgitte Nygaard Markussen, a quant à elle précisé que l’UE avait fait preuve de courage au Gabon et en Gambie, en luttant contre des élections truquées grâce à ses missions d’observation électorale.

Geert Laporte, du Centre européen de gestion des politiques de développement, a également souligné ces accomplissements. Il a affirmé qu’il s’agissait d’objectifs plus faciles à atteindre dans ces États que dans des pays stratégiques comme l’Afrique et l’Éthiopie, où l’UE a été accusée d’ignorer les abus contre les droits de l’Homme.

Geert Laporte a également indiqué que les initiatives de paix de l’UE et de l’Occident dans son ensemble en Afrique « créaient un état de dépendance », tandis que les sommets internationaux sur l’Afrique ne parvenaient pas à « aborder des sujets brûlants par peur de casser l’ambiance ».

En faisant référence aux préoccupations de Guenther Nooke, il a ajouté que « l’explosion démographique en Afrique [était] une menace permanente », étant donné que la population devrait doubler pour se fixer à 2 milliards de personnes d’ici 2050 et 4 milliards d’ici 2100.

Le rapport Attali plaide pour une Union économique des pays francophones

Un rapport sur la francophonie commandé par le Président François Hollande préconise la création d’une Union francophone « aussi puissante que l’Union européenne ».