Pourquoi la faim dans le monde progresse-t-elle de nouveau ?

La dégradation de la situation de sécurité alimentaire dans le monde est très largement liée à la multiplication des conflits dans le monde. Ici, des réfugiés fuyant le conflit sud-soudanais.

La faim dans le monde a pour la première fois augmenté au cours de la dernière décennie, avertit un rapport, de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

L’éradication de la faim dans le monde d’ici 2030 semble s’éloigner à grands pas. Après des années de succès, la lutte contre la malnutrition, une des grandes réussites de l’aide au développement, a connu une année 2017 alarmante.

Selon le dernier rapport annuel des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale et la nutrition publiée le 15 septembre,  815 millions de personnes en 2016, soit 11 % de la population mondiale, souffrent de la faim. C’est 38 millions de plus qu’il y a un an. Des chiffres alarmants, puisque c’est la première fois depuis plus de dix ans que le nombre de personnes souffrant de la faim a augmentés.

La FAO appelle à poursuivre la lutte contre la faim

La croissance dans les pays en développement et les politiques visant à réduire la pauvreté ont permis d’améliorer les revenus et la sécurité alimentaire dans le monde. Toutefois, l’éradication de la faim n’est pas atteinte et constitue encore aujourd’hui un défi énorme, selon le directeur de la FAO.

« C’est un échec honteux pour nos dirigeants et nos institutions internationales. Les avancées que nous avons laborieusement obtenues au cours des dernières décennies peuvent facilement être compromises ; le constat des Nations unies en est une preuve sans appel », a constaté Clara Jamart d’Oxfam France.

La lutte contre la faim a pourtant été l’un des grands succès de la politique d’aide au développement internationale depuis les années 1990. En effet, malgré une forte augmentation de la population mondiale – environ 1,9 milliard d’individus entre 1990 et 2015, le nombre de personnes souffrant de la faim a reculé, passant de plus d’un milliard à 795 millions en 2015.

« Malheureusement, cette inversion de la tendance risque de se confirmer dans les prochaines années, alors que, selon certaines analyses, le nombre de personnes risquant de souffrir de la faim augmentera de 10% à 20% d’ici 2050 en raison du changement climatique », met en garde Clara Jamart.

« Nous n’en finirons pas avec la faim et toutes les formes de malnutrition d’ici à 2030, à moins de nous attaquer à tous les facteurs qui compromettent la sécurité alimentaire et la nutrition », soulignent les différents auteurs du rapport.

Multiplication des conflits

La dégradation de la situation de sécurité alimentaire dans le monde est très largement liée à la multiplication des conflits dans le monde, selon le rapport de la FAO, qui dénonce aussi les effets du changement climatique.

Sur les 815 millions de personnes souffrant de faim, 489 millions vivent en effet dans des pays touchés par des conflits. « La famine a frappé certaines parties du Soudan du Sud pendant plusieurs mois début 2017 et le risque est grand de la voir frapper de nouveau là-bas ou dans d’autres zones de conflit, notamment le nord-est du Nigeria, la Somalie et le Yemen », déplore l’ONU dans son rapport.

Les ODD en péril ?

Ce rapport est la première évaluation mondiale des Nations Unies sur la sécurité alimentaire et la nutrition depuis l’adoption du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Il met en évidence les lacunes de la lutte contre la faim, pourtant une des priorités de la politique de développement internationale.

«800 millions de personnes se couchent le ventre vide tous les soirs»

Tous les jours, 21 000 personnes meurent de la faim ou des pénuries alimentaires. Quelque 795 millions de personnes vont se coucher le ventre vide tous les soirs, selon le nouvel indice mondial de la faim.

Les objectifs de développement durable (ODD), adoptés en 2015 par les États membres des Nations Unies visent notamment l’élimination de la faim et la prévention de toutes les formes de malnutrition.

Agriculture durable

« La faim n’est pas un problème lié à une pénurie de nourriture. Nous produisons aujourd’hui, à l’échelle de la planète, largement assez de denrées alimentaires pour assurer le droit à l’alimentation de tous. Ce rapport des Nations unies nous rappelle que nous devons mettre en œuvre des solutions politiques durables si nous voulons éradiquer la faim : œuvrer à la résolution pacifique des conflits, limiter drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre, et financer l’adaptation au changement climatique des populations les plus vulnérables. Mais aussi investir dans un modèle agricole performant et durable, basé sur les agricultures paysannes et sur l’agroécologie. », affirme Clara Jamart.

« Pour satisfaire ces ambitions, il faudra impérativement rendre l’agriculture et les systèmes alimentaires durables, de sorte à garantir la stabilité des disponibilités alimentaires et à donner à chacun accès à une nutrition satisfaisante et à la santé », souligne de son côté le rapport.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.