Quand les nouvelles technologies concourent aux objectifs de développement

3500_540.jpg

EDITION SPECIALE / Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) n’atteindront pas l’ambitieux objectif d’accès universel fixé dans les OMD.  Mais dans les pays en développement, elles participent à l’amélioration de la santé, de l’éducation ou de la sécurité alimentaire. Exemples. 

Les avantages des nouvelles technologies, en particulier des technologies de l’information et de la communication ne seront pas en accès universel d’ici 2015. Reste que leur développement a apporté un relais de croissance à d’autres objectifs de lutte contre la pauvreté.

Depuis 2011, l’AMREF, une ONG africaine dédiée à la santé publique a lancé une campagne de formation de sages-femmes sur le continent. L’objectif est de parvenir à former à un diplôme d’Etat  15 000 sages-femmes à l’horizon 2015. Une nécessité sur un continent ou les décès liés à l’accouchement restent légion. « Sur ces 15 000 futures sages-femmes, 75% suivront des cours en e-learning pour la partie théorique de leur formation » explique Silvia Tolve , responsable programmes et partenariats de l’ONG.

Les nouvelles technologies permettent d’accélérer l’accès à la formation et de l’étendre à un plus grand nombre de personnes. « En 2006, AMREF devait mettre à niveau 22 000 sages-femmes au Kenya, le gouvernement s’étant rendu-compte des disparités de formation et de compétence dans ce métier. Nous avions fait une estimation du temps nécessaire avec une formation traditionnelle. Pour former la totalité de ces 22 000 sages-femmes avec un enseignement traditionnel, il nous aurait fallu 106 ans ! Grâce au aux TIC, nous avons terminé la formation de 10 000 d’entre elles en 7 ans » souligne Silvia Tolve.

Du e-learning pour la formation médicale

D’autres formations médicales en e-learning permettent en Afrique de former les médecins africains sur des thèmes aussi variés que la lutte contre le paludisme, la gestion des centres de santé ou encore la prévention de la transmission du sida de la mère à l’enfant.  

Reste que l’accès à un ordinateur relié à Internet, ou même parfois à l’électricité relève de la gageur dans certaines régions. En Afrique subsaharienne, moins de 20 % de la population utilise internet, relève le rapport 2013 de l’ONU sur les Objectifs du Millénaires pour le Développement (OMD). La région enregistre ainsi le taux de pénétration le plus faible du monde. La moyenne des pays en développement, s’établie à 31 % de la population.  

L’accès aux formations en ligne, qui nécessite une connexion internet ainsi qu’un ordinateur est parfois un véritable défi. « Pour faire face au manque d’équipement – voire parfois d’accès à l’électricité – nous avons développé les formations sur CD-rom et également sur téléphone mobile, qui  est la technologie la plus développée en Afrique » détaille Silvia Tolve.

Fracture numérique réduite

La pénétration mondiale de la téléphonie mobile (mesurée comme le nombre d’abonnements par rapport à celui de la population totale) atteindra 89 % dans les pays en développement à la fin de l’année 2013. Un taux proche de la pénétration de pays développés, qui atteint 96 %.  Les pays en développement représentent maintenant plus de 77 % de tous les abonnements mondiaux aux téléphones mobiles cellulaires.

Dans certains pays comme le Kenya, la pénétration de la téléphonie mobile et d’Internet a explosé au cours des dernières années. En 2007, ils n’étaient que 2 millions à avoir accès à Internet. En 2012, ce chiffre était monté à  14 millions d'usagers.

Au-delà de la connectivité des pays en développement, les technologies de l’information et de la communication permettent un nouveau type de progrès : celui de la collecte de données. « La disponibilité de téléphone mobiles rend aujourd’hui possible la collecte de données à une échelle et un niveau de précision qui était jusqu’alors impossible dans les pays en voie développement » note Randeep Sudan, responsable du secteur TIC à la Banque Mondiale

Sécurité alimentaire

En Ouganda, le réseau Ureport rassemble 190 000 volontaires qui font remonter les problèmes touchant au développement via un service gratuit de sms. Le système, financé par l’UNESCO,  permet la collecte rapide d’information sur des thématiques variées.  

Dans ce pays, où la banane est un aliment de base consommé par plus de 14 millions de personnes, la Banque mondiale a récemment aidé le gouvernement ougandais à obtenir une information rapide et localisée sur une épidémie dans les cultures du pays. Via le système Ureporters, les rapports envoyés par les agriculteurs victimes ou témoins de l’épidémie ont permis d’alerter le gouvernement et d’enrayer la contagion.

En zone rurale, les TIC  permettent souvent d’améliorer la rentabilité ou la viabilité des exploitations agricoles. « Il y a des services qui permettent d’apporter des conseils aux  agriculteurs sur les conditions climatiques, ou des informations  sur les prix en cours sur les marchés» explique Denis Guibard, en charge du développement durable pour les produits et services chez Orange. « Il faut cependant adapter ces messages à des téléphones simples, à un environnement multilingue et parfois à une population non-alphabétisés, en faisant des messages vocaux par exemple » poursuit-il

En Inde une technologie développée par Nokia permet également d’alerter les agriculteurs sur les variations climatiques.  « En l’Inde et en Afrique, ce système est utilisé aujourd’hui par 100 millions de personnes. Il permet de sauver des dizaines de milliers de dollars » a expliqué Navi Radjou, consultant indépendant en stratégie, lors d’un débat au Forum mondial « Convergence » sur la  solidarité internationale. 

Les Nations unies ont établi huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui doivent être atteints d'ici 2015. Ces objectifs sont :

  • Éliminer l'extrême pauvreté et la faim
  • Assurer l'éducation primaire pour tous
  • Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes
  • Réduire la mortalité infantile
  • Améliorer la santé maternelle
  • Combattre le VIH/sida, le
  • paludisme et d'autres maladies
  • Préserver l'environnement
  • Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

En 2008, des gouvernements, des entreprises et d'autres organisations ont renforcé leurs engagements en vue de respecter les OMD. Ils ont levé près de 12,3 millions d'euros de nouveaux financements pour le développement. En 2010, lors d'un sommet consacré aux OMD, un plan d'action mondial a été adopté. Il renforce encore le mouvement vers le respect des OMD

  • 23 sept. 2013 : ouverture du sommet consacré à la révision des objectifs du Millénaire pour le développement à New York
  • 2015 : date butoir pour atteindre l'objectif de 0,7 % en matière d'Aide Publique au Développement (APD)
  • 2015 : date butoir des objectifs actuels du Millénaire pour le développement

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer