Toujours en tête de l’aide au développement dans le monde, l’Europe reste en deça de son objectif

Ak_fish_note.jpg

L’Europe reste le plus grand donateur du monde. En 2012, elle a déboursé 55,2 milliards d’euros d'aides à l’étranger. Mais l'objectif visant à donner  0,7 % de son produit national brut d’ici 2015 reste lointain.

Le rapport annuel 2013 de la Commission européenne sur la politique de développement et d'aide extérieure, publié le 21 août, met en évidence le « soutien rapide et décisif » de l'Europe en faveur des victimes de sécheresse dans le Sahel et du conflit en Syrie et au Mali sous la forme d'aide publique au développement (APD).

 

« L'UE a encore beaucoup de chemin à parcourir avant d'atteindre son objectif collectif de 0,7 % d'APD/PNB d'ici 2015 », peut-on lire dans le rapport. L'objectif de 2015 a été établi en 2005.

 

Selon les dernières données, l'UE et ses États membres ont consacré 0,43 % de leur PNB. Ce pourcentage n'a pas augmenté depuis 2010 alors qu’il aurait dû atteindre 0,56 %.

 

« Nous ne sommes qu'à deux ou trois ans de l'échéance et l'UE n'a toujours pas rempli son objectif intermédiaire pour 2010, elle est donc vraiment sur la mauvaise voie », a expliqué à EURACTIV Catherine Olier, porte-parole pour le groupe d'action Oxfam.

 

« On a beau dire que l'Europe est le plus grand donateur au monde, elle ne respecte toujours pas ses promesses », a-t-elle ajouté.

 

Une grande partie du rapport annuel se concentre sur des initiatives européennes, telles que le programme pour le changement et une communication visant à renforcer la résilience pour 870 millions de personnes qui n'avaient pas accès à une quantité suffisante de nourriture.

 

Le programme pour le changement est une stratégie visant à accroître l’impact de la politique de développement de l’UE sur la réduction de la pauvreté en mettant en place :

 

  • une approche différenciée visant à faire en sorte que l’aide aille là où elle est la plus nécessaire et où elle peut avoir les effets les plus importants ; 
  • une concentration sur trois secteurs par pays au maximum ;
  • un accent plus marqué sur la bonne gouvernance, la démocratie et les droits de l’Homme ;
  • un recours accru à des mécanismes de financement novateurs ;
  • une plus grande cohérence des politiques.

Résilience accrue

 

La communication de la Commission sur la résilience, adoptée en octobre, a exposé « dix mesures déterminantes pour renforcer la résilience parmi les populations les plus vulnérables au monde ». Ces mesures vont de plans de gestion des catastrophes à des systèmes efficaces d’alerte précoce dans les pays exposés aux catastrophes.

 

L’exécutif a également apporté son soutien financier à des programmes, tels que l'initiative de l'ONU « Énergie durable pour tous » et le « Mouvement pour le renforcement de la nutrition ». Elle a également participé aux préparatifs de l’examen des progrès accomplis dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

 

« L'UE a fait preuve d’un engagement fort dans l'élaboration du programme de développement durable pour l’après-2015 », a indiqué Melanie Brooks, porte-parole de Care International, dans un courriel envoyé à EURACTIV.

 

Elle a ajouté :  « Pour renouveler ses engagements, conserver son rôle sur la scène internationale et assurer le succès des objectifs du Millénaire pour le développement, l'UE doit garantir un financement adéquat en se concentrant sur l'égalité des sexes et l'émancipation des femmes au cours du prochain cadre financier pluriannuel 2014-2020 [le budget septennal de l'UE], actuellement débattu. »

En 2005, les États membres de l'UE se sont engagés à accroître l'aide publique au développement (APD) de 0,7 % de leur revenu national brut (RNB) d'ici 2015 et ont inclus un objectif intermédiaire de 0,56 % du ratio APD/RNB d'ici 2010.

 

Ses engagements se fondaient sur des objectifs nationaux de 0,7 % APD/RNB pour l’UE15 et de 0,33 % pour les 12 États membres qui ont rejoint l'UE en 2004 et 2007, selon la Commission européenne.

 

Les États membres de l'UE qui avaient déjà atteint ou dépassé 0,7 % de leur APD/RNB ont promis de continuer sur leur lancée. Les chefs d'État et de gouvernement de l'UE ont réaffirmé leurs engagements d'atteindre l'objectif de 0,7 % d'ici 2015 lors du Conseil européen des 7 et 8 février 2013.

 

Selon une enquête de l'Eurobaromètre publiée en octobre 2012, 85 % des citoyens interrogés estimaient que l'Europe devrait continuer à accorder de l'aide aux pays en développement.

  • 24 sept. 2013 : ouverture du sommet consacré à la révision des objectifs du Millénaire pour le développement à New York
  • 2015 : date butoir pour atteindre l'objectif de 0,7 % en matière d'APD
  • 2015 : date butoir des objectifs actuels du Millénaire pour le développement

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.